Soutien à Rémi, 1ère VICTIME DE LA REPRESSION MADE IN MACRON. IL RISQUE LA PRISON

8 août: commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki,militants antinucléaires et clowns s’invitèrent au siège d’En Marche à Paris, pour interpeller Macron quant à la non-signature par la France du traité d’interdiction des armes nucléaires, signé par 122 États en juillet. Le Président Macron refuse d’engager la France sur la voie du désarmement nucléaire, sa responsabilité est entière

Mardi 8 août 2017 11h53 -  Les « clowns en marche arrière » viennent de s’inviter au siège de la « République en marche », à Paris, pour tenter de parler au Président des clowns.

Ils souhaitaient le féliciter de s’être opposé vaillamment à la signature du Traité d’interdiction des armes nucléaires le 7 juillet dernier à l’ONU. 122 pays ont signé ce traité mais la France a tout fait pour s’y opposer et continue de s’y opposer.

« Nous sommes venus pour le remercier, car la guerre c’est vachement mieux que les APL ! » a déclaré le chef d’état major des armées clownesques.

Une quinzaine de clowns étaient présents et ont été vite rejoints par une cinquantaine d’hommes en bleu qui les ont expulsés assez violemment et ont procédé, en toute logique, à leur interpellation.

Le 8 août 2017 – Rémi Filliau est la première victime de la répression made in Macron. Après une action non violente menée en Clown au siège des Républicains en Marche, il se retrouve poursuivi par la police pour « rébellion » ! Il risque la prison et une lourde amende !

Avec une quinzaine de clowns hommes et femmes, il avait voulu dénoncer le refus par le Président Macron d’engager la France sur la voie du désarmement nucléaire. En juillet dernier à l’ONU, 122 pays sur 192 ont en effet décidé d’adopter un Traité d’interdiction complète des armes nucléaires sur le modèle des deux Traités d’interdiction des armes chimiques et à sous-munition. Mais la France de Macron a refusé de soutenir ce Traité !

Rémi Filliau sera donc jugé au tribunal de Grande instance de Paris le 15 décembre 2017 à 9h à la 28ème Chambre. Il a besoin de notre soutien à tous !
Rémi risque jusqu’à 15 000€ d’amende et un an de prison, suite aux allégations mensongères d’un policier l’accusant de violences à son encontre ! Rémi est pourtant reconnu comme un militant non-violent œuvrant depuis plusieurs années pour la Paix et la Justice aux côtés du Collectif des désobéissants, et de nombreuses personnes qui le connaissent pourront témoigner dans ce sens à la barre du tribunal …

Vidéo où Rémi déguisé en policier marche sur le policier à terre déguisé en Rémi :

https://youtu.be/JNKtSaRmDfg

Le gouvernement souhaite-t-il à travers ce procès politique décourager les militant(e)s opposé(e)s aux lois scélérates sur le Travail, l’Assurance-chômage et les Retraites du Président Macron ?

Pour celles et ceux qui peuvent se libérer le 15 décembre pour assister au procès, un rassemblement pacifique et non-violent aura lieu à 8h30 devant le Tribunal de Grande instance de Paris, 10 Boulevard du Palais à Paris (Métro Cité).

Cette action eu lieu à l’occasion du jeûne-action contre l’arme nucléaire, organisé comme chaque année par le collectif « Abolition des armes nucléaires – Maison de Vigilance » et soutenu par le Réseau Sortir du nucléaire, le Mouvement de la Paix, le collectif des Désobéissants et le Mouvement pour une Alternative Non-violente.

On lâche rien!

www.desobeir.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.