Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2021

Intérieur Nuit

« J’ai rêvé que j’arrivais dans mon bureau et qu’on avait muré la fenêtre qui me permettait de voir le ciel » – À propos du film de Sophie Bruneau, « Rêver sous le capitalisme » (2017) actuellement diffusé sur Mediapart en collaboration avec Tënk.

Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J’ai rêvé que j’arrivais dans mon bureau et qu’on avait muré la fenêtre qui me permettait de voir le ciel » : ces mots sont extraits de l’un des douze récits de rêves de travail filmés par Sophie Bruneau. D’autres rêves et d’autres situations témoignent d’une agression physique et sociale peut-être plus directe, mais ces paroles d’enfermement résument avec une force symbolique sans égale la violence qui s’acharne aujourd’hui sur les travailleuses et les travailleurs, quel que soit leur secteur d’activités.

En 2005 déjà, la réalisatrice avait consacré un film à la souffrance au travail, « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés », où à travers des entretiens, s’établissait la relation entre la souffrance individuelle du patient et les nouvelles formes d’organisation du travail. Treize ans plus tard, Sophie Bruneau ressent la nécessité de revenir sur la thématique. Parce que dit-elle, « toutes les pratiques qui créaient des souffrances indues, et que l’on avait déjà  pointées, se sont imposées et généralisées à tous les secteurs, le privé puis le public ». Et puis, pour la réalisatrice, revenir sur une thématique implique aussi la recherche d’une nouvelle écriture.                                                                                                                                                                   

De ce point de vue, sa lecture du livre de Charlotte Beradt, "Rêver sous le IIIe Reich" a été déterminante. On peut dire qu’elle est une des clefs du film. Dans les années 30 à Berlin, Beradt en recueillant les rêves de son entourage a montré combien ils étaient imprégnés par la barbarie nazie. « Ce travail extraordinaire réhabilite le rêve comme matériau anthropologique capable de dire l’époque, mais aussi de développer de nouvelles formes à partir de l’expérience subjective d’un environnement social » ajoute Sophie Bruneau. Les fondements théoriques du film étaient donc fixés. Il fallait encore déplacer le questionnement : « Que raconteraient les rêves de travail de notre époque ? » Restait — si l’on ose dire — à recueillir les récits des acteurs du travail qui (re)interprètent leurs rêves, à leur donner une forme et un statut et à inventer un langage cinématographique original basé sur deux conditions constitutives — et paradoxales — du film : la parole et le plan fixe. Un long travail d’approche, de repérage, de mise en confiance réciproque qui a duré plusieurs années sans compter ensuite celles du tournage, du tissage et du montage du film.

Les 12 récits de rêve qui constituent le film sont bien un moyen « de connaissance anthropologique » qui dépasse la composante psychanalytique pour ouvrir le champ politique. Face au travail contemporain, « les âmes sont malmenées jusqu’au plus intime de la sphère domestique ». Le harcèlement, les rythmes effrénés, la destruction intérieure, la perte de sens et la mort enfin peuplent les cauchemars des 12 témoins qui tous /toutes posent à un moment la question « à quoi je sers encore ? » Pour Sophie Bruneau « ces 12 témoignages portent la “vision nocturne” du monde : le système capitaliste néolibéral court à notre perte ».

Comme souvent, quand la maîtrise est là, la contrainte engendre un regard singulier et créateur de la réalisatrice. La plupart des raconteurs de rêve ne souhaitaient pas apparaitre à l’image. Dans le film, seuls trois d’entre eux sont  « in », les neuf autres « off ». La démarche était risquée. Les pièges nombreux. 
Il fallait éviter à tout prix de choisir des images qui auraient illustré la parole de celles et ceux que l’on ne voit pas. Sophie Bruneau a choisi une voie radicale, une voie de pur cinéma qui suggère le hors champ et met le spectateur à la « bonne distance » des acteurs. Des plans larges et fixes (à l’exception d’un long travelling) qui embrassent des lieux de travail ou d’accès au travail. De l’aube au crépuscule, de nuit et de jour, mais dont curieusement  personnellement je retiens la dominance d’une sorte d’« intérieur nuit » (la « vision nocturne »). Des tableaux dont le symbolisme n’exclut pas l’ancrage dans le réel et dont la poésie — cruelle — cohabite avec le politique. « Rêver sous le capitalisme » nous arrive à un moment crucial où les conditions de travail s'aggravent.

Mais c’est d’abord une œuvre cinématographique exemplaire de maturité.

Notes
1 Une production alter ego films et Michigan Films en coproduction avec la RTBF, ARTE G.E.I.E., le CBA, le Fresnoy, avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du VAF, et le soutien de la bourse brouillon d’un rêve de la Scam. 2017 / 63’ / 16/9 / couleur / Dolby stéréo 5.1 (VO FR / ST EN)
2 Les citations sont extraites d’un entretien de Sophie Bruneau avec la critique Juliette Borel :

http://www.alteregofilms.be/films/9-films/199-rever-sous-le-capitalisme

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin