Iris Deroeux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

49 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 févr. 2011

Manifestations massives dans le Wisconsin, au son de Kill The Bill

Il arrive aussi que les Américains descendent dans la rue et y restent. Six jours de manifestations à Madison, capitale de l'Etat du Wisconsin.

Iris Deroeux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Il arrive aussi que les Américains descendent dans la rue et y restent. Six jours de manifestations à Madison, capitale de l'Etat du Wisconsin.

Des dizaines de milliers de fonctionnaires, syndicalistes, pro-syndicats et étudiants défilent, brandissant leurs pancartes sur la place du Capitole en demandant une chose : STOP.

Stop au gouverneur conservateur Scott Walker et sa politique anti-syndicats.

Un projet de loi les a fait descendre dans la rue : la proposition de Walker souhaitant imposer des coupes dans les retraites et autres avantages sociaux des fonctionnaires et limiter leurs droits syndicaux en leur interdisant par exemple d'être à la table des négociations (sauf pour des questions de salaires). Pour les milliers de manifestants, cette soudaine et violente prise de pouvoir républicaine aux accents Tea Party va trop loin.

Scott Walker, confortablement élu gouverneur aux élections de novembre dernier dans cet Etat traditionnellement démocrate, ne souhaite qu'une chose depuis son entrée en fonction en janvier : le changement. Rendre le climat plus propice au business en abaissant les taxes et réduire le déficit budgétaire de l'Etat en abaissant les coûts des services publics. « Plus de flexibilité », clame-t-il. Il déclare donc l'urgence fiscale et impose sa loi aux employés du secteur public, politique que l'on retrouve dans plusieurs Etats en déficit gouvernés par des Républicains, mais qui résonne différemment dans le Wisconsin célèbre pour sa tradition syndicale. C'est en effet le premier Etat à avoir autorisé les fonctionnaires à s'organiser et négocier des accords collectifs, et le premier à avoir accordé des indemnités chômage aux travailleurs.

L'opposition s'organise, avec l'aide des démocrates de Washington exaspérés par le populisme républicain à la mode Tea Party, dont le Wisconsin semble être le point d'orgue. Selon le New York Times, de nombreux fonctionnaires sont prêts à réduire leurs avantages sociaux mais refusent qu'on touche aux droits syndicaux. Ils continuent donc de manifester, soutenus par des milliers de personnes se rejoignant à Madison. Face à eux, sur la même place, les militants Tea Party et autres soutiens du gouverneur Walker défilent également. Les uns hurlent « Kill the bill », les autres « Pass the bill ». En tout, on estime à 70 000 le nombre de manifestants réunis ce week-end (lire ici).

La loi n'a toujours pas été votée. Elle devait l'être samedi, le 19 février, mais les élus démocrates ont boycotté la séance. Le gouverneur Walker reste confiant, paradant sur différentes chaînes en expliquant que « d'ici un mois, on se rendra compte que ce n'est pas la fin du monde ». La lutte continue, le Wisconsin comme bon résumé des antagonismes politiques et sociaux du moment.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra