Communiqué : Soutien aux opposants à la future décharge nucléaire de Bure

Dans le cadre de l'appel "Demain il sera trop tard", nous souhaitons à travers ce communiqué exprimer notre soutien avec les occupants du Bois Lejuc dans la Meuse mais aussi l'urgence de sortir de l'impasse croissanciste et productiviste dont ces grands projets inutiles et imposés ne sont que la partie visible d'un imaginaire mortifère.

Le 22 février au matin les forces de l'ordre ont délogé les opposants au futur centre d'enfouissement des déchets nucléaires les plus dangereux qui occupaient le Bois Lejuc, elles ont aussi investi la Maison de la Résistance à Bure.

Les initiateurs de l'appel "demain, il sera trop tard" soutiennent les occupants du Bois Lejuc dans la Meuse.

bure-jlp

Cette occupation était la façon la plus efficace trouvée, pour lutter contre la construction d'un centre d'enfouissement des déchets radioactifs de très haute activité à Bure. Ce centre symbolise l'impasse nucléaire qui nous lègue des problèmes insolubles. Comment peut on nous assurer que ces déchets seront inoffensifs pendant plusieurs centaines de milliers d'années, alors que des tremblements de terre ou d'autres bouleversements géologiques peuvent se produire bien avant ?

Même le responsable de la sureté nucléaire, l'ASN, a reconnu que 20 % des déchets prévus pouvaient poser problème, et notamment un risque d'incendie et de relarguage d'hydrogène radioactif. L'enjeu est clair, plutôt que d'enfouir il faudrait déjà mettre fin à la production de déchets radioactifs en arrêtant le nucléaire et en adaptant notre mode de vie à un modèle plus sobre en énergie .

La lutte contre l'enfouissement des déchets date des années 1980 -1990 lorsque le gouvernement s'était enfin inquiété du devenir des déchets une fois toutes les centrales construites. L’intervention policière du 22 février pour évacuer le bois Lejuc alors que de nombreuses actions en justice sont encore en cour est inacceptable.

Nous répondrons massivement aux appels et décisions qui seront prises par les opposants à l'enfouissement de Bure et la population locale jusqu'à l’abandon définitif de ce projet irrationnel et criminel, et l'occupation du territoire pour des années par les forces de l'ordre, (une sorte de  "ZAD policière" en négatif ) ne nous en dissuadera pas.

Jean-Luc Pasquinet, pour le collectif initiatives décroissantes pour une convergence antiproductiviste.
http://initiatives-decroissantes.net/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.