Iran:L'élimination de Soleimani n'est pas le déclenchement de la guerre, mais sa fin

Un artiste irakien: Soleimani dans la poubelle de l'histoire Un artiste irakien: Soleimani dans la poubelle de l'histoire

Depuis l'émergence du régime iranien nous avons assisté à l'émergence de milices extrémistes chiites au Moyen-Orient qui ont massacré des populations en Iran, en Irak et en Syrie. Les assassinats et les explosions sont devenus monnaie courante et sont pour une grande partie l'œuvre du sinistre Ghassem Soleimani, commandant de la Force Qods des pasdaran iranien, récemment abattu à Bagdad.

Le soulèvement populaire de la mi-novembre en Iran et en Irak a été sanglant. Au moins 1500 personnes ont été tuées en Iran et au moins 400 en Irak. Sous l'ombre du régime, de nombreuses personnes sont sacrifiées chaque jour.

Lorsque les États-Unis ont occupé l'Irak et démantelé leur armée et toutes ses structures de défense, ils ont en fait offert l’Irak au régime iranien sur un plateau d'argent. Ghassem Soleimani a tué de nombreux sunnites en Irak en créant des milices comme Hashd al-chaabi et bien d'autres. Il a enlevé ou assassiné des personnalités sunnites qui refusaient le contrôle du régime. Il a forcé les sunnites de Dayali, de Kirkouk, de Bagdad et d'autres régions à immigrer de leurs villes d'origine. Des milliers d'assassinats et d'explosions ont eu lieu en Irak du fait de l'existence de ces milices.

La force terroriste Qods a maltraité toute la classe politique et religieuse irakienne, soit par corruption, meurtre ou intimidation au service du régime iranien. L'Irak était pratiquement occupé par des milices dirigées par Soleimani. Cette terre riche et culturelle qui a prospéré pendant des milliers d'années, s'est transformée en un pays pauvre et corrompu.

Quand Soleimani est arrivé en Syrie, il a éradiqué le mouvement de libération du peuple par des massacres. Comme indiqué plus haut, Khamenei avait déclaré que s'ils n'avaient pas combattu en Syrie, ils l'auraient fait à Téhéran. Le meurtre de dizaines de milliers d'enfants dans les villes syriennes de Halab et d'Edlib et plus est sans aucun doute l'une des atrocités de Ghassem Soleimani. C'est lui qui a ouvert la voie pour que la Russie frappe des zones peuplées, tuant des enfants innocents. On se souvient encore des visages des enfants dans les bombardements chimiques. Dans les assemblées iraniennes, il est désigné comme un tueur d'enfants. Il était la seule personne qui avait une telle cruauté.

Le régime iranien, dérivé des dogmes religieux médiévaux, est entré dans la vie du peuple iranien sans pouvoir répondre aux exigences culturelles, économiques et politiques de son peuple, cherchant la guerre à l'extérieur du pays et la répression à l'intérieur. Ces deux stratégies sont les deux principaux piliers de la survie.

Soleimani a garanti l'un de ces deux piliers. À un coût énorme, il a créé toutes sortes de milices chiites extrémistes au Moyen-Orient. Il a conduit les Iraniens à la pauvreté et à la misère. Dans un pays plein de richesses et de vastes mines de pétrole et de gaz, les deux tiers de la population virent en dessous du seuil de pauvreté.

Ceux qui se sont réjoui par l’élimination du sinistre Soleimani sont les populations de la région, et ceux qui sont tristes sont les bellicistes et les ennemis du peuple.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.