Des références d'Indignés

Les médias traditionnels ne trouvent pas grâce à leurs yeux, trop lents, trop sceptiques, pas assez impliqués, et surtout trop appliqués à ne pas remettre en cause l'ordre établi. Les indignés américains préfèrent parler de Noam Chomsky et parler à Amy Goodman. C'est l'occasion de découvrir ou redécouvrir le travail de cette journaliste sociale américaine.

 

Quels que soient leur âge et la raison avancée pour rejoindre le mouvement Occupy Wall Street, quand on demande aux indignés new-yorkais quelles sont leurs références (intellectuelles, idéologiques), un nom revient souvent : celui d'Amy Goodman.

 

Elle est la créatrice et co-animatrice de Democracy Now !, avec Juan Gonzales ; une émission de radio et télévision créée en 1996 et diffusée par une vingtaine de chaînes câblées et stations de radio (dont des radios universitaires), mais surtout regardée sur le web. Le but annoncé est de parler de sujets dont les « médias traditionnels sponsorisés par les grands groupes ne parlent pas ». Democracy Now ! vit grâce aux contributions des auditeurs et des téléspectateurs, sans publicité.

 

Le journalisme proposé n'est à mon sens pas très éloigné d'un Là-bas si j'y suis de Daniel Mermet pour la qualité d'écoute et l'appréhension du social. Il y a un côté Michael Moore dans l'efficacité de la démonstration.

 

Sa couverture plutôt intensive du mouvement Occupy Wall Street, du sitting sur Liberty Square aux manifestations des alentours, est donc pour l'instant principalement constituée de récits, sur place, en direct. Avec des questions très simples, pour bien comprendre, sans se lancer dans de grandes analyses.

 

Ainsi, dans l'émission du 11 octobre, on apprend ce qu'est un « people's mic », « micro du peuple » et micro humain . A savoir le système d'amplification des discours très utilisé sur Liberty Square, assez semblable à ce qu'on trouve dans le gospel : une personne parle, puis des personnes répètent, morceau de phrase par morceau de phrase, pour que le discours soit entendu par toute l'assemblée. « Du twitter vivant ! », s'amuse la radio publique américaine, la NPR.

 

On y parle aussi des assemblées générales tenues chaque jour pour penser les revendications mais aussi des méthodes du NYPD dont les barricades à outrance finissent par affecter les petits commerce du coin plutôt qu'autre chose. « Qui protège la police en fait ? », s'interroge le jeune homme interviewé par Amy Goodman.

 

Regardez l'émission en cliquant ici (l'émission sur Youtube).

 

Dans la même émission, apparaît ensuite Immortal Technique, rappeur engagé (et souvent censuré) dont les interventions sont clairement plus appropriées au débat Occupy Wall Street que celles de Kanye West, dont la venue a bien évidemment fait un buzz incroyable.

Regardez Immortal Technique en cliquant ici.

 

Retrouvez toutes les émissions dédiées à Occupy Wall street en vous promenant sur la page d'accueil du site de Democracy Now !, en cliquant ici.

 

Le 10 octobre, Democracy Now ! propose par exemple une discussion avec Stéphane Hessel parlant de Time for Outrage !, la traduction anglaise de Indignez-vous !, à voir en cliquant ici.

 

Et pour ceux qui ont envie de se lancer dans l'anglais appliqué à l'écologie, à la politique politicienne et aux lobbies, l'émission du 6 octobre illustre de manière très concrète et très claire ce qui est dénoncé par Occupy Wall Street, grâce à une interview avec Naomi Klein. Le sujet est le pouvoir et l'intrusion du lobby pétrolier dans la construction d'un nouvel oléoduc nommé "Keystone XL" qui fait débat précisément en ce moment. Et qui déprime pas mal d'Américains sensibles -entre autres- à l'écologie.

A voir en cliquant ici.

 

Bonne écoute.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.