Josh Fox, réalisateur anti-gaz de schiste classé “terroriste”

Josh Fox arrested while trying to film Fracking hearing © Earthjustice
Josh Fox arrested while trying to film Fracking hearing © Earthjustice

Josh FOX, Réalisateur de GASLAND, a été arrêté à l'audience du Comité des Sciences. Les membres du Comité ont objecté que Josh FOX ne pouvait pas filmer l'audience sur la technique de la fracturation hydraulique ou "fracking". Ils ont aussi objecté la présence de ABC News. Josh FOX n'avait pas d'accréditation et ABC News pas d'autorisation de filmer.

-------------


JOSH FOX COMMUNIQUE APRES SON ARRESTATION

Publié par Europe Ecologie Les Verts Midi-Pyrénées, le 2 février 2012. gasland-gaz-schiste

Voici la déclaration de Josh,  faite aujourd’hui après sa libération :

« J’ai été arrêtée aujourd’hui pour l’exercice de mes droits au 1er Amendement relatif à la liberté de la presse sur la colline du Capitole (Congrès Américain). Je ne m’attendais pas à être arrêté pour pratiquer le journalisme. L’Audition d’aujourd’hui par le sous-comité de l’énergie et de et de l’environnement a été appelée à examiner les conclusions de l’EPA sur les fluides de fracturation hydraulique qui ont contaminé les eaux souterraines dans la ville de PavillIon, Wyoming. J’ai une longue histoire avec la ville de PavillIon et de ses habitants qui ont toujours dit, depuis 2008, que le « fracking » avait contaminé leur approvisionnement en eau. J’ai présenté les histoires des résidents John Fenton, Louis Meeks et Jeff Locker dans GASLAND et je continue à parler de la contamination de leur eau catastrophique dans la suite à venir GASLAND 2. Il semblerait que les dirigeants républicains utilisaient cette audience pour attaquer l’enquête de l’EPA impliquant des centaines d’échantillons et d’analyses approfondies de l’eau qui ont confirmé que les eaux souterraines du Pavillion, Wy, était un danger pour la santé, contaminées par le benzène à 50 x le niveau de sécurité et de nombreux autres produits contaminants associés aux forages de gaz. Plus important encore, l’EPA a dit que le  » fracking » en était la cause probable.

Comme cinéaste et journaliste, j’ai couvert des centaines d’auditions publiques, y compris des auditions au Congrès. Ce que je ne comprends pas, c’est que le discours public n’est pas autorisé à être filmé. Le Congrès ne devrait avoir aucune exception. Sur la colline du Capitole, personne ne devrait considérer eux-mêmes exemptés de la Constitution. Le premier amendement de la Constitution prévoit expressément « le Congrès ne doit faire… aucune loi qui porte atteinte à la liberté de la presse ». Ce qui signifie qu’aucune règle de sous-comité ou la régulation ne devrait interdire à un humble journaliste ou un citoyen d’enregistrer une audience publique. Il s’agissait d’un acte de désobéissance civile, oui , fait de façon impromptue, mais au moment où ils m’ont dit de couper les caméras, je ne pouvais pas. Je sais que ce sont mes droits et j’ai senti, qu’il était impératif de les exercer. Lorsque je fus conduit hors de la salle d’audience les menottes aux poignets, le gage de transparence du Congrès a vécu avec moi.

Les habitants de Pavillion, Wyo, méritent mieux. Les milliers de personnes à travers les États-Unis qui ont prouvé les cas de contamination de l’eau dans les zones de « fracking » méritent leur propre audience sur la colline du Capitole. Ils méritent la possibilité de témoigner devant le Congrès. La vérité est que le « fracking » contamine l’eau souterraine et aucun moyen, ni tactiques d’intimidation- telles que l’arrestation de journalistes– ne l’empêchera. Toute tentative éhontée pour discréditer et faire taire l’EPA, et les citoyens du Pavillon est vouée à l’échec, et c’est un affront à la santé et l’intégrité des américains. Enfin, dans la défense de ma profession, je vais énoncer que beaucoup d’Américains obtiennent leurs nouvelles de documentaires indépendants. La colline (le Congrès) doit immédiatement faire des audiences et des réunions accessibles aux journalistes indépendants et non plus entraver la vérité de telle sorte qu’elle ne soit seulement réalisable que par l’intermédiaire de cinéma documentaire de forme longue. Cet événement nous amène à de plus amples réflexions et développements.

J’ai été accusé d’« entrée illégale » et la date de ma comparution devant la Cour date est fixé au 15 février. »

 

Josh Fox Washington D.C. 01/02/12 (Traduit par Bing) (revue et corrigée par Danièle favari)
danièle favari (veille juridique des GDS)
nongazdeschisteinfos@gmail.com

http://www.nongazdeschisteinfos.com

twitter : https://www.twitter.com/NonGDSinfos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.