Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2022

Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Italie : Meloni, l'Europe, la natalité et le mérite

Avec la constitution du gouvernement Meloni le pouvoir de l'extrême droite entre dans la réalité quotidienne des Italiens. Comme lors se sa campagne, Meloni veut à la fois rassurer « Bruxelles et les marchés » et conforter son électoral traditionnel héritier du fascisme.

Hugues Le Paige
Journaliste-Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Famille – Ferdinand_Georg_Waldmüller_ (1793-1865)

Cette fois la victoire de l’extrême droite et de la droite entre de plain-pied dans la réalité quotidienne des Italiens. La désignation du gouvernement Meloni, ce 22 octobre, donne la mesure du bouleversement culturel et politique que constitue cette première dans un pays dont la constitution est basée sur l’antifascisme.

Fidèle à la manière dont elle a conduit sa campagne électorale, Giorgia Meloni, a construit son équipe gouvernementale dans le double souci de « rassurer Bruxelles et les marchés » comme on dit dans un habituel pléonasme médiatique, et de donner des gages à son électoral traditionnel pour qui l’heure du triptyque « Dieu, Famille, Patrie »  a sonné.

Pour arriver à ses fins et asseoir définitivement son autorité, Meloni a su imposer son autorité à ses alliés. Matteo Salvini a dû renoncer au ministère de l’Intérieur où il comptait poursuivre la politique anti-immigrée qu’il avait menée sous le gouvernement Conte 1. Il sera, avec moins de poids politique, ministre aux Infrastructures. Sa défaite électorale ne lui permettait pas d’exiger davantage.

Silvio Berlusconi a donné plus de fil à retordre à la Première ministre. Berlusconi qui pour des raisons d’intérêt personnel voulait contrôler la justice et les médias s’est vu sèchement recadré par son alliée. Le leader vieillissant de Forza Italia a dès lors multiplié les déclarations aussi fracassantes que pathétiques, notamment sur son amitié avec Poutine avec qui il affirmait avoir « renoué ». Voulait-il encore une — dernière — fois attirer micros et caméras ou entamait-il là son travail de sape du gouvernement Meloni ? Sans doute les deux sont-ils vrais. Mais le fait est qu’il a dû renoncer à ses prétentions.

Dans la souffrance, mais après  avoir triomphé des embûches posées par ses alliés, Meloni a pu composer l’équipe qui devait répondre à ses exigences à la fois européennes et identitaires. Pour les premières, elle n’a pas lésiné. En nommant Giancarlo Giorgetti (Lega, mais pro européen) ancien ministre de Mario Draghi à l’économie et aux finances, la présidente du conseil confirme qu’elle mettra ses pas dans la politique libérale de son prédécesseur.

La nomination d’Antonio Tajani aux Affaires étrangères complète les assurances données à Bruxelles. Tajani, ex-bras droit de Berlusconi dont il s’est aujourd’hui « autonomisé », est un atlantiste et européen avéré. D’autres nominations vont dans le même sens.

Pour répondre à son identité historique, Meloni a désigné quelques personnalités emblématiques de l’extrême droite ou de l’ultra conservatisme. Et surtout, dans le même esprit, elle a renommé des ministères symboliques. Le Ministère de la Famille et de la parité se voit affublé du vocable complémentaire de la Natalité. Le département de l’Instruction devient aussi celui du Mérite. Celui de l’Agriculture est désormais accompagné de l’appellation « souveraineté alimentaire ». La tutelle de la Famille et de la Natalité revient à Eugenia Maria Roccella, ancienne militante en faveur de l’avortement qui a aujourd’hui rejoint le camp adverse et qui déclarait encore durant la campagne électorale que « l’avortement n’est pas un droit ».[1]

Même si Giorgia Meloni poursuit sa politique sur ces deux lignes, les droits des femmes, mais aussi  ceux des lgbt+ et des immigrés seront les premiers menacés par ce gouvernement le plus à droite de l’histoire italienne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Encore sous le choc, la gauche, les partis démocratiques et antifascistes commencent à s’interroger sur leurs propres responsabilités dans ce tournant historique et se demandent comment construire une alternative crédible. Le débat sera long et difficile.

[1] Le 25/08/22 sur la chaîne La 7

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal