Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2018

Se former au droit et à la psychologie de la manipulation et de la radicalisation

L'Université Catholique de Lille ouvre prochainement un diplôme universitaire de psychopathologie et droit des dérives sectaires. Ouvert aux travailleurs sociaux, avocats, fonctionnaires de police, psychologues, etc. Une occasion pour que les professionnels se forment et puissent prendre le temps de réfléchir pour préciser leurs pratiques de terrain avec intelligence.

Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut reconnaître que l'état des connaissances actuelles sur les phénomènes de radicalisation et d'emprise mentale est très modeste. Il est important que des professionnels de terrain se forment et puissent prendre le temps de réfléchir et de penser pour préciser leurs pratiques de terrain avec intelligence. L'approche bureaucratique de ces problèmes de société n'est sans doute pas compatible à ce temps nécessaire à la pensée et à la réflexion ; ni le sentiment de devoir agir dicté par l'urgence. On pense par exemple à la situation très problématique rencontrée dans les Services Pénitentiaires d'Insertion et de Probation où des travailleurs sociaux sont appelés à évaluer le niveau de radicalité possible ou probable des détenus.

En septembre prochain débutera une formation universitaire diplômante autour du problème psychologique et juridique de l'emprise mentale que l'on rencontre tant dans les sectes que dans les processus de radicalisation. Les inscriptions sont possibles pour encore quelques semaines et il est conseillé de se renseigner rapidement.

Une équipe de professionnels et de chercheurs dispense la formation sous une variété d'angles de vue et couvre un ensemble de thématiques dont voici le programme :

Objectifs du diplôme universitaire

– Comprendre les processus et les mécanismes de fonctionnement sectaire.
– Connaître la jurisprudence et définir le cadre d’interventions possibles.
– Acquérir des compétences dans la prise en charge psychologique et juridique des victimes.

Programme

UE1 – Psychopathologie générale
– Rappel des concepts fondamentaux nécessaires pour comprendre le phénomène sectaire
– Phénomène d’emprise
– Approche historico-anthropologique du phénomène sectaire

UE2 – Claustration sectaire
– Assujettissement aux figures incarnées de l’Autre
– Fabrique de théofascismes
– Principaux temps de la claustration sectaire

UE3 – Criminologie sectaire
– Notions de criminologie
– Histoire de la lutte contre les dérives sectaires
– Criminologie et expertise sectaire

UE4 – Victimologie sectaire
– Victimologie dans le contemporain
– Dommages psychiques post-sectaires
– Pulsion de mort et discours sectaire
– Sectarisme et intégrisme

UE5 – Droit des dérives sectaires
– Emergence du droit dans le phénomène des dérives sectaires
– Droit pénal, droit civil, droit de la famille, droit européen et dérives sectaires

UE6 – Actions et prévention sur le sectaire
– Typologie du leader sectaire et fabrique du gourou
– Temps constitutifs de la sortie de l’emprise sectaire

UE7 – Réponses au phénomène sectaire : enjeux psychopathologiques et cadre juridique
– Exit counseling
– Intervention du CAFES
– Méthodologie de réalisation du mémoire

– Conseil en sortie d’emprise mentale

Les intervenants seront : Marc-Antoine Crocq (psychiatre), Thomas Bouvatier (psychanalyste), Antoine Fleyfel (philosophe, théologien), Claire Gillie (psychanalyste), Roland Gori (psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique), Elisabeth Kaluaratchige-Amarasekara (maître de conférences en psychologie), Monique Lauret (psychiatre, psychanalyste), Serge Lesourd (professeur de psychologie clinique et psychopathologie), Arthur Mary (psychologue clinicien, docteur en psychologie), Ronald Nossintchouk (professeur en Odontologie Médico-légale), Daniel Picotin (avocat), Eliane Perasso (avocate, psychanalyste), Dominique Reniers (professeur en psychologie clinique et psychopathologie), Amos Squverer (maître de conférences en clinique psychanalytique du sujet).

Plus d'informations sont disponibles ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau