Maryam Radjavi appelle à une nouvelle politique à l'égard de l’Iran

Alors que le mouvement pour le changement de régime progresse en Iran et les réseaux de la Résistance ont marqué un net avancé en 2018 dans l’organisation des manifestations et la mobilisation contre la dictature d’Ali Khamenei, le CNRI, la coalition de l’opposition, a appelé la communauté internationale à adopter une politique avisée vis-à-vis de la crise iranienne.

Le peuple iranien s'est levé pour un changement de régime. Ce développement apportera la liberté à l'Iran et la sécurité pour le monde. Le peuple iranien s'est levé pour un changement de régime. Ce développement apportera la liberté à l'Iran et la sécurité pour le monde.

L’accès aux armes de destruction massive, les violations des droits de l'homme, l'exportation de l’intégrisme et du terrorisme, constituent les piliers du régime théocratique au pouvoir en Iran. Par la voix de sa présidente, Maryam Radjavi, le Conseil national de la Résistance iranienne a réitéré la nécessité de prendre les mesures suivantes pour accélérer le changement vers la démocratie en Iran:

1. La reconnaissance du droit du peuple iranien à la résistance pour renverser le fascisme religieux des mollahs et pour obtenir la liberté;

2. L’inscription comme entités terroristes par les Etats-Unis et l’Union européenne, du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et du Ministère des renseignements et de la sécurité (Vevak) dans leurs intégralités;

3. L’expulsion des agents des services de renseignements et des mercenaires de la force terroriste Qods des mollahs des États-Unis et de l’Europe;

4. Le renvoi du dossier des violations des droits de l'homme en Iran au Conseil de sécurité des Nations unies après 65 condamnations des Nations unies;

5. Le soutien du renvoi du dossier du massacre de 1988 des prisonniers politiques en Iran à une Cour internationale de Justice;

6. Sortir le régime illégitime des mollahs de l’ONU et reconnaître la représentation de la juste résistance du peuple iranien;

7. L’expulsion avec fermeté des forces affiliées au pouvoir iranien depuis la Syrie, l’Irak, le Yémen, le Liban et l’Afghanistan;

8. Contraindre le gouvernement irakien à verser une indemnité pour les biens, le matériel, les armes et les camps que l’OMPI et l’Armée de libération nationale iranienne (ALNI) avaient entièrement payé, documents à l’appui disponibles.

Reconnaître le Conseil national de la Résistance iranienne, seule alternative démocratique à la dictature religieuse et terroriste en Iran, est indispensable pour rectifier et mettre fin à la désastreuse politique d’apaisement des Occidentaux au cours des quatre dernières décennies. Le régime qui détient le record du monde des exécutions ne comprendra que le langage décisif de la fermeté.

© maryam_rajavi_f

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.