L’Iranien Javad Zarif face à de multiples protestations à Paris

Lorsque le ministre iranien des Affaires étrangères des mollahs, Mohammad Javad Zarif, visitera la France ce vendredi, il peut s'attendre à d’importantes protestations de la part des exilés iraniens vivant en Europe et des défenseurs des droits de l'homme.

Zarif n'est pas le bienvenue en France Zarif n'est pas le bienvenue en France

Malgré l'existence de vives oppositions concernant la politique extérieure avec l'Iran, certains continuent à penser que Javad Zarif représente une faction modérée du régime et que cette visite va stimuler les relations, voire même encourager Téhéran à changer ses politiques.

La thèse de la bicéphalie de la politique étrangère de l’Iran est totalement absurde et erronée. D’un côté, le Guide suprême et les Gardiens seraient des éléments durs, tenant d’une politique d’opposition avec le monde occidental. Tandis que de l’autre côté, le président Rohani et son ministre Zarif seraient des éléments modérés, tenant d’une politique d’ouverture et de conciliation avec le monde occidental. Une théorie qui suivrait le schéma institutionnel de la théocratie iranien. Cependant si le système est en apparence dual, il en reste un et par conséquent la politique étrangère suit exactement la même voie.

Le Guide et son Bureau déterminent les grands axes de la politique étrangère. Les Gardiens de la Révolution et la Force Qods définissent la politique régionale. La situation explosive en Irak, en Syrie, en Liban et finalement dans tout le Golfe est uniquement imputable aux actions velléitaires des Gardiens de la Révolution. C’est d’ailleurs pour cela que l’Iran est un obstacle maje
Les arrestations arbitraires continuent ur pour la paix et la sécurité au Proche Orient. Reste enfin le président de la République et ses ministres, pour assurer une diplomatie de façade avec le reste du monde.

D’ailleurs Javad Zarif le sait parfaitement. Nommé au ministère en 2013 sous la présidence d’Hassan Rohani, à être monnaie courante. Les dernières statistiques indiquent que le régime a exécuté environ 56 prisonniers depuis le 1er août. Cela porte le nombre de personnes exécutées sous le mandat de Rouhani a 3700.

120 000 personnes ont été exécutées pendant le règne des mollahs jusqu’à présent. L’Iran confirmant ainsi son record de la nation au plus haut taux d'exécutions par habitant.

Ces violations sont pourtant connues à l’Ouest. Mais dans le souci de poursuivre une politique dite de complaisance avec le régime, tous ces faits sont éclipsés par les médias occidentaux et sacrifiés sur l’hôtel de « sauvons l’accord sur le nucléaire moribond ».

Il est temps pour les dirigeants européens de faire face aux exactions du régime iranien et de les aborder publiquement lors de la visite de ce ministre à Paris. Cette action est en conformité avec nos valeurs françaises et européennes.

Les Iraniens et les défenseurs de la liberté se rassemblent jeudi 23 aout sur le parvis du Trocadero à Paris pour dire non à la complaisance et rappeler que les Iraniens sont décidés à bouter les mollahs hors de l’Iran et à y installer la liberté et la démocratie.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.