Irani
Militant politique
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2020

Iran:L'élimination de Soleimani n'est pas le déclenchement de la guerre, mais sa fin

Irani
Militant politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un artiste irakien: Soleimani dans la poubelle de l'histoire

Depuis l'émergence du régime iranien nous avons assisté à l'émergence de milices extrémistes chiites au Moyen-Orient qui ont massacré des populations en Iran, en Irak et en Syrie. Les assassinats et les explosions sont devenus monnaie courante et sont pour une grande partie l'œuvre du sinistre Ghassem Soleimani, commandant de la Force Qods des pasdaran iranien, récemment abattu à Bagdad.

Le soulèvement populaire de la mi-novembre en Iran et en Irak a été sanglant. Au moins 1500 personnes ont été tuées en Iran et au moins 400 en Irak. Sous l'ombre du régime, de nombreuses personnes sont sacrifiées chaque jour.

Lorsque les États-Unis ont occupé l'Irak et démantelé leur armée et toutes ses structures de défense, ils ont en fait offert l’Irak au régime iranien sur un plateau d'argent. Ghassem Soleimani a tué de nombreux sunnites en Irak en créant des milices comme Hashd al-chaabi et bien d'autres. Il a enlevé ou assassiné des personnalités sunnites qui refusaient le contrôle du régime. Il a forcé les sunnites de Dayali, de Kirkouk, de Bagdad et d'autres régions à immigrer de leurs villes d'origine. Des milliers d'assassinats et d'explosions ont eu lieu en Irak du fait de l'existence de ces milices.

La force terroriste Qods a maltraité toute la classe politique et religieuse irakienne, soit par corruption, meurtre ou intimidation au service du régime iranien. L'Irak était pratiquement occupé par des milices dirigées par Soleimani. Cette terre riche et culturelle qui a prospéré pendant des milliers d'années, s'est transformée en un pays pauvre et corrompu.

Quand Soleimani est arrivé en Syrie, il a éradiqué le mouvement de libération du peuple par des massacres. Comme indiqué plus haut, Khamenei avait déclaré que s'ils n'avaient pas combattu en Syrie, ils l'auraient fait à Téhéran. Le meurtre de dizaines de milliers d'enfants dans les villes syriennes de Halab et d'Edlib et plus est sans aucun doute l'une des atrocités de Ghassem Soleimani. C'est lui qui a ouvert la voie pour que la Russie frappe des zones peuplées, tuant des enfants innocents. On se souvient encore des visages des enfants dans les bombardements chimiques. Dans les assemblées iraniennes, il est désigné comme un tueur d'enfants. Il était la seule personne qui avait une telle cruauté.

Le régime iranien, dérivé des dogmes religieux médiévaux, est entré dans la vie du peuple iranien sans pouvoir répondre aux exigences culturelles, économiques et politiques de son peuple, cherchant la guerre à l'extérieur du pays et la répression à l'intérieur. Ces deux stratégies sont les deux principaux piliers de la survie.

Soleimani a garanti l'un de ces deux piliers. À un coût énorme, il a créé toutes sortes de milices chiites extrémistes au Moyen-Orient. Il a conduit les Iraniens à la pauvreté et à la misère. Dans un pays plein de richesses et de vastes mines de pétrole et de gaz, les deux tiers de la population virent en dessous du seuil de pauvreté.

Ceux qui se sont réjoui par l’élimination du sinistre Soleimani sont les populations de la région, et ceux qui sont tristes sont les bellicistes et les ennemis du peuple.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef