Les manifestations populaires déstabilisent le régime en Iran

La population ne décolère pas depuis le début de l'année contre une économie sinistrée du fait de la gabegie du régime islamiste en Iran.

Le mécontentement du peuple iranien s'étend d’heure en heure dans les villes iraniennes © csdhi

Ces derniers jours, des manifestations contre les coupures d'eau, la hausse des prix et le chômage dans plusieurs villes du pays, notamment à Téhéran, ont rapporté jeudi les agences de presse d'Etat iraniennes.

Les autorités ont à peine mentionné ces manifestations, mais ont pourtant mis en garde la population de ne pas y participer car selon elles “ l'OMPI utilise le problème de la cherté de la vie et les perturbations économiques pour diriger des manifestations contre le régime.”

Vendredi soir, l'intersection Vali-e-Asr et le parc Daneshjou à Téhéran ont été le théâtre de manifestations populaires et de heurts avec les forces répressives. Les manifestans ont scandé « mort à Khamenei », « notre ennemi est ici, ils mentent que c'est l’Amérique » ; « char, canon, pétards, le mollah doit être tué ».

Des heurts ont également éclaté devant le théâtre de la ville, où les agents répressifs ont attaqué les manifestants faisant plusieurs blessés. A Gharchak dans le district Zibashahr de Téhéran, la population a manifesté contre le régime islamiste avec des slogans contre la dictature.

Les manifestations populaires déclenchées en Iran depuis le 31 juillet, se sont étendues à de nombreuses villes dont Téhéran, Karaj, Eshtehard (province d'Alborz), Ispahan, Mashhad, Shiraz, Ahvaz, Arak, Shahin Shahr, Najaf Abad, Ghaderiyan, Kermanshah, Hamedan et Andimeshk.

© afchine_alavi

 

Maryam Radjavi, dirigeante de la Résistance iranienne, a de nouveau salué la population insurgée et a déclaré : « En défiant les pasdaran, les Bassidjis et les agents en civil, une fois de plus, les femmes et les jeunes se constituent en une génération rebelle qui n’aura guère de répit tant que le peuple iranien ne sera pas libre. Ils ont manifesté la colère et le rejet du peuple iranien contre la dictature religieuse au pouvoir en Iran. »

 

La révolte populaire qui fait trembler la terre sous les pieds des manifestants iraniens exprimait une colère et un désespoir généralisé par 39 ans d'un pouvoir théocratique, une des pires dictatures du 21e siècle.

Les manifestations risquent de se répandre très vite à travers le pays et le régime du Guide suprême Ali Khamenei se sent sérieusement menacé. Le sursaut citoyen se manifeste avec une radicalité rarement observée. Les slogans entendus contre la vie chère et le désastre économique des mollahs, se sont rapidement transformés en appels au renversement du régime dans son ensemble. Les manifestants rejetant dos à dos conservateurs et « réformistes ». Le slogan de "mort à Khamenei", le guide suprême des mollahs, scandé ces derniers jours par des milliers de manifestants, est un tournant.

 

© csdhi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.