Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2017

Le passage à niveau de Millas: qui fera l'enquête?

Quelques heures après la catastrophe de Millas, on comprend déjà que l'enjeu de cette affaire sera de déterminer si les barrières du passage à niveau ont correctement fonctionné ou pas. Derrière cette simple question, il existe d'autres problématiques de fond.

Irma-Afnani
Sociologue, militante, ZADiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La terrible collision entre un TER et un bus scolaire nous rappelle combien les voies ferrées sont couvertes de sang. En moyenne, on compte six cents morts par an (selon une source interne à la SNCF) sur les chemins de fer français (exception faite des déraillements). L'enjeu morbide est de faire le tri entre les suicidés et les morts accidentels. Quant à la divergence des témoignages (notamment la conductrice du bus et le conducteur du train), on ne sait trop quoi penser...

pendant l'intervention des secours, les barrières sont levées

Le déshuntage

L'an dernier, une émission d'Envoyé Spécial (extrait ci-dessous) suggérait que la SNCF faisait preuve de légèreté quant à la sécurité. L'émission était consacrée dans une large mesure au déraillement de Brétigny (2013). Une partie de l'émission abordait aussi le problème des barrières de passage à niveau qui ne s'abaissent pas. La faute aux deshuntages qui touchent une partie des machines du parc locomoteur de la SNCF. Le deshuntage est le phénomène par lequel le train "quitte les radars" pendant quelques temps, sans que le conducteur n'en soit informé et sans que les barrières de passage à niveau ne reçoivent la consigne de s'abaisser. Interrogé sur le sujet, Alain Vidalies alors ministre des transports répondait : "Le déshuntage, il est lié soit à des conditions atmosphériques sur des circulations qui sont faibles (notamment en automne, on a constaté ça), soit effectivement sur un type de matériel, mais pas que : aujourd'hui, le déshuntage en France, ce n'est pas que le 73500 [type de train], c'est aussi d'autres trains parfois dans certaines circonstances."

Quelques secteurs du réseau seraient plus concernés que d'autres. C'est notamment le cas de certaines zones proches des Pyrénées, où certains conducteurs préfèrent être en arrêt maladie que courir le risque de percuter des êtres humains (piétons ou véhicules). On s'imagine l'angoisse dans laquelle il travaille. En théorie, il existe une façon d'éviter les conséquences dramatiques des déshuntages à proximité des passages à niveau : l'installation d'une pédale mécanique en amont du passage afin que le passage du train implique mécaniquement l'abaissement des barrières.

A propos de la sécurisation du réseau, Alain Vidalies est pour le moins vague : "Tous les passages à niveau vont être sécurisés puisqu'on met en place 387 pédales mécaniques qui vont être installées dans le courant de l'année 2017. Ça, on va le faire partout : chaque fois qu'on a une situation de ce type. Sur ce passage à niveau [de Laroche-Maurice] comme les autres aujourd'hui on va mettre des pédales mécaniques, c'est clair. C'est un engagement. On les fera toutes dans le courant de l'année 2017. Chaque fois qu'il y aura un doute, de mémoire il y en a 380 sur lesquels il y a un doute, on lance un très gros programme. Je ne peux pas vous dire que tout sera fini en 2017 parce que je ne sais pas exactement quel est le marché mais c'est une priorité pour nous que de mettre ces pédales mécaniques."

Le passage à niveau de la tragédie de Millas était-il, oui ou non, équipé de ces fameuses pédales ? Il semblerait qu'il y avait bien une pédale mécanique en amont du passage à niveau. Si tous les passages à niveau ne sont pas encore équipés, on comprend mal que la SNCF consacre une partie de son budget à l'installation du WIFI dans ses TGV alors que le réseau est loin d'être sécurisé pour les populations passant à proximité.

Qui fera l'enquête ? L'ombre du BEA

Tout d'abord, on pourra regretter que les journalistes présents sur les lieux se soient tant concentrés à produire des témoignages et si peu à l'observation directe des barrières du passage à niveau (puisque c'est sur ces barrières que se nouera toute la Question), avant qu'elles n'aient été rapidement retirées par les enquêteurs.

Trois enquêtes vont se tenir parallèlement. Tout d'abord, la SNCF mènera son enquête interne. Ensuite, une enquête judiciaire réfléchira aux causes de cette collision et établira des responsabilités, des peines. Enfin, et c'est peut-être l'enquête la plus problématique : le Bureau d'Enquête et Analyse des catastrophes de Transport Terrestre (BEA-TT) produira un rapport sur les causes de cette collision d'un point de vue technique. Le BEA-TT est un organisme public dépendant du ministère de l'écologie et qui doit réaliser des enquêtes en toute indépendance. Or, par le passé, le BEA-TT a fait preuve d'une attitude trouble. Ainsi, le Canard Enchaîné avait révélé le contenu d'écoutes téléphoniques réalisées pour l'instruction judiciaire du déraillement de Brétigny (2013) : dans ces écoutes, il apparaissait que le BEA-TT avait remis son rapport directement à la SNCF et dans une sorte de concertation avec l'entreprise (laquelle se réjouissait sur les enregistrements d'un rapport très favorable). Pour le déraillement du TGV (en 2015), à nouveau le BEA-TT apparaît dans les écoutes téléphoniques de l'instruction, et cette fois, cet organisme public confie la rédaction d'une partie de son enquête directement à l'un des bureaux de la SNCF impliqué dans le déraillement. (Le gouvernement reste sourd aux protestations des victimes.)

Les familles des victimes de la collision de Millas pourront-elles avoir confiance dans le BEA-TT ?

(c)jepensedoncjesuis © Jepensedoncjesuis2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é