Iris Deroeux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

49 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 sept. 2012

Dites, Barack Obama, ça fait quoi d’être président?

Pendant que Mitt Romney continue de se tirer des balles dans le pied, le magazine américain Vanity Fair nous offre une promenade des plus agréables aux côtés de Barack Obama. Le journaliste Michael Lewis a pu suivre le président pendant six mois, rien que ça.

Iris Deroeux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Pendant que Mitt Romney continue de se tirer des balles dans le pied, le magazine américain Vanity Fair nous offre une promenade des plus agréables aux côtés de Barack Obama. Le journaliste Michael Lewis a pu suivre le président pendant six mois, rien que ça.

Quand Barack Obama arrive à la Maison Blanche en janvier 2009, il a l’audace de se débarrasser de la porcelaine laissée par son prédécesseur. « Il y avait des assiettes ici », glisse le président, incrédule, tout en montrant une étagère au journaliste. « Et je ne suis pas un fan de vaisselle », se sent-il obligé d’ajouter.

C’est l’un de mes passages favoris. Parce que l’espace d’un instant, libre à chacun de s’imaginer un George W. Bush fan de vaisselle, lui, puis une bonne vieille baston entre Démocrates et Républicains à base de porcelaine. Et d’un coup, tout devient beaucoup plus clair sur l’état de la pensée politique, le clivage entre Républicains et Démocrates, l’utilité d’un président et l’avenir de l’Amérique.

Trêve de plaisanterie, quel que soit votre niveau d’anglais, jetez un œil au long et passionnant texte que dédie le journaliste américain Michael Lewis à Barack Obama. C’est à lire dans le magazine Vanity Fair du mois d’octobre ou en ligne, ici, et gratuitement : CLIQUEZ ICI

Plus qu’un portrait, c’est un essai : la tentative d’un journaliste réputé pour ses écrits sur la finance de cerner la psychologie du président, de le comprendre et de le décrire face à ses choix, des plus triviaux aux plus graves. Pour cela, le journaliste a disposé de six mois. A une condition : que la Maison blanche ait un droit de regard sur toutes les citations retenues.

Le résultat est passionnant pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’on a l’impression de rencontrer Barack Obama. Lewis semble fasciné par la somme de situations et d’émotions avec lesquelles doit jongler le président au cours d’une même journée. Il parle de ses doutes et de son sang-froid. Il décrit finalement un Barack Obama qui ressemble ni plus ni moins à un bon yogi, capable de gérer ses états d’âme, capable de simplicité.

Ensuite, parce que Michael Lewis construit son texte d’une manière originale, mettant en parallèle les décisions du président et l’histoire d’un jeune soldat américain qu’elles affectent directement. Pour comprendre comment Barack Obama fonctionne, le journaliste choisit en effet de se concentrer sur son rôle de commandant en chef de l’armée américaine. Lewis se focalise sur la crise libyenne, il étudie ainsi le président là où il a du pouvoir. Parce qu’à domicile, Barack Obama est comme impuissant, embarqué malgré lui dans une sorte de comédie de l’absurde entretenue par l’opposition républicaine.

Enfin, le texte de Michael Lewis est touchant grâce à son défaut (si c’en est un) : l’empathie du journaliste pour son sujet et son choix de s’en tenir essentiellement à la psychologie du personnage plutôt que de discuter de son bilan politique. Les termes du contrat devaient l’en empêcher… Mais ce n’est pas vraiment un problème. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal