ibanez martinez amparo
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2017

Deux morts. Deux jeunes fauchés par un TER à Lille : les parents vont porter plainte

Hommage pour Matisse et Selom, très émouvant, ces jeunes «de quartiers populaires» effondrés, en pleurs, mais aussi des personnes solidaires, tous ceux mobilisés depuis toujours contre les contrôles policiers, les meurtres policiers, directs ou indirects. La chasse aux jeunes est-elle ouverte en France ? mortXs, mutiléXs, enferméXs, La jeunesse paie un lourd tribut à la terreur, la répression.

ibanez martinez amparo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hommage à Lille pour Matisse et Selom

https://www.facebook.com/LilleInsurg

09h19, le 19 décembre 2017

Deux jeunes d'une vingtaine d'années ont été fauchés près de la gare Lille Flandres vendredi soir. L'un des jeunes rescapés de l'accident raconte qu'ils fuyaient la police, ce que dément le parquet. Les parents ont annoncé leur intention de porter plainte.

Un deuxième jeune homme est mort dimanche parmi les quatre garçons âgés de 17 à 20 ans percutés vendredi soir par un TER à Lille. Un premier blessé, âgé de 20 ans, était décédé samedi midi. Selon l'un des jeunes rescapés de l'accident, le groupe avait pris la fuite vendredi soir pour éviter de se faire contrôler par une patrouille de policiers armés de matraques. Et c'est sur un sentier, longeant la voie ferrée, que les quatre jeunes gens ont été percutés par un TER sortant de la gare de Lille-Flandres.

Parole contre parole. Lundi, le parquet de Lille a précisé que l'information judiciaire avait permis à ce stade de "contredire" les "rumeurs" d'un contrôle de police survenu juste avant l'accident. Mais le drame suscite encore des interrogations et des doutes dans l'entourage des victimes. Au cours d'un rassemblement en mémoire des deux jeunes, lundi soir, leurs parents ont annoncé qu'ils allaient porter plainte pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui. Ils demandent que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame.

"Je veux qu'il y ait une enquête". "Je n'ai pas de haine, j'ai juste de la tristesse, de la colère car j'ai perdu mon fils. Je veux qu'il y ait une enquête, je voudrais comprendre pourquoi quatre jeunes se sont retrouvés sur une voie ferrée, pourquoi il y avait un accès facile", explique à Europe 1 Valérie, la mère d'une des victimes. "Le message que je voudrais faire passer, surtout aux jeunes, c'est d'arrêter de brûler des voitures. Je veux juste savoir ce qu'il s'est passé". Ce week-end, des voitures avaient été incendiées et des dégradations avaient eu lieu près du lieu de l'accident.

http://www.europe1.fr/societe/deux-jeunes-fauches-par-un-ter-a-lille-les-parents-vont-porter-plainte-3524960

- Fives s'embrase - Ce qui est dit et ce qui ne l'est pas -

Comme beaucoup d'autres médias, la VDN a choisi comme titre pour son article des échauffourées d'hier soir : "Lille - Soirée de tension dans le quartier où quatre jeunes ont percuté un TER"

Bon déjà : "quatre jeunes ont percuté un TER" ... Et pourquoi pas "un TER a percuté 4 jeunes" ? Des jeunes trouvent la mort sur les voies du TER...

Nous pouvons voir dès le titre, l'angle choisi.

Ensuite : "Plusieurs véhicules ont été endommagés et d’autres brûlés ce samedi soir à Caulier. De nombreuses forces de police ont été déployées. Une personne a été interpellée."

Dès les premières lignes, le journal vous met dans l'ambiance "Émeute et Insurrection". Celui ci aurait pu choisir de revenir sur l'accident, et ne pas se contenter du titre pour en parler. Cela aurait contextualisé les événements de cette nuit.
Mais le journal veut vendre, et veut faire passer son message : "Des jeunes de Fives ont fait cramer des voitures !" 
Le lecteur reste donc focalisé sur ces premières lignes choc ! Et apporte moins d'importance à la suite de l'article.

Une suite qui est pourtant très importante pour comprendre le vice du journaliste écrivant son papier.

"Selon les premiers éléments, ces incidents pourraient bien découler des rumeurs diffusées pendant la journée, notamment via Facebook, et tentant d’expliquer pourquoi les quatre jeunes se sont aventurés vendredi soir sur les voies SNCF, alors que la première thèse évoquée, celle du « raccourci », semblait pour le moins étonnante."

Le plus important est ici ! ou justement... c'est ce qui n'y est pas !

La thèse du raccourci ? étonnante ?

4 jeunes, escaladent un grillage renforcé, traversent une voie ferroviaire, pour prendre un raccourcis ? Nous trouvons ceci VRAIMENT plus qu'ambigu !

De plus, La VDN parle de "rumeurs" qui se serait propagées sur Facebook. Mais le journal se garde bien de dire quelles sont ces rumeurs, surtout si celles-ci mettent en cause la police.

Car bien plus qu'une rumeur, c'est une autre version des faits que l'on peut entendre à Caulier et à Fives. Des personnes, étant d'accord ou non avec les échauffourées qui ont eu lieu cette nuit, nous expliquent que les victimes, se faisaient courser par la police, et plus précisément la BAC, lorsque qu'ils se sont faits percuter par le TER.

Voir vidéo Legacy News : https://www.facebook.com/LegacyNewsOff/videos/vb.953795854692604/1820618851343629/

En cachant ces informations, la voix du nord réduit les événements de cette nuit à "les copains des victimes ont brûlé des voitures"
Hors c'est bien la cause de la mort, qui est à l'origine de ces émeutes.
Le journal, sans aucun doute en accord avec le préfet, veut éviter que cette autre version ne se propage d'avantage, éviter l'embrasement.

"une enquête a été ouverte" : Mais comme trop souvent dans ce genre d'affaire, les enquêtes ne sont pas fiables.

Nous pensons, aux familles, aux amis des victimes.
Nous ne nous désolidarisons pas de ce qu'il s'est passé à Fives la nuit dernière.
Nous demandons la vérité sur ce qui s'est passé !

https://fr-fr.facebook.com/ActionAntifascisteNp2c/

https://www.facebook.com/LilleInsurg/?hc_ref=ARQaCORozCEJD-ljRxUqbTvCJ7OWw_hx2b04hCEJwLEbCT6bzQSegGDRH14wZTk-joY&fref=nf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland