Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 janv. 2009

Du destin d’un JediS !

Au départ rien ne prédisposait ce jeune homme à entrer dans le monde de la haute politique de l’Empire.Le jeune Eric voit le jour dans les sables lointain de la terre du Maroc, élevé seul par sa mère après que son père fusse tué dans l’appareil de chasse qu’il pilotait.

Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au départ rien ne prédisposait ce jeune homme à entrer dans le monde de la haute politique de l’Empire.

Le jeune Eric voit le jour dans les sables lointain de la terre du Maroc, élevé seul par sa mère après que son père fusse tué dans l’appareil de chasse qu’il pilotait.

A l’âge de l’initiation vers 17 ans il rejoint la République de France où il suit le cursus des jeunes padawan. Mais il échoue à l’entrée de la plus prestigieuse des écoles de formation des Jedi, l’ENA et doit se rabattre sur une carrière de cadre supérieur dans l’industrie automobile.

Le jeune Eric y commence une carrière qui ne lui amène pas les sensations que son cortex a pressenti en fréquentant les bancs de l’IEP de Paris, cité des Elus Jedi.

Il entre donc par la petite porte militante au sein de l’armée des Jedi socialistes, les JediS, à l’âge de 35 ans… les maître JediS aurait dû se méfier de cet apprenti qui avait fait ses armes dans le monde du capitalisme, notamment au sein du journal « Challenges » auquel il participa…

Mais Eric le padawan attardé avait un esprit brillant, il franchit les étapes de l’élévation vers le cercle des maîtres JediS, se mettant sous l’aile protectrice du Comte Dooku-Jospin, un brillant JediS dont le côté obscur resta longtemps ignoré de ses pairs.

Eric était donc un sujet brillant… mais impétueux, et l’on sait que la colère est l’amie du côté obscur de la Force…

Il exprima naturellement sa colère contre le chancelier Palpasarkozy dans une attaque sournoise, employant déjà les armes du côté obscur, la haine, la caricature…

Ce pamphlet ne plut guère à la reine AmidaSégolène et le poison de la division fit son chemin dans l’esprit corrompu du jeune JediS qui pencha soudain pour le chancelier PalpaSarkozy en pleine bataille.

Le jeune Jedis amorça ainsi sa lente transformation qui devrait s’achever demain par sa nomination au poste très envié de Ministre de l’Immigration où le chancelier ne doute pas qu’il utilisera ses pouvoirs de combattant du côté Obscur de la Force.

Naîtra alors le Seigneur Dark Eric Vador Besson… sans pitié pour ses anciens camarades, sans remords il basculera complètement…

Sera-t-il le seul JediS ???

Le souhaiter nous devons !...

Isabelle (Resistance2007)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr