Du statut de la Fonction Publique

Le statut de la Fonction Publique a été créé à l'origine pour 2 raisons qui n'en sont en fait qu'une seule : Assurer une "continuité" de personnel lors des alternances politiques à la tête de l'Etat ou des collectivités, et ainsi fournir à ses "agents" une forme de protection face au licenciements abusifs qui pourraient en découler.

Mais le statut de la Fonction Publique, auquel s'attaque indirectement la réforme de Macron, n'est que partiellement efficace dans cette tâche :

En effet, depuis que le monde est monde (ou juste après), les politiques qui s'emparent du pouvoir et d'une collectivité s'attellent avant tout à une tâche bien précise : Remplacer les anciennes équipes par du "sang neuf", sans grande préoccupation pour la continuité du service, sa qualité ou encore l'adéquation des compétences aux postes, l'encartage de ses nouvelles recrues à leur parti politique étant bien plus important...

Mais comme le statut est là, les personnels "écartés" ne sont pas "licenciés". Ils sont "juste" placardisés, comme il est habituel de le dire, et placés à des postes divers de "chargés de mission" ou même de directeurs de (pseudo-)structures dont le fonctionnement les indiffère totalement...

Ainsi, grâce au statut, et d'alternance en changement d'humeur, les fonctionnaires n'ont plus vraiment de "métier", et sont déplacés au bon vouloir de leur hiérarchie sur des postes qui cadrent uniquement avec leur "catégorie" et non pas avec leurs compétences, et encore moins avec leurs aspirations...

Résultat : Au lieu de devenir de plus en plus expérimentés, ces derniers perdent en compétence au point de ne plus avoir aucune autre possibilité que de rester là où on les a mis, alors que le titulaire d'un contrat à durée indéterminée dans le privé peut espérer rebondir ailleurs pour le meilleur grâce à son expérience.

Est-ce que le recours au contrat dans la Fonction Publique sera donc aussi dramatique que ce qu'en disent les syndicats ? Sûrement pas...

Au contraire, le contrat étant parfaitement adapté à l'alternance politique, inévitable, comme le sont déjà les postes de type "fonctionnels" : Plus d'hypocrisie "statutaire" qui fournit certes un emploi à vie mais qui en réalité hache menu les personnels afin que ces derniers rentrent dans toutes les cases où on aura envie de les mettre...

Place à une Fonction Publique où l'action et la satisfaction du public primera, et où la mise en place de projets novateurs et le bon fonctionnement des services sera la règle, quitte à se séparer de ceux qui n'auront pas les compétences requises pour y arriver (et seulement dans ce cas, le licenciement abusif devant toujours être puni même s'il est "décidé" par un "élu du peuple" !).

Donc oui aux réformes Macronistes et bon courage à lui face à l'immobilisme et à l'esprit rétrograde des syndicats et de tous ceux qui profitent encore des derniers instants d'un système qui tombe en ruine...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.