Voici les indignés new-yorkais

Qui sont ces New-Yorkais qui manifestent à Wall Street depuis une dizaine de jours, sous la banderole « Occuper Wall Street » ? Les voici en images, avec quelques points de repère.

Qui sont ces New-Yorkais qui manifestent à Wall Street depuis une dizaine de jours, sous la banderole « Occuper Wall Street » ? Les voici en images, avec quelques points de repère.

 

Leur message ? Il se situe entre le ras-le-bol des indignés espagnols et une sorte de pacifisme néo-hippie. Au cœur de New York et à deux pas des bureaux abritant la finance mondiale, des jeunes et moins jeunes viennent ainsi réclamer pêle-mêle la fin de la puissance de l'argent, plus d'emplois, moins de pouvoir aux grandes entreprises, du yoga pour le peuple, plus de solidarité, moins d'inégalités et globalement, une vision du monde autre que celle du capitalisme.

 

Le collectif AdBusters « pour un nouveau mouvement social » qui s'inscrit dans la lignée du mouvement anti-mondialisation serait à l'origine de la première manifestation Occupy Wall Street, le 17 septembre. Le concept est de s'opposer publiquement à Wall Street, considérée comme « la plus grande menace à un Etat démocratique » en réclamant la fin du corporatisme et plus de démocratie. Les premiers manifestants ont été rejoints par une myriade de simples habitants ou d'associations ayant bien envie de s'élever contre le symbole Wall Street.

 

Le mouvement est suivi de près par la police new-yorkaise qui arrête des manifestants chaque jour sans grande tendresse. Et il est observé du coin de l'oeil par le reste du pays se demandant ce que veulent ces Américains, concrètement. « Ce n'est pas très clair », « Est-ce une version du festival Burning Man à New York ? », lit-on ici et là. Quant aux médias, ils prennent plus ou moins au sérieux ces manifestations, au pays où manifester n'est pas franchement un sport national.

 

Occupy Wall Street campe sur une place rebaptisée Liberty Square, d'après le nom de la rue voisine, Liberty Street. Ils communiquent bien évidemment sur leur site (cliquer ici ) et via facebook (cliquer ici). Et ils recoivent depuis le week-end dernier le soutien de célébrités engagées, le cinéaste Michael Moore ou l'actrice Susan Sarandon par exemple.

 

Mercredi 28 septembre, le mouvement Occupy Wall Street ressemblait donc à cela :

 

wall street 1 © irisdrx

 

 

Pourvu que ça dure.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.