Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2011

La goutte d’eau…

Y’a des jours, des semaines comme ça qui sont interminables, déchirantes, effarantes. Cette semaine aura marqué un point d’arrêt à ma vie de militante d’un parti politique.

Isaway
Chef d'entreprise dans le domaine de l'audiovisuel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Y’a des jours, des semaines comme ça qui sont interminables, déchirantes, effarantes. Cette semaine aura marqué un point d’arrêt à ma vie de militante d’un parti politique.

En 2008 après l’affolant Congrès de Reims j’ai quitté le PS, dégoutée par le spectacle donné..

2009, la belle histoire de la campagne Europe Ecologie, que je regarde, de loin, l’espoir renaît… au point que je m’inscris sur les listes de soutien… au point qu’en janvier 2010 après un meeting à Montreuil, je, nous (Chouchou n’est jamais bien loin), replongeons dans le bain pour les régionales.

Rencontres, belles rencontres avec des gens de la société civile, des politiques de plus longues dates, une belle énergie… un espoir !

Novembre, il y a un an, Lyon, naissance d’EELV, on y croit malgré des frictions… la belle énergie se heurte à un « joyeux bordel » qui nous semble empêcher d’avancer autant qu’on le souhaiterait… Mais on persiste.

Congrès, le premier, les motions, ce truc barbare, barbant… on ne prendra pas parti, pas envie de voir revenir les fantômes de Reims… une campagne dure, les écolos peuvent être d’une violence inouïe… on avance mais le doute s’installe… ça va pas, l’élan a disparu, les blessures s’installent.

La Primaire… la confirmation, les travers partisans sont là, Eva a de la valeur, mais elle plie, se plie à la violence politique, nous choisirons Hulot… qui ne sera pas choisi. C’est pas grave, c’est la démocratie… Ayant souffert des déchirures de la primaire socialiste de 2007 nous proposerons à Eva et son équipe de faire un petit film de quelques minutes pour en appeler à l’union, une main tendue. Le directeur de campagne est d’accord, le porte parole de la candidate aussi… dans une réponse surréaliste de son attachée de presse et d’un proche on s’entend dire « pas possible, elle n’est pas préparée »… l’appel ne sera jamais fait. Bah après tout ça peut marcher sans non ?

Mais le doute n’est plus permis, c’est mal barré…

Arrivent les évènements incroyables de cette semaine, cet accord des désaccords, cet accords de circonscriptions qui ne dit pas son nom. Hollande a déconné en acceptant un truc qui n’aurait dû se passer qu’entre les deux tours, Joly est dépassée par Duflot et Placé, sa candidature devient intenable. Elle, la femme des non compromissions, le juge de l’affaire ELF, comment peut-elle défendre un parti qui aura pactisé avec le PS qu’on accuse d’être aux ordres d’Areva ?

Je rends ma carte, je ne peux plus, la Secrétaire Nationale, présidente du groupe eelv dans la plus grande région d’Europe, Conseillère municipale de sa commune de Villeneuve Saint -Georges, déléguée à l’ARF poste créé parce qu’elle l’a réclamé… parachutée à la place d’une députée PS, une bosseuse (ils/elles ne sont pas si nombreux) lors qu’une circo l’attendait dans sa ville… Tout le monde n’a pas l’âme d’un conquérant, mais quand même… c’est trop !

Ce soir, la goutte d’eau. J’apprends que la Vice Présidente eelv à l’action sociale d’IDF a été nommée attachée parlementaire du tout nouveau sénateur eelv, Jean Vincent Placé (qui est toujours VP lui aussi, promis jusqu’en décembre il a dit)

Et de m’entendre répondre que c’est normal, que la pauvre a des fins de mois difficiles, ben oui tu te rends compte, 3000 euros net par mois, un reversement au parti, des charges, une mutuelle, un loyer… elle doit trouver un autre boulot, si possible payé avec de l’argent public, tant qu’à faire… qui me répond ça ? des éluEs, ben tiens… Et de m’entendre dire que ça met de l’eau à mon moulin des tous pourris… comment puis-je oser demander de la moralité, de la politique autrement ???

Circulez y’a rien à voir ?

Je ne circulerais pas, quitte à me retrouver seule à gueuler dans le désert… je veux pouvoir dire à mes enfants que la Politique est la plus belle chose du monde !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier