L'Iran en ébullition après la hausse du prix du carburant ; huit morts

Des slogans " A bas le dictateur", "Rohani dégage !" ... sont lancés. Les forces de répression sont intervenus parfois en tirant sur des manifestants. On signale déjà huit morts parmi les manifestants. Le mouvement déclenché hier a prix de l'ampleur aujourd'hui à Téhéran et en province

anti-government-demonstrations-were-held-in-various-iranian-cities-against-the-rise-in-gasoline-prices-friday-november-6-2019

Les habitants de Chiraz, d'Ahwaz, Khorramchahr, Andimechk, Dezfoul, Behbahan et Mahchahr ont manifesté, lançant des slogans contre le régime et bloquant les rues et les routes en brulant des pneus.

Terrifié par le déclenchement de soulèvements populaires, le régime avait mis en état d'alerte les forces de sécurité, le ministère du Renseignement, le pouvoir judiciaire et d'autres forces répressives dans différentes villes depuis cinq jours.

Les manifestants d'Ahwaz scandaient : « Iraniens honorables, soutien, soutien ! », « Ahwazis honorables, éteignez vos voitures ». A Khorramchahr, les gens ont organisé un rassemblement aux cris de « Rohani démission, démission ».

Les jeunes insurgés ont bloqué les autoroutes Ahwaz-Andimechk et Chouchtar-Dezfoul en mettant le feu à des pneus. A Khorramchahr, un grand groupe a organisé une manifestation sur la place Allah de la ville. Le régime des mollahs a envoyé des essaims de forces anti-émeutes à Ahwaz, sur la route d'Andimechk.

Pour empêcher la propagation de ces manifestations, les forces anti-émeutes à moto ont attaqué la foule à Ahwaz, tabassant un grand nombre de manifestants et en arrêtant plusieurs.

A Mahchahr, les habitants et les jeunes ont allumé des feux dans les rues et bloqué les routes. Dans le quartier Taleqani, les manifestants ont bloqué les rues, empêchant les voitures de se rendre dans les stations-service. A Behbahan, les manifestants scandaient : « Les Iraniens préfèrent la mort à l'humiliation », « L'essence est plus chère, les pauvres sont plus pauvres ».

La population courageuse de Behbahan dans le sud-ouest de l’Iran manifeste depuis hier soir contre la hausse du prix de l’essence en lançant des slogans contre les dirigeants du régime.

iran-protestations-contre-la-hausse-du-prix-de-lessence-n-3

Les forces répressives, épaulées par les pasdarans et les agents en civil, ont chargé les manifestants. Trois jeunes insurgés ont été abattus par les tirs des agents et un grand nombre d’autres ont été blessés. Les affrontements se sont étendus à plusieurs secteurs de la ville. La population a mis le feu à de nombreux centres du régime, notamment la Banque Meli (nationale).

Dans la soirée du vendredi 15 novembre 2019, les forces répressives ont ouvert le feu sur une manifestation à Sirjan (centre-sud de l'Iran), tuant Rouhollah Nazari-Fat'h-Abad (37 ans) et blessant plusieurs manifestants. Les forces répressives ont abattu M. Nazari d'une balle dans la tête sur la place Naft (« pétrole »), devant le dépôt de pétrole de la ville, le tuant sur le coup.

Les hôpitaux locaux étaient dans l’incapacité d’accueillir autant de blessés et un certain nombre ont été emmenés à l'hôpital Seyed Ol-Chohada de la ville de Kerman. Les habitants furieux ont mis le feu à une station-service et les manifestations et les affrontements se sont poursuivis dans la ville.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.