MACRON SALVINI DI MAIO : MANIPULATEURS DE LA TERREUR

A quel point les deux pays, France et Italie "ont besoin l'un de l'autre". Macron et Matarella se sont parlés et ils ne se veulent que du bien... Coïncidence ? au moment même où l'Italie relance sa chasse à l'homme/femme contre les réfugié.e.s d'Italie et demande à nouveau leurs corps pour les faire pourrir en prison, la France est mise en cause par l'ONU et le parlement européen.

pilori-extraditions-not-in-my-name-copia

Et pour tenter de brouiller les signes qui les accusent, ils distillent la peur, la terreur depuis des mois et des mois  : il nous faudrait toujours avoir peur : peur de celui qui s'échoue sur les cotes européennes fuyant guerres et destructions, peur des envahisseurs, peur d'être défiguré.e, d'être mutilé.e à vie en manifestant, terreur des attentats, terreur de pourrir en prison. La liste des motifs pour lesquels nous ne devrions plus vivre qu'avec la peur comme cadre de vie est infinie. Elle est chaque fois prétexte à renforcer le contrôle des habitants, des populations et à banaliser la militarisation des pays en distillant la haine.

Les propos tenus par N. Loiseau, ministre française LREM aux affaires européennes, ont le mérite de clarifier les choses : « à quel point les deux pays, ont besoin l'un de l'autre" Macron et Matarella se sont parlés rapporte-t-elle suite aux conversations échangées entre les deux dirigeants https://www.mediapart.fr/journal/france/150219/paris-et-rome-calment-le-jeu-mais-les-tensions-subsistent. et ils ne se veulent que du bien, se comprennent... Coïncidence ? Ces déclarations tombent au moment même où l'Italie relance sa chasse à l'homme/femme contre les réfugié.e.s d'Italie et demande à nouveau leurs corps pour les faire pourrir en prison. Car ce sont des corps dont ils ont besoin, leur combat conte les idées n'aboutissant toujours pas à éradiquer la colère contre leur système.

L'horizon de ces gouvernants est celui de leur classe, leur regard hautain est celui du puissant, leur sourire est glacial

Alors que les relations Italie/France semblaient dégradées au point de rappeler l'ambassadeur français en Italie, une rencontre entre les représentants des ministères de la justice italien et français vient d'avoir lieu pour examiner la liste de réfugié.e.s venu.e.s d'Italie en France dans les années 80 et dont Salvini veut l'extradition pour les faire pourrir en prison, comme il l'a déclaré pour Cesare Battisti.

Et puis coïncidence, l'ambassadeur français retourne à Rome ce vendredi. Matteo Salvini, également ministre de l'Intérieur, a écrit une lettre "très polie" à son homologue français Christophe Castaner et selon Médiapart, un ministre français aurait déclaré "La France a sous-estimé le traumatisme d'un pays qui a connu le sang"

Sans doute pour ce ministre français, le sang versé n'est pas celui qui coule aujourd'hui en France chaque samedi lors des manifestations des gilets jaunes suite aux tirs répétés des forces de l'ordre sur les manifestants.

Les prises de position de l'ONU ainsi que celles du parlement européen https://www.mediapart.fr/journal/france/140219/l-onu-et-le-parlement-europeen-denoncent-la-repression-des-gilets-jaunes qui dénoncent la répression en France contre des gilets jaunes (ils sont loin d'être les seuls) rappellent sinistrement que les états qui doivent faire face à la colère de leurs peuples ont recours à la force et ne désarment pas quand il s'agit de sauver leurs privilèges. A ceux qui pensaient que Macron serait un rempart contre l'extrême-droite *https://www.mediapart.fr/journal/france/010517/dire-non-au-desastre ils doivent amèrement réaliser que la "coopération loyale" avec Salvini est un curieux rempart contre l'extrême droite, que celui-ci s'effrite facilement sur le dos des mutilés, éborgnés, des emprisonnés, condamnés en France par centaines depuis le début du mouvement des gilets jaunes et de ceux, qui il y a maintenant près de 40 ans, se soulevaient pour construire un monde plus juste, un monde pour que cesse la misère, l'exclusion, auxquelles étaient promis les plus démunis, les plus pauvres, les travailleurs, les classes populaires en général, ceux qui refusaient le système qui est aujourd'hui celui imposé par Macron et Salvini.

Des  tractations sordides, ignobles, sont en train d'avoir lieu entre ces deux gouvernements. Les rodomontades des Macron, Salvini, Di Maio sont autant d'opérations de propagande interne destinées à masquer leurs accords véritables : ceux d'une société gouvernée par la haine au bénéfice des intérêts capitalistes. Ces accords sur leurs conceptions du monde se cimentent autour de la répression, de leur volonté de faire pourrir en prison des hommes des femmes qui luttent, ont lutté contre eux. Arcboutés sur leurs arrogances, la répression en guise de bouclier, ils espèrent éteindre ainsi tout désir de changement chez ceux qui s'obstinent à lutter pour gagner et mettre à bas ce système mortifère.

UNE PÉTITION CIRCULE NOT IN MY NAME AFIN DE DÉNONCER CES NAUSÉABONDS MARCHANDAGES

Lien pour y accéder : https://www.change.org/p/claire-auzias-not-in-my-name

 

* Edwy Plenel 1 mai 2017 : « Contre Le Pen, nous voterons Macron le 7 mai. Ce ne sera pas pour approuver son programme mais pour défendre la démocratie comme espace de libre contestation, y compris face aux politiques du candidat d’En Marche!. Tandis qu’avec l’extrême droite identitaire et autoritaire, la remise en cause de ce droit fondamental est assurée » https://www.mediapart.fr/journal/france/010517/dire-non-au-desastre

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.