Iran : Le Parlement européen défend les droits des femmes iraniennes

Depuis 40 ans, l’animosité envers les femmes constitue la pierre angulaire de l'intégrisme islamique au pouvoir en Iran. Le Parlement exhorte l'Iran à arrêter de criminaliser le travail des défenseurs des droits des femmes, notamment le travail réalisé par les manifestants pacifiques contre la loi obligeant à porter le voile, et appelle les autorités à mettre un terme à cette pratique.

IRAN : Le Parlement exhorte l'Iran à arrêter de criminaliser le travail des défenseurs des droits des femmes, notamment le travail réalisé par les manifestants pacifiques contre la loi obligeant à porter le voile, et appelle les autorités à mettre un terme à cette pratique. IRAN : Le Parlement exhorte l'Iran à arrêter de criminaliser le travail des défenseurs des droits des femmes, notamment le travail réalisé par les manifestants pacifiques contre la loi obligeant à porter le voile, et appelle les autorités à mettre un terme à cette pratique.

Les eurodéputés appellent tous les États membres disposant d'une présence diplomatique dans le pays à utiliser tous les outils diplomatiques en leur pouvoir pour soutenir et protéger les défenseurs des droits de l'homme sur le terrain.

Les députés appellent également les autorités iraniennes à relâcher immédiatement tous les défenseurs des droits de l'homme et les journalistes emprisonnés et condamnés pour avoir simplement exercer leurs droits à la liberté d'expression et de réunion. Ils rappellent qu'au moins huit journalistes sont actuellement détenus en Iran et que beaucoup d'autres ont été ciblés de façon systématique par les autorités au moyen d'enquêtes pénales, de gels des avoirs, d'arrestations arbitraires et de surveillances, y compris les journalistes travaillant pour le service iranien de la BBC. Selon les estimations de l'ONG Iran Human Rights, l'Iran a compté le deuxième plus grand nombre d'exécutions dans le monde en 2018.

Enfin, la résolution adoptée à main levée réitère l'appel du Parlement au gouvernement iranien concernant la libération immédiate et inconditionnelle de l'avocate et défenseure des droits de l'homme Nasrin Sotoudeh, lauréate du prix Sakharov, qui a été condamnée cette semaine à 38 ans de prison et 148 coups de fouets par un tribunal iranien.

La résistance des Iraniennes

Depuis 40 ans, l’animosité envers les femmes constitue la pierre angulaire de l'intégrisme islamique au pouvoir en Iran. La répression des femmes lui permet d’intimider toute la société iranienne. Ces 40 années de crimes contre les femmes iraniennes sous le régime des mollahs ont une source idéologique et répondent en même temps à des préoccupations d’ordre de sécurité.

Cependant, les femmes iraniennes ne se sont jamais soumises au cours des 40 dernières années. Elles ont rejoint la lutte contre la tyrannie religieuse des mollahs au même titre que les hommes. Aujourd'hui, elles détiennent la direction de la principale force d'opposition au régime des mollahs, l'OMPI. Avec de tels repères, les femmes iraniennes jouent un rôle d’avant-garde dans les manifestations contre le pouvoir en place pour réclamer leurs droits et payer le tribut de la liberté. C’est ainsi qu’elles participent à l’un des tournants les plus cruciaux de l’histoire de leur patrie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.