Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

« En même temps » : Gérald Darmanin et Pap Ndiaye

« Audace » et/ou coup politique ? La nomination de Pap Ndiaye à la tête de l’Éducation Nationale n’a pas fini de provoquer des réactions souvent virulentes et y compris racistes. S’il reste fidèle à ses convictions, l’historien de la « condition Noire » ne tardera pas à se heurter à des contradictions politiques insurmontables.

Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On se souvient des professions de foi du candidat Macron en 2017 : ni de gauche, ni de droite, mais « en même temps »… En un quinquennat, le président a pu faire la démonstration d’une politique qui n’était « ni de gauche, ni de gauche ». Aujourd’hui, en dépit de promesses du « nouveau président »  pour un « nouveau peuple », son premier gouvernement du second mandat a été constitué sous le signe de la continuité de l’emprise de la droite. Dans le gouvernement Borne (sur un total de 27) on trouve 14 ministres reconduits notamment dans les postes clefs de l’économie et des finances et de l’intérieur qui marquent l’empreinte d’une droite radicalement libérale et foncièrement répressive. Les promesses de planification écologique peuvent déjà être mises en doute par la désignation de deux ministres novices en matière de transition énergétique et écologique qu’elles semblent découvrir.

La seule surprise — elle est de taille — est évidemment la nomination de l’historien Pap Ndiaye, spécialiste de la condition noire et de l’histoire sociale des États-Unis à la tête de l’Éducation Nationale. Pap Ndiaye qui dirigeait le Musée de l’Immigration[1] est évidemment aux antipodes des positions de son prédécesseur Jean Michel Blanquer qui avait mené une croisade contre l’« islamogauchisme » et le « Wookisme ». Les positions sociales et identitaires des deux hommes sont totalement incompatibles. On ne peut que se réjouir de cette audace. Mais elle a déjà déchainé les propos racistes de l’extrême droite et de la droite radicale qui mettent immédiatement en cause l’identité française et républicaine du nouveau ministre.

Les réflexions et l’engagement de Pap Ndiaye qui sont construits sur la lutte la plus large contre les inégalités trouveront-ils la possibilité de s’exprimer dans sa nouvelle fonction ? Le « nouveau » président assumera-t-il ce changement politique qui devrait être fondamental dans le domaine de l’éducation nationale ? Poser la question, c’est sans doute déjà y répondre. Pour Emmanuel Macron l’opération appartient à la catégorie des coups politiques qui peuvent peu ou prou semer la confusion en cette période électorale. Faire siéger Darmanin et Ndiaye dans le même Conseil des Ministres est certes audacieux, mais peut aussi, après tout, être la manifestation du cynisme absolu en politique. Une sorte d’écran de fumée presque parfait qui permet de détourner l’attention des autres questions posées par la composition du gouvernement. Mais avant d’aller plus loin, attendons donc les paroles et les actes…

On aurait évidemment envie de demander à Pap Ndiaye ce qu’il va faire dans cette galère. Car si sa nomination met surtout en évidence le symbole qu’il représente, elle ne s’accompagne pas d’une modification de la politique macronienne foncièrement inégalitaire. Si le nouveau ministre maintient ses positions sur le « déni des brutalités policières en France » ou sur le « racisme structurel » d’une partie de l’hexagone, s’il veut traduire ses positions sur les discriminations dans une nouvelle conception du rôle de l’école, on ne voit pas comment les conflits ne pourraient pas éclater — pour ne pas dire exploser — au sein du gouvernement d’Élisabeth Borne. On sait que Pap Ndiaye concilie ses positions tranchées avec une rare capacité de dialogue et de médiation. Et s’il ne renonce pas aux premières, il devra sans doute et plus ou moins rapidement buter sur des contradictions politiques insurmontables. Avant lui, Nicolas Hulot avait navigué entre les écueils avant de reconnaitre son impuissance. Aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de raison de penser que le nouveau ministre de l’Éducation nationale connaisse un autre sort. Mais si, fidèle à lui-même, il mène le combat habilement et hardiment, nul ne peut dire quelles en seront les conséquences finales pour lui… et pour le pouvoir.

[1] Nommé par Emmanuel Macron dont, dit Le Monde ( 22/23 mai 2022) , Pap Ndiaye  « s’était rapproché faisant figure de « conseiller culture » officieux durant sa seconde campagne présidentielle ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof