isseka
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 janv. 2010

isseka
Abonné·e de Mediapart

« Dites-vous que cet homme est un chien »

 Dans les couloirs du métro Charles-de-Gaulle-Étoile, l’affiche de l’Observatoire internationale des prisons (OIP) frappe mon regard. Elle continue d’occuper mon esprit alors, qu’après un rapide arrêt, je gagne ma correspondance vers la ligne 1.

isseka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les couloirs du métro Charles-de-Gaulle-Étoile, l’affiche de l’Observatoire internationale des prisons (OIP) frappe mon regard. Elle continue d’occuper mon esprit alors, qu’après un rapide arrêt, je gagne ma correspondance vers la ligne 1. D’autres passent sans la remarquer. Mais je verrai, dans les jours qui suivent, que je ne suis pas le seul à être ainsi saisi dans ma course entre deux métros par la photo et, surtout, le message.
Derrière les barreaux d’une prison, qui se démultiplient jusqu’aux grilles d’une fenêtre d’où perce la seule lumière naturelle, le visage émacié d’un jeune homme regarde celui qui passe « librement ». « Si ça peut vous aider à donner, dites-vous que cet homme est un chien », interpelle l’affiche qui est un appel aux dons.

Sur son site, l’OIP, nouvellement présidé par la journaliste Florence Aubenas, précise qu’il n’est pas dans son habitude d’intervenir dans le débat public autrement que pour faire état de « situations concrètes ou de démarches législatives constitutives ou génératrices d’une violation des droits fondamentaux de la personne détenue ». Il y a néanmoins un précédent, un autre appel aux dons, en 1996. Cette première campagne, hébergée dans le quotidien Ouest-France, voulait dénoncer les idées reçues sur la récidive. Elle avait pour message : « Pour passer du vol au crime, il suffit parfois de passer par la prison. » Elle a suscité tant de lettres d’injures que cela a, semble-t-il, dissuader l’OIP de réitérer l’expérience. Jusqu’ici. Et peut-être poussé l’association à expliquer sa démarche cette fois-ci (à lire ici).

Il n’est pas sûr que cette nouvelle campagne choque moins.

Cela sera intéressant à suivre. S’il y a des suites. (Un début de réponse avec l'interview de Gabriel Mouesca, ex-président de l'OIP et membre du conseil d'administration dans Libération, le 14 janvier 2010.)

Car pourquoi choquerait-elle ?

L’annonce de chaque nouveau suicide derrière les barreaux (116 entre janvier et début décembre 2009, selon l’OIP) est accueillie avec de plus en plus d’inertie. De même que chaque nouveau reportage sur l’état des prisons. Ainsi que chaque décompte des chiffres de surpopulation (62.181 détenus pour 53.300 places, selon l’Institut national d’études démographiques (Ined)). Ou l’annonce d’une nouvelle loi sécuritaire supposée pourtant entraîner encore plus d’incarcérations.

Alors, pourquoi cette campagne choquerait-elle ?

Parce qu’elle sonne juste.

Non pas, bien sûr, que les Français ne donnent que pour les « bêtes » (le montant des dons aux associations ne cesse d’augmenter en France depuis trois ans, selon une étude du Centre d'étude et de recherche sur la philanthropie (Cerphi) qui s’arrête en 2008). Ni parce qu’ils sont indifférents au sort des personnes incarcérées (le sont-ils ? C’est en tout cas l’idée que l’OIP déclare vouloir mettre à mal).

Mais, peut-être, parce qu’à force de déshumanisation et de stigmatisation, les détenus sont considérés comme des chiens.

Et ils ne sont pas les seuls à être poussés ainsi à la frange de l’humanité.

(La vidéo de la campagne de l’OIP)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias