C'est désormais officiel: les boîtes noires nous surveillent!

Les "boites noires" prévues par la loi renseignement de 2015 sont désormais opérationnelles.

big-brother-300px
C'est désormais officiel: les boîtes noires nous surveillent!

Les "boites noires" prévues par la loi renseignement de 2015 sont désormais opérationnelles.

Cette information a été rendue publique par le président de la CNCTR le 14 novembre: la première boite noire a été installée début octobre mais on ne sait pas où! Cela peut être chez un fournisseur d'accès ou chez un hébergeur.

En principe, la surveillance ne concerne pas le contenu des messages mais seulement les métadonnées: qui communique avec qui, à quel moment, de quel endroit, ...

En clair, depuis quelques semaines, toutes les communications passées par le biais d'Internet font potentiellement l'objet d'un enregistrement. Cette masse de métadonnées est ensuite traitée par des algorithmes qui vont tenter d'y trouver « des connexions susceptibles de révéler une menace terroriste ». Et c'est bien là que se trouve la régression de nos libertés: l'État se donne désormais le droit de surveiller tout le monde et tout le temps, comme s'il utilisait un immense chalut dans l'espoir de capturer "par hasard" des indices de crimes en préparation. Tous surveillés, tous fichés.

Initialement, l'exploitation des boîtes en question n'était autorisée que jusqu'à fin 2018. Dans la toute nouvelle loi, ce délai a déjà été repoussé à 2020! Si ça vous rappelle l'état d'urgence, qui a été prolongé plusieurs fois jusqu'à devenir permanent, c'est que vous êtes tenant de la "théorie du complot"!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.