Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2017

Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

Marion Longo chez les Hadzabes

Marion Longo est une jeune anthropologue partie en Tanzanie à la rencontre des Hadzabés. Elle tourne un documentaire en leur compagnie. Son projet, «les hadzabés derrière la caméra» pourrait bien être aussi «la caméra derrière l'anthropologue».

Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marion Longo est une ethnologue qui réalise actuellement une étude sur les Hadzabés, petit groupe de chasseurs-cueilleurs de Tanzanie. Elle part vivre avec eux dans la brousse, elle apprend leur langue, elle fait un film documentaire. Il n'est pas tout à fait juste de dire qu'elle fait une "étude sur" ; sans doute, vaudrait-il mieux dire que cette étude est menée non pas sur mais en compagnie de femmes et d'hommes qu'elle interroge, qu'elle rencontre.

Son projet, elle l'a intitulé Les Hadzabés derrière la caméra car elle craignait de porter un regard trop objectivant sur cette petite société, car elle craignait peut-être aussi de cultiver un certain nombre des illusions interculturelles dans lesquelles nous tombons immanquablement : qu'il s'agisse de réduire l'autre humain à sa culture, qu'il s'agisse de l'enfermer dans sa supposée sauvagerie inculte ou dans une très idéalisée authenticité primitive. Tout au long de son documentaire, Marion Longo se confronte à ces écueils avec beaucoup de lucidité et beaucoup de prudence.

Après les 50 minutes de son documentaire, que retient-on ? Qui sont les Hadzabés ? L'anthropologue ne résout pas ces questions, et c'est tant mieux. Bien sûr, ce qu'elle donne à voir passe dans une large mesure au travers de son regard, de sa subjectivité d'européenne, de sa formation universitaire. Son documentaire, pourtant, fait apparaître autre chose. Marion Longo avait peut-être souhaité que les Hadzabés eux-mêmes se filment - façon de se prémunir de tout regard biaisé. Je crois que ce qui fait l'intérêt de son documentaire, c'est qu'effectivement quelque chose se filme, quelque chose s'observe, quelque chose fraie un chemin pour se dire. C'est la Rencontre, la rencontre inter-humaine.

L'intérêt de ce film réside là : tandis qu'elle mesure ce qui la sépare des Hadzabés et ce qui est commun entre elle et eux, on voit la jeune femme s'expliquer avec sa subjectivité et à travers elle, c'est l'anthropologie occidentale qui s'explique, qui se trahit. Très heureusement, la caméra filmait les Hadzabés et filmait Marion Longo filmant.

Comme souvent, ce témoignage a la structure d'un récit. Et ce récit se noue autour d'un objet, boboboako, la moto. Cette moto cristallise la tension narrative du documentaire et dessine le lieu d'une Rencontre et son enjeu. "Achète-nous une moto, Marion !" Une moto pour raconter le déplacement jusqu'au point d'eau, pour raconter le déplacement d'une anthropologue dans ses positions. Marion Longo apportait dans ses bagages une caméra et c'est une moto qu'on lui demande plutôt. Chacun de ces deux objets portent en lui ses horizons de possibilités, ses vertiges. Je retiens du film une seconde où le nouage est apparent : dans le rétroviseur d'une moto, on aperçoit la caméra. Boboboako et caméra se réfléchissent l'un l'autre.

" Boboboako - une moto en terre hadza " : bande annonce © Marion Lo

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT