2002-2012 : La revanche d'Hibernatus

       Les électeurs ont de la mémoire. Dix ans après, ils nous repassent les plat, exactement les mêmes, mais en ajoutant le dessert : Le duel qui n’a pas eu lieu en 2002 se déroulera dans deux dimanche. Le Front national n'est plus là, mais il a les clés du coffre

 

      Les électeurs ont de la mémoire. Dix ans après, ils nous repassent les plat, exactement les mêmes, mais en ajoutant le dessert : Le duel qui n’a pas eu lieu en 2002 se déroulera dans deux dimanche. Le Front national n'est plus là, mais il a les clés du coffre

      Regardez les chiffres… Avant hier, Nicolas Sarkozy et François Hollande, les deux qualifiés du premier tour oscillaient entre 27 et 29%.

       En 2002, quand on additionne Chirac, Saint Josse le chasseur, Madelin le libéral, Boutin la Chrétienne, et Lepage l’écologiste, alors alliée à la droite, on obtient 29,8 %.

       Côté gauche parlementaire, Jospin, Mamère le Vert, Hue le communiste, Taubira la radicale de gauche, Chevènement le souverainiste, totalisaient 29,7%… Un petit point de plus que Hollande.

       L’extrême gauche était au dessus de 11, à peine plus que Mélenchon

       Bayrou était à presque 7, à peine moins que le 9 de cette année

       Et le Front national était à 16,8 contre 17,9 cette année.

       C'est le retour d’Hibernatus, le retour et la revanche...

 

       Les divisions de l’époque avaient empêché le duel prévu. Le vote utile de 2012 y conduit au contraire, dans une espèce de session de rattrapage.

       Un duel dominé par la peur ambiante, comme en 2002, même si l’insécurité d’alors était à celle des délinquants, et que celle d’aujourd’hui est de nature économique, avec l’angoisse du chômage et du déclassement.

       A l’époque, juste après la réélection de Chirac, un homme était monté en lice, au ministère de l’intérieur. Il s’appelait Sarkozy. Il allait tout changer. Il allait réduire l’insécurité des gentils en mettant les méchants en prison. En 2007, son style, ses discours, sa culture du résultat,  comme il disait alors, allait armer le karcher qui déblaierait son chemin vers l’Elysée, à défaut du malaise des cités. Et de fait, cette année là, le Front national avait cédé du terrain.

       Cinq ans plus tard, et 10 ans après 2002, le même homme, dans le même style, a tenté de se déployer sur le mode protecteur, version capitaine courage, avant d’en revenir au ton du nettoyeur, en désignant des ennemis emblématiques à la vindicte, cette semaine par exemple, c’est le faux travailleur, à l’occasion du 1er mai.

       En 2002, il allait en finir, en 2012 il entend continuer, mais il doit en passer par la force politique qui avait empêché la finale Jospin-Chirac.

       Il avait juré d’en venir à bout, en la triangulant, c'est-à-dire en la mimant, mais en dix ans, le Front National n’a été ni dissous ni contourné. Il est là, il a fait sa mue, il a pris du galon, même Hollande est obligé de cajoler ses électeurs ce matin, à la Une de Libération.

En 2002, Le Pen père était un paria, écrasé au second tour par l’Union Nationale. En 2012 l’héritière a pris les clés du coffre et elle rigole à la télé. A l’entendre, elle serait même un recours.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.