Se former au droit et à la psychologie de la manipulation et de la radicalisation

L'Université Catholique de Lille ouvre prochainement un diplôme universitaire de psychopathologie et droit des dérives sectaires. Ouvert aux travailleurs sociaux, avocats, fonctionnaires de police, psychologues, etc. Une occasion pour que les professionnels se forment et puissent prendre le temps de réfléchir pour préciser leurs pratiques de terrain avec intelligence.

Il faut reconnaître que l'état des connaissances actuelles sur les phénomènes de radicalisation et d'emprise mentale est très modeste. Il est important que des professionnels de terrain se forment et puissent prendre le temps de réfléchir et de penser pour préciser leurs pratiques de terrain avec intelligence. L'approche bureaucratique de ces problèmes de société n'est sans doute pas compatible à ce temps nécessaire à la pensée et à la réflexion ; ni le sentiment de devoir agir dicté par l'urgence. On pense par exemple à la situation très problématique rencontrée dans les Services Pénitentiaires d'Insertion et de Probation où des travailleurs sociaux sont appelés à évaluer le niveau de radicalité possible ou probable des détenus.

En septembre prochain débutera une formation universitaire diplômante autour du problème psychologique et juridique de l'emprise mentale que l'on rencontre tant dans les sectes que dans les processus de radicalisation. Les inscriptions sont possibles pour encore quelques semaines et il est conseillé de se renseigner rapidement.

Une équipe de professionnels et de chercheurs dispense la formation sous une variété d'angles de vue et couvre un ensemble de thématiques dont voici le programme :

 

Objectifs du diplôme universitaire

– Comprendre les processus et les mécanismes de fonctionnement sectaire.
– Connaître la jurisprudence et définir le cadre d’interventions possibles.
– Acquérir des compétences dans la prise en charge psychologique et juridique des victimes.

Programme

UE1 – Psychopathologie générale
– Rappel des concepts fondamentaux nécessaires pour comprendre le phénomène sectaire
– Phénomène d’emprise
– Approche historico-anthropologique du phénomène sectaire

UE2 – Claustration sectaire
– Assujettissement aux figures incarnées de l’Autre
– Fabrique de théofascismes
– Principaux temps de la claustration sectaire

UE3 – Criminologie sectaire
– Notions de criminologie
– Histoire de la lutte contre les dérives sectaires
– Criminologie et expertise sectaire

UE4 – Victimologie sectaire
– Victimologie dans le contemporain
– Dommages psychiques post-sectaires
– Pulsion de mort et discours sectaire
– Sectarisme et intégrisme

UE5 – Droit des dérives sectaires
– Emergence du droit dans le phénomène des dérives sectaires
– Droit pénal, droit civil, droit de la famille, droit européen et dérives sectaires

UE6 – Actions et prévention sur le sectaire
– Typologie du leader sectaire et fabrique du gourou
– Temps constitutifs de la sortie de l’emprise sectaire

UE7 – Réponses au phénomène sectaire : enjeux psychopathologiques et cadre juridique
– Exit counseling
– Intervention du CAFES
– Méthodologie de réalisation du mémoire

– Conseil en sortie d’emprise mentale

Les intervenants seront : Marc-Antoine Crocq (psychiatre), Thomas Bouvatier (psychanalyste), Antoine Fleyfel (philosophe, théologien), Claire Gillie (psychanalyste), Roland Gori (psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique), Elisabeth Kaluaratchige-Amarasekara (maître de conférences en psychologie), Monique Lauret (psychiatre, psychanalyste), Serge Lesourd (professeur de psychologie clinique et psychopathologie), Arthur Mary (psychologue clinicien, docteur en psychologie), Ronald Nossintchouk (professeur en Odontologie Médico-légale), Daniel Picotin (avocat), Eliane Perasso (avocate, psychanalyste), Dominique Reniers (professeur en psychologie clinique et psychopathologie), Amos Squverer (maître de conférences en clinique psychanalytique du sujet).

Plus d'informations sont disponibles ici.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.