Iran: le terrorisme des mollahs

Les ambassades du régime iranien conduisent le terrorisme en Europe et à travers le monde, ont déclaré les participants à une conférence internationale  organisée par la diaspora iranienne dans 42 villes d’Europe, des Etats-Unis et d’Australie et d’Albanie.

"Vous seriez mieux inspirés de respecter la volonté du peuple iranien pour renverser la dictature et instaurer la liberté et la démocratie en Iran." "Vous seriez mieux inspirés de respecter la volonté du peuple iranien pour renverser la dictature et instaurer la liberté et la démocratie en Iran."

Les associations iraniennes réunies en multiplexe ont appelé les gouvernements occidentaux à réagir avec fermeté contre le terrorisme d’Etat iranien. En effet, en 2018, le régime iranien est entré dans une nouvelle phase de la pratique de son terrorisme d’Etat en Occident. Plusieurs attentats contre l’opposition iranienne ont été déjoués au cours des derniers mois en Europe et aux Etats-Unis.

Patrick Kennedy, ancien membre démocrate de la Chambre des représentants (États-Unis); Pandeli Majko, ministre d'État à la Diaspora et ancien Premier ministre (Albanie), Fatmir Mediu, chef du parti républicain et ancien ministre de la Défense (Albanie); Sid Ahmad Ghozali, ancien Premier ministre d’Algérie; Ingrid Betancourt; Lord Navnit Dholakia, chef adjoint du Parti libéral démocrate (Royaume-Uni); Yves Bonnet, préfet honoraire et ancien directeur de DST (France); Le sénateur Gerry Horkan, vice-président du comité des finances au Sénat d'Irlande; Antonio Tasso, membre du Parlement (Italie); Peter Eide, membre du comité judiciaire parlementaire (Norvège); et de nombreux autres législateurs, élus européens, ainsi que de personnalités politiques, juridiques et religieuses étaient parmi les participants et les orateurs de cette conférence.

A Tirana, Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a pris la parole et a déclaré en direction des autorités européennes : « N’est-il pas regrettable qu’en dépit du scandale du terrorisme des mollahs sur le sol européen, la politique de complaisance et de compromission envers les mollahs continue en Europe et qu’on cherche toujours un moyen pour marchander avec le régime et secourir les bourreaux du peuple iranien ? Nous leur disons : Messieurs, si vous ne voulez ne pas vous placer aux côtés du peuple iranien, soit. Mais au moins n’allez pas sacrifier la sécurité de vos propres citoyens sur l’autel d’intérêts économique ! Pourquoi aider-vous un régime qui menace les populations européennes ? Vous seriez mieux inspirés de respecter la volonté du peuple iranien pour renverser la dictature et instaurer la liberté et la démocratie en Iran. » 

Patrick Kennedy a déclaré: "Contrairement à la propagande du régime iranien, les démocrates et les républicains des États-Unis sont unis pour soutenir une politique ferme sur l'Iran et pour soutenir le peuple iranien dans son désir de changement et d'une république fondée sur des élections libres, la séparation de l’Etat et la religion et l’égalité des sexes. C’est dans ce contexte que nous appuyons Maryam Radjavi et sa déclaration en dix points pour un Iran libre. La propagande du régime contre l’OMPI, qui fait parfois écho dans les médias occidentaux, est la meilleure preuve de la crainte que suscite auprès du régime, la popularité du mouvement en Iran et son rôle dans les manifestations anti-régime. Il est temps que l’Europe lutte également contre le terrorisme grandissant du régime en Europe et ses activités perverses dans la région. "

Ingrid Betancourt a pour sa part estimé qu'«au cours de la dernière année, le régime iranien a intensifié ses activités terroristes en Europe et a simultanément intensifié sa propagande contre l'OMPI. Cela montre clairement la crainte que le régime ressent de la part de l'OMPI et le rôle décisif de ce mouvement dans la poursuite des manifestations anti-régime en Iran et pour le changement de régime. Il est temps que les gouvernements européens adoptent une politique ferme contre le régime et un parti sans ambiguïté avec le peuple iranien. Enfin, les médias occidentaux libres doivent être vigilants afin d'éviter de propager la propagande des dictateurs contre une opposition démocratique. "

Iran: la Résistance au mollahs Iran: la Résistance au mollahs

Des dizaines de représentants de plus de 300 associations et communautés iraniennes de divers pays ont pris la parole lors de cette vidéoconférence qui a débuté à 15 heures (heure locale en Europe centrale). Ils ont réitéré leur soutien au Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et au Plan en dix points de la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi. Ils ont déclaré que la seule solution à la crise iranienne actuelle qui a poussé toute la région au bord du gouffre est le renversement du régime des mollahs et l'instauration de la souveraineté populaire et de la démocratie.

Se déclarant prêts à apporter un soutien sans faille à l’OMPI et aux unités de la résistance en Iran au cours de la dernière phase du règne du régime des mollahs, ils ont déclaré: « La Résistance iranienne dirigée par M. Massoud Radjavi bénéficie d’une large base. Elle est doté d’une organisation forte, offre une plate-forme claire et a adopté des plans progressistes et démocratiques pour le futur Iran. Elle est capable de provoquer un changement de régime et de transférer la souveraineté à la population. Elle a des capacités et des potentialités uniques pour reconstruire le futur Iran, offrir la justice sociale et redonner espoir et confiance à un pays qui a subi de nombreuses repressions au cours des 100 dernières années et qui a été violemment réprimé et discriminé sous les dictatures des Chahs et des mollahs."

Les représentants des communautés iraniennes ont réitéré: « C’est pour ces capacités que le régime des mollahs considère cette résistance comme sa seule menace existentielle. En plus de la répression brutale en Iran, il recourt au terrorisme et mène de vastes campagnes de diabolisation et de désinformation contre l’OMPI pour justifier et préparer les bases de la répression intérieure et du terrorisme à l’étranger. "

Ils ont ajouté qu’en tenant compte des soulèvements en Iran et la perspective de renversement du régime, ils considéraient qu'il était de leur devoir de révéler les manigances et les machinations du ministère du Renseignement (Vevak), de la Force terroriste Qods et des autres agences du régime religieux, contre la seule alternative démocratique au régime clérical en Iran.

 Certains attentats déjoués récemment par les autorités européennes et américaines sont les suivants:

  • Mars 2018: un attentat organisé contre le grand rassemblement des Moudjahidine du peuple (OMPI) lors des cérémonies du nouvel an iranien (Norouz) a été déjoué en Albanie ;
  • 30 juin 2018: un attentat à la bombe contre le grand rassemblement annuel en soutien au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Villepinte dans la banlieue parisienne, a été déjoué ;
  • 20 août 2018: deux agents irano-américains du ministère iranien du Renseignement  sur le sol américain ont été arrêtés alors qu’ils planifiaient un attentat contre la Résistance iranienne à Washington et un autre contre une synagogue à Boston ;
  • 20 octobre 2018: un ressortissant norvégien d’origine iranienne a été arrêté au Danemark, cette fois en relation avec un attentat déjoué contre un opposant iranien résidant au Danemark. L’homme arrêté a été en contact avec l’ambassade du régime iranien à Oslo.
  • En 2018 deux diplomates iraniens ont été expulsés des Pays-Bas pour un attentat terroriste commis l’an dernier dans ce pays contre un opposant.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.