Numérique ta mère!

Le jeu de mot est facile mais on a vraiment envie de hurler quand on regarde le clip promotionnel de l'éducation nationale sur le site du Ministère ...

en-numerique en-numerique
 Le jeu de mot est facile mais on a vraiment envie de hurler quand on regarde le clip promotionnel de l'éducation nationale sur le site du Ministère

C'est affligeant de nullité et rempli de poncifs du genre : « nous sommes avec une génération-écran » ou « au moment où les tablettes se multiplient dans les familles, se pose la question de la continuité pratiques sociales-pratiques scolaires » ou encore « les enfants ont tout de suite été séduits » …

En voilà des arguments pédagogiques profonds ! De quoi justifier ce gaspillage éhonté des deniers publics dans un énième « plan » qui sera, n'en doutons pas, aussi catastrophique que tous les précédents. Mais qui fera le bonheur de quelques industriels et éditeurs. Et qui permettra de filmer de belles images pour la télé!

La candidat Hollande avait promis 50.000 postes de profs ? Il n'a pas tenu cette promesse plus que les autres, mais, attention, on aura des tablettes à la place ! Elle est pas belle la vie ? Ils en ont de la chance les Français que le ministère offre à leurs chérubins des gadgets pareils juste un an avant les élections !

Au moment où les médias nous bassinent avec le prétendu « niveau qui baisse » et le pourcentage d'élèves qui arrivent au collège sans savoir lire, au moment les effectifs des classes explosent et où la pénurie de postes d'enseignants est de plus en plus catastrophique, le Ministère va dilapider ses déjà trop maigres moyens dans un projet totalement improvisé et incohérent. Oui, mais … « numérique » !

C'est le mot magique aujourd'hui : on ne parle plus d'informatique (ça on sait ce que c'est , et ça ne fait plus rêver), ni de multimédia (ringard!), ni de NTIC ou TIC ou de TICE, non, non ! C'est un projet « numérique », qui rime avec magique !

On a déjà eu l'occasion de dire ici tout le mal qu'on peut penser de l'idée qui consiste à livrer des tablettes dans les établissements scolaires et à en attendre un miracle, alors que :

- les salles informatiques existantes sont déjà très souvent inutilisables faute de la présence de techniciens compétents et en l'absence d'un cadre cohérent d'utilisation de logiciels adaptés et fonctionnels: cela ne risque pas de changer!

- les connexions wi-fi seront un casse-tête incroyable pour assurer la sécurité et la fiabilité de centaines de connexions, sans parler du danger de l'exposition des enfants aux ondes

- les « tablettes » sont un des exemples les plus criants du triomphe de l'obsolescence programmée : catastrophe annoncée du point de vue de la maintenance et du respect de l'environnement

- le choix de systèmes Android (ou Apple) est une insulte aux principes d'inter-opérabilité et de pérennité des ressources pédagogiques: déconseillons tout de suite aux enseignants de créer des ressources pédagogiques pour ces tablettes!

- on pourrait continuer …

Pour information, nos amis britanniques ont fait un tout autre choix : le Raspberry Pi. Il s'agit d'un mini-pc de la taille d'un paquet de cigarettes et qui coûte 25 ou 30 euros seulement; il est construit autour de technologies fiables et d'un système Linux. Les écoliers y apprennent les rudiments de la programmation dès l'école élémentaire tout en découvrant « en vrai » le fonctionnement d'un ordinateur qu'il faut d'abord assembler et connecter. De quoi prendre du recul par rapport aux gadgets informatiques qui les environnent en permanence,

Pendant ce temps, les petits français vont apprendre à se « formater » l'esprit pour s'adapter à un système commercial verrouillé. Tout l'inverse de l'éducation, en bref !

Bruno Menan - membre de l'APRIL

Licence Creative Commons

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.