Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2008

Martine, Bertrand, Ségo, François, Pierre et les autres

J’ai dans un coin de ma tête une tripotée de référence cinématographique qui arrive quand je vois le pataquès de cette période de pré-motion qui se joue jusqu’au 22 septembre au Parti Socialiste…Ca va du « bal des casses pieds » au « dîner de cons » (place tournante au PS, sens républicain et démocratique oblige) en passant par le « Jour le plus long »…Nous, qui sommes au plus près de l’évènement en tant que militants socialistes, n’y comprenons plus rien… « Dallas » à côté est un feuilleton à l’eau de rose…J’ai l’impression de revivre toute proportion gardée le sommet Israelo-arabe à camp David où nous étions passés à un cheveu d’une paix longue et durable…Il ne manquait pas grand-chose pour que le parti socialiste réalise non pas une synthèse mais une dynamique porteuse…

Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai dans un coin de ma tête une tripotée de référence cinématographique qui arrive quand je vois le pataquès de cette période de pré-motion qui se joue jusqu’au 22 septembre au Parti Socialiste…

Ca va du « bal des casses pieds » au « dîner de cons » (place tournante au PS, sens républicain et démocratique oblige) en passant par le « Jour le plus long »…

Nous, qui sommes au plus près de l’évènement en tant que militants socialistes, n’y comprenons plus rien… « Dallas » à côté est un feuilleton à l’eau de rose…

J’ai l’impression de revivre toute proportion gardée le sommet Israelo-arabe à camp David où nous étions passés à un cheveu d’une paix longue et durable…

Il ne manquait pas grand-chose pour que le parti socialiste réalise non pas une synthèse mais une dynamique porteuse…

Oui mais voilà… il faudrait que les egos de cette bande de quadra-quinqua se taisent, s’effacent au profit de l’intérêt collectif et de l’écoute des militants et des français…

Dans les sections on parle, on parle beaucoup, il y a un travail énorme, qui n’est pas répercuté par les médias… Voir des jeunes cadres, des ouvriers ou petits employés réfléchir ensemble, se parler, c’est vachement moins glamour que le combat des chemisettes contre les polos sous le soleil rochelais…

Alors tout ce « bordel » serait du fait des médias ??? oui et non !

Oui parce que c’est du croustillant, mieux que la Star Ac’…

Non parce que les tenants de ces petites phrases, de ces bons mots ne peuvent s’empêcher de sortir leurs ergots et leurs égos dés qu’une caméra voire même un caméscope les approche…

Il n’est à l’heure actuelle pas possible pour un cadre médiatique du parti de discuter, mailer ou envoyer un SMS sans le retrouver à la une des journaux le lendemain… ce n’est pas moi qui le dit c’est un de ceux dont les conversations se retrouvent régulièrement en tête de presse !

Il va falloir sérieusement faire le ménage, voire chasser hors du temple (quoi moi aussi je peux allégoriser christique, non ?) les égotiers que sont devenus tous ces quadras-quinquas plus émoustillés par une caméra qu’un prébubère par l’apparition de Tabata Cash…

Présidentielle, pas présidentielle, on s’en fout, la présidentielle c’est dans 4 ans…

Bien sûr un grand parti a besoin d’une vision d’avenir…

Bien sûr, contrairement à ce que nous affirmait il y a quelques mois François Hollande, les militants, même ceux qui s’en défendent, rêvent du grand soir… Si longtemps frustrés de ne l’avoir pas vécu ou en souvenir de ce 10 mai 1981…

Mais soyons sérieux deux minutes, le plus important, le plus urgent, c’est de résister à cette idéologie sournoise que la droite dure sarkozyste (pléonasme) distille dans les esprits… y compris les nôtres !

Nous n’avons pas besoin de savoir qui va ou est susceptible de porter les voix de gauche en 2012…

Nous avons besoin de quelqu’un qui se jette maintenant dans l’ardu travail de faire s’asseoir à la même table, sans arrières pensées, les talents nombreux de notre parti, pour entrevoir, maintenant, l’action et la pensée de l’ensemble de ce parti.

L’urgence absolue est de porter et mener en tête l’opposition à la politique actuelle qui mène les plus faibles au fond d’un trou dont nous auront bien du mal à les sortir…

Je suis horrifiée d’entendre le silence des socialistes sur les grands sujets que la gauche devrait défendre… Edvige, le financement du RSA (ça c’est une idée à nous, on devrait être les plus à même d’expliquer en quoi c’est une injustice profonde qui se déroule en ce moment)… la gratification abracadabrantesque obtenue par Tapie…

Tout cela nous l’avons laissé passer, trop occupés à savoir comment gagner en 2012… et nous avons laissé l’opportuniste Bayrou s’en saisir…

J’entends les voix militantes qui veulent une alliance avec le Modem… en 2012…

Et je ne comprends pas… ou je comprends trop, ce parti avec un leader mais sans troupes peut séduire, un parti sans leader comme le nôtre…

Alors quoi ?

Alors j’appelle les premiers signataires de toutes les contributions à mettre de côté leurs ambitions personnelles…

J’appelle leurs « lieutenants », « leurs porte-flingues » a rangé leurs portables, a jeter les numéros de leurs amis journalistes politiques au frigidaire ou ailleurs…

J’appelle les militants à continuer de travailler, de réfléchir à ce qu’ils veulent pour leur pays et pour leur parti… et même à continuer de s’engueuler en réunion de section !

J’appelle les français à venir nous voir en section, à continuer sur la place publique à nous interpeller, et à nous faire confiance…

Je ne veux pas d’une synthèse… je ne veux pas d’un compromis… je veux un consensus pour mon parti…

Je ne veux pas d’un parti uniforme à la botte d’un leader, ça n’a jamais été le cas, même au temps de feu François (entre nous camarade, tu nous as foutu dans un beau merdier en laissant croire à tous ces jeunes cons devenus mûrs qu’ils avaient ton destin !)

Je ne veux pas d’un parti qui danse à Royan quand on crève à Gandrange…

Je ne veux pas d’un parti qui dit amen à tout ce que son leader peut avancer, parce que ce leader est un homme, ou une femme, et qu’il peut se tromper…

Je veux un parti qui travaille, du plus simple adhérent, au plus haut représentant… mais qui ne travaillent pas à savoir qui peut gagner telle ou telle élection… mais qui travaille à savoir comment on peut rattraper les énormités mises en place par la droite…

Je veux un parti qui retrouve du plus simple militant au plus haut dignitaire cette envie d’être ensemble… pas pour discuter le bout de gras à la fin d’un meeting mais pour savoir quoi répondre aux demandes des français !

Nous ne sommes pas en train de refaire la campagne de 2007… Ce qu’il se passe en ce moment au Parti Socialiste c’est de la cuisine de haut vol… et cette cuisine là ne peut que se faire dans la sérénité et le calme…

Arrêtons de prendre à parti les français, le Congrès c’est notre affaire… ou alors ouvrons les portes des sections et des fédérations et faisons voter tout le monde… là l’étalage de nos dissensions, réelles mais non insurmontables pour beaucoup, aura lieu d’être. L’ouverture à l’ensemble des français est conceptuellement séduisante mais quand on voit ce que cela a donné en Italie où après quelques mois au pouvoir, une droite extrême a balayé d’un coup d’un seul tous les espoirs… je me permets de penser que tout ce qui se fait ailleurs n’est pas forcément à suivre…

Et je le dis sereinement, j’écoute, j’entends, parfois même je rejoins, je me laisse convaincre par tel ou tel, mais au soir du résultat du vote de mes camarades, si je ne me reconnais pas dans la majorité qui se dégage… si le dessin du Parti Socialiste ne me correspond pas, je ne m’accrocherai pas et je partirai… parce que je ne peux concevoir que l’on reste dans un parti ou une organisation quelconque quand on n’en partage plus les visions !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr