Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

Italie : le désert des urnes

Victoire spectaculaire mais ambiguë du Centre gauche aux élections municipales en Italie. Le Parti Démocrate remporte les cinq plus grandes villes du pays. La droite et l'extrême droite sont défaites .Mais c'est l'abstention qui domine ( près de 60 %). Difficile d'en tirer des leçons politiques pour l'avenir.

Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

5-0 : un score de forfait ! Après les trois grandes villes remportées au premier tour (Milan, Bologne, Naples), le centre-gauche ajoute dans son escarcelle les deux autres cités majeures en jeu  (Rome et Turin) auxquelles il faut encore additionner les victoires inattendues à Varese (capitale de la Lega), Latina (place forte de la droite et de l’extrême-droite) et Cosenza. A droite, seule Trieste a réélu son maire berlusconien, mais non sans difficultés. Enrico Letta avait donc quelques raisons d’exulter lui qui a repris, il y a 7 mois à peine, un Parti Démocrate dévasté par les divisions internes. « Une victoire triomphale », s’est exclamé Letta tout en ajoutant aussitôt « … sans triomphalisme ». L’affirmation paradoxale du dirigeant démocrate illustre bien les ambigüités de cette victoire qu’il faut nuancer, comme il fallait déjà redimensionner son succès du premier tour (5 et 6 octobre dernier)[1]. Cette fois encore en termes d’élus, la victoire est incontestable. À Rome comme à Turin, les candidats de centre gauche gagnent avec 60 % des suffrages. En termes d’électeurs, c’est autre chose. L’abstention s’est encore creusée par rapport au premier tour. À Rome, un électeur sur quatre s’est déplacé. Et l’abstention est de l’ ordre de 60 % dans les autres villes concernées par le scrutin. Et, comme au 1er tour également, c’est l’électorat populaire des quartiers périphériques qui a boudé les urnes. Un électorat qui lors des derniers scrutins votait majoritairement pour la droite et l’extrême-droite de la Lega ou des Fratelli d’Italia (FdI). Erreur sur les candidats qui ont multiplié les faux pas ou les ignominies[2], désunion de la droite, contestation interne à la Lega partagée entre sa participation gouvernementale et sa vocation oppositionnelle, infiltrations et complaisances néo-nazies au sein des Fratelli : la défaite de Salvini et Meloni ne manque pas de raisons. Il faudra évidemment affiner l’étude des résultats, mais il apparait sans nul doute que les abstentionnistes proviennent essentiellement de leurs rangs.

La victoire du centre-gauche s’apparente donc surtout à une défaite de la droite même si, comme il convient, ses dirigeants tentent de la minimiser. Enrico Letta peut se réjouir d’avoir replacé le PD dans son rôle de fédérateur du centre-gauche (en fait du social-libéralisme au centre gauche classique et, selon les cas, à quelques formations mineures d’une gauche plus critique sans oublier une partie des Cinque Stelle). Le report de voix des M5S a fonctionné dans plusieurs scrutins, mais les troupes dirigées aujourd’hui par l’ancien premier ministre Giuseppe Conte ont fondu et ne dirigent plus aucune grande ville. Pour l’avenir, l’alliance PD/5S, axe de la politique de Letta, demande encore confirmation dans le principe comme dans les chiffres.

Enrico Letta affirmait au lendemain du scrutin que si le PD avait intérêt à aller à des élections législatives, il choisissait plutôt de soutenir jusqu’au bout le gouvernement Draghi dont il se veut l’épicentre. Mais surtout il serait très imprudent d’extrapoler les résultats de ces municipales. Lega et FdI sont défaits, certes, mais d’abord au profit de l’abstention avec des vainqueurs « minoritaires ». Rien ne dit que la droite et l’extrême droite ne demeurent pas hégémoniques dans les urnes vides…

[1] https://blogs.mediapart.fr/hugues-le-paige/blog/061021/election-en-italie-illusion-doptique

[2] A Rome, Enrico Michetti, le candidat de la droite désigné par les Fratelli d’Italia s’est vu rappeler diverses déclarations récentes où l’antisémitisme et le racisme se mêlaient à des éloges aux armées hitlériennes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai