hugues lemaire
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2016

L'IGF, TERREAU DE LA FRAUDE FISCALE?

Chaque fois qu'un scandale financier éclate, il est intéressant de voir qui est à la tête des établissements fraudeurs. Et trop souvent, on y retrouve des anciens Inspecteurs des Finances, sans que la classe politique n'y trouve à redire. Une perte de crédibilité pour ce service et pour ses membres.

hugues lemaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire des Panama Papers aura confirmé, une fois de plus, l'implication des banques, ou tout au moins certaines d'entre elles, dans des montages financiers favorisant l'évasion fiscale, voir constitutifs de fraude fiscale.Tout le monde s'en émeut, même si certains ont pu, dans le passé, participer à ces mouvements d'évasion (pardon d'optimisation) fiscale, tels l'actuel président de la Commission Européenne alors qu'il était ministre du Luxembourg.Ce qui est véritablement consternant dans ce type d'affaire, c'est de constater que, à la tête de ces établissements bancaires, se trouvent des énarques ou d'anciens fonctionnaires de l'Inspection Générale des Finances (IGF), et ce d'autant plus que ce n'est pas la première fois que l'on peut noter ce genre de dérive ( https://blogs.mediapart.fr/hugues-lemaire/blog/100215/swissleaks-hsbc-igf-meme-combat ).Et cela est d'autant plus choquant qu'il s'agit là de ceux qui ont pu se forger une expérience professionnelle particulière, en participant à un service dont l'une des missions est d'entretenir " une intense activité de coopération internationale dans le domaine du contrôle et de l'audit, de la gouvernance budgétaire et financière et de l'évaluation des politiques publiques". Expérience professionnelle qui leur permet, dès lors qu'ils sont passés de l'autre côté de la barrière, de mettre en place une ingénierie financière particulière pour pratiquer eux-mêmes ce qu'il ont contrôlé dans le passé. Ce qui est choquant, c'est également de constater le silence assourdissant auquel s'astreignent ceux qui, précisément, devraient être les premiers à sanctionner ce type de comportement, à savoir les membres du gouvernement et les membres ou anciens membres de l'Inspection Générale des Finances.Quand l'un des membres du gouvernement, à savoir Emmanuel MACRON, remplit à la fois les deux qualificatifs, puisqu'il est ministre de l'Economie et ancien inspecteur général des finances, on peut s'inquiéter de connaitre les véritables raisons de ce silence.Peut-être le fait que l'épouse de Frédéric Oudéa , directeur de la Société Générale ,soit issue de la même promotion de l'ENA que notre jeune ministre de l'économie est-il pour quelque chose dans ce manque de réaction. On peut également s'inquiéter de constater qu'un corps constitué pour la bonne application de la loi fiscale donne autant de contributeurs à la pratique de la fraude fiscale.Est-ce à dire que le terreau de l'IGF n'est bon qu'à produire de mauvaises plantes? Il est urgent de nous démontrer le contraire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND