HUGO REIS
élu au Conseil d'administration de La Poste - SUD PTT
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2021

Groupe La Poste : Des comptes en cache-misère de la stratégie de la direction

Lors du CA de juillet a été présenté les comptes du Groupe à mi-parcours de l’année. Exceptionnellement, ce conseil avait lieu après l’annonce d’une compensation du service universel postal. Bruxelles a annoncé la validation de la compensation de la mission d’accessibilité bancaire 1.

HUGO REIS
élu au Conseil d'administration de La Poste - SUD PTT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’après-Confinement : comparons ce qui est comparable.

Les chiffres qui nous ont été présentés donnent une vision assez tronquée des résultats après une année 2020 qui semblait catastrophique (l’arrivée de la CNP ayant permis de gonfler les chiffres) 2. Logiquement, les chiffres en juin 2021 ne peuvent donc être qu’au-dessus de ceux de 2020, mais en net recul par rapport à 2019.

Nouveauté cette année, La direction fait le choix de se baser désormais sur le résultat net du groupe (ce qui entraîne un changement de base pour le calcul de l’intéressement) pour présenter les résultats de l’année en cours. Ce dernier est en augmentation de 50 millions d’euros (+10 %) en tenant compte des résultats de la CNP qui sont maintenant intégrés. 

Par ailleurs, le cash disponible est en baisse, alors que le ratio dette/cash augmente. Ce dernier est de 7,6 alors que la moyenne pour les entreprises en France est de 3. La Poste est donc beaucoup plus endettée. Et pourtant, la direction envisageait d’être autosuffisante pour les prochaines acquisitions3. Son objectif semble dès le départ remis en cause, d’autant que la folie des achats continue de plus belle. Dès le premier semestre, c’est plus de 600 millions d’euros qui ont été investis pour acheter des entreprises augmentant d’autant la dette.

La plupart des achats (en poids financiers) ont lieu sur la branche GEOPOST justifié par son patron comme un moyen de dévulnérabiliser la Holding du marché européen aux perspectives moins alléchantes que les autres marchés… Nous pouvons donc nous attendre à ce que la direction continue sa fièvre acheteuse et aille même explorer des continents où elle n’est pas encore ou très peu présente

Si le courrier augmente de 6 % par rapport à 2020, il est en chute de 21 % par rapport à 2019. Par contre, l’effet accru de la dématérialisation4 prévu cette année par la direction qui devait amener une chute du courrier autour de 6 % n’est pas au rendez-vous ; il est même réduit de moitié. Cette moindre décrue pourrait avoir un impact « positif » sur la baisse du courrier. Il faudra cependant attendre une confirmation sur le prochain semestre. Au niveau écologique, on sait désormais qu’il n’est pas évident que le stockage sur des serveurs de documents qui ne sont plus envoyés par courrier soit plus bénéfique en matière d’émission de carbone que le papier. 

La fréquentation du réseau est, elle aussi, en chute libre de 23 % par rapport à 2019, mais augmente de 16 % par rapport à 2020. En revanche, du côté du colis, le trafic-vente est en hausse de 57 % par rapport à 2019 et de 33 % par rapport à 2020, notamment par les envois de colis de particulier à particulier. (+36 % pour colissimo et +16 % pour Chronopost) 

Pour la Branche Courrier Colis (BSCC), la moitié du résultat est donc principalement due à un effet rebond depuis le COVID. C’est d’autant plus problématique que l’eldorado des nouveaux services n’est toujours pas au rendez-vous (-5 millions d’euros par rapport à 2020). Le résultat d’exploitation de la Silver-économie recule, pour sa part, de 1 million d’euros. Difficile pour l’instant de nous les présenter comme l’avenir de la BSCC pour redresser les comptes et créer une alternative crédible. 
Par ailleurs, l’annonce des 500 millions de compensations des missions de services publics devrait avoir un impact positif sur les chiffres. Pour rappel en 2020, la direction avait dû déprécier les actifs du courrier (machines de tris, logiciels…) parce que l’activité était très déficitaire. Ces actifs du courrier pourraient retrouver une rentabilité à partir de cette année….

GEOPOST continue sa progression avec une nouvelle augmentation du volume de ses colis et de la part des colis d’entreprises vers les clients particuliers (+ 10 % dans le volume de colis) qui s’explique en partie par l’explosion du e-commerce. 

Pour la Banque, la direction de La Poste présentait, pour la première fois, des chiffres sur 4 secteurs d’activités (bancassurance France, banque de détail et CNP — Bancassurance internationale, essentiellement CNP — Banque grande clientèle et Investissement et Banque patrimoniale et Gestion d’actif). Ce nouvel affichage constitue un inconvénient majeur : ne plus avoir de vue précise sur les chiffres de la Banque de détail en la noyant avec les chiffres de la CNP. 
Cependant, on peut déjà remarquer que le coefficient d’exploitation de la Banque, même en englobant la CNP n’est pas au beau fixe (79 points), bien loin des objectifs de la direction a la création de LBP5. Même si le COVID est passé par là, LBP on est en moyenne 10 points au-dessus de la moyenne des 6 plus grandes banques.
Autre inquiétude, selon les chiffres que nous avons obtenus et que la direction ne veut toujours pas communiquer, quand LBP réalise 3 clôtures de comptes, dans le même temps, elle ne fait qu’une seule ouverture. L’hémorragie continue même si elle a été contenue un moment. 

Pour le Réseau, c’était la dernière présentation des comptes pour cette branche : elle est fusionnée avec le numérique depuis juillet 2021. Il y aura beaucoup à dire sur ces projets de transformation qui seront présentés dans un prochain séminaire stratégique. Cependant, on peut déjà voir que la direction continue à sabrer de nombreux emplois avec une diminution de 22 millions d’euros en « charges » de personnel. Les autres chiffres sont en hausse. Quant à La Poste Mobile, les chiffres s’améliorent, après une renégociation avec SFR, sur la tarification des minutes et de la data6. La filiale affiche cependant un résultat d’exploitation négatif, avec un cumul de -176 millions d’€ depuis sa création en 2015. Des pertes à mettre au passif des gestionnaires d’une boite qui est tout de même passée de 250 000 à 1,8 millions de client·e·s en 6 ans. Le nouvel accord donne à La Poste la possibilité de devenir FULL MVNO. Cela veut dire de gérer elle-même son infrastructure, sa seule dépendance restant sur les antennes relais de l’opérateur. Il semble donc que la direction envisage à plus ou moins long terme de voler de ses propres ailes dans ce domaine.

Le Numérique reprend doucettement. Comme pour le réseau, nous avons assisté à la dernière présentation de cette branche avant sa fusion prochaine. À noter que les activités traditionnelles de DOCAPOSTE (éditique et chèque) sont en augmentation, essentiellement grâce aux transferts des activités provenant des centres financiers de la Maison mère. Si on peut expliquer ce transfert pour éviter des suppressions d’emplois, cela n’empêche pas de penser que ces activités étaient correctement effectuées par les collègues de la Maison Mère. Mais surtout cela n’empêche pas la direction de restructurer DOCAPOSTE DPS et BPO IS, en programmant des plans de départs volontaires. On peut même penser que la direction continuera à supprimer des emplois dans les années qui viennent. 

Les chiffres présentés en juillet 2021 sont encore une fois conformes à la stratégie de l’entreprise. Un appétit international de plus en plus important au détriment des activités traditionnelles de La Poste. La fusion du Réseau et du numérique, le découpage comptable de La banque en quatre grands pôles participent à cette stratégie. Pour l’administrateur SUD PTT, il faudrait avant tout remettre le service public au cœur des décisions et arrêter de le considérer comme une charge. Mais cette perspective relève avant tout d’une volonté politique des actionnaires et en premier lieu de l’État. 


Résultat Net Part du Groupe (RNPG) et Résultat d’exploitation (REX) : pourquoi changer ?

Auparavant, la direction se basait sur le REX pour afficher ses résultats. Avec l’arrivée de la CNP, elle a changé de fusil d’épaule. Elle se base maintenant sur le RNPG. Non seulement ce sont les résultats auxquels on a retiré les impôts, mais ce qui est plus notable c’est que 
dividendes minoritaires dans la CNP sont déduits (alors que comptabilisés dans le résultat d’exploitation). Ce résultat est donc difficilement comparable à 2019


1Voir le communiqué SUD PTT sur ce lien : http://www.sudptt.org/Comptes-semestriels-Augmentation-du-timbre-Livret-A-Les-contreparties-ont

2Pour rappel, la direction a affiché des bons résultats qui lui ont permis de se satisfaire de l’opération Mandarine. Résultat qui n’ont pas été dans les poches des postier·e·s puisque l’intéressement a été maintenu à zéro.

3  La direction déclare souhaiter ne plus faire appel à de l’emprunt pour acheter de nouvelles entreprises

4  Impact de la digitalisation des factures du stockage du papier sur la baisse du courrier. 

5  Pour rappel le coefficient d’exploitation doit être le plus bas possible. 

Pour rappel, la Poste achète des minutes et de la data à SFR 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
Harcèlement sexuel et moral : un influent avocat renvoyé en correctionnelle
Star de l’arbitrage, associé de l’ancien garde des Sceaux Dominique Perben, l’avocat d’affaires Jean-Georges Betto est renvoyé en octobre devant le tribunal correctionnel de Paris, à l’issue d’une enquête pour « harcèlement sexuel » et « moral ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre