Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Billet de blog 17 févr. 2017

L’indécente campagne comparative de la «France Insoumise» envers Jadot et Hamon

Désolée pour les personnes sincères qui suivent Mélenchon, mais les documents de campagnes utilisés par les militant-e-s de la « France Insoumise » contre les autres candidats de la gauche (Hamon et Jadot) relèvent du pur mensonge et de la manipulation éhontée; voir ci-dessous.

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’indécente campagne comparative de la « France Insoumise » envers les autres candidats de gauche.

La « France Insoumise » est actuellement en pleine campagne pour convaincre les électeurs et électrices de gauche. Il est normal qu’en période électorale, nous exprimions nos désaccords et nos différences. Cependant, les documents de campagnes utilisés par les militant-e-s de la « France Insoumise » contre les autres candidats de la gauche (Hamon et Jadot) relèvent du pur mensonge et de la manipulation éhontée. Je vais tâcher de vous le démontrer en analysant factuellement cette « comparaison », conçue par des militant-e-s « insoumis-e-s » entre les programmes de Yannick Jadot et de Jean-Luc Mélenchon :

Tract de campagne de la « France Insoumise »

Sur la forme, c’est très simple : Une mesure qui figure dans le programme de Mélenchon sur la colonne de gauche, puis un « oui » ou un « non » pour savoir si Jadot ou Mélenchon la reprends dans son programme. Déjà, le procédé est critiquable ; il favorise de facto le programme de Mélenchon, en ne reprenant que des mesures qui le favorisent. Soit, c’est un document de propagande électorale, c’est bien normal de défendre son candidat. Je ne tiendrais donc pas rigueur de ce biais.

Cependant, il existe de nombreuses imprécisions et quelques gros mensonges dans ce document. Nous allons reprendre point par point.

Premièrement, sur la 6eme République, les écologistes y sont favorables depuis très longtemps. La seule différence entre Jadot et Mélenchon, c’est sur la question du référendum. En effet, dans le programme de Yannick Jadot, il n’est pas question d’initier un référendum pour lancer le processus de la 6eme République ; s’il est élu, le gouvernement de Yannick Jadot l’initiera. Pas question donc de refaire voter les citoyens, et de risquer de ne pas pouvoir tirer un trait à la 5eme…

Deuxièmement, sur le droit de révocation des élus, Yannick Jadot est favorable, comme Mélenchon, aux référendums d’initiatives populaires si 1% des citoyens le demandent. Pour le programme de la France Insoumise, la révocation des élus passe également par ce type de référendum mais proposent comme seuil « 5%, 10% ou 15% des inscrit-e-s sur les listes électorales ». Nous pouvons donc voir que le programme des écologies va beaucoup plus loin sur ce point que celui de la « France Insoumise », soit l’exact opposé du message de ce tract.

Troisièmement, sur la protection des « biens communs », Yannick Jadot propose l’élaboration d’une « Charte des Communs et du long terme contraignante ». « Elle permettra de disposer d’un socle plus ambitieux et plus complets de droits fondamentaux relatifs à l’environnement que ceux prévus actuellement par la Charte de l’environnement ». Le programme de la France Insoumise a une proposition similaire, mais se contente de dire que les « bien communs doivent être gérés démocratiquement ».

Quatrièmement, les écologistes proposent bien évidemment l’abrogation de la « loi travail » actuelle. Mais, contrairement à Mélenchon qui ne propose que l’abrogation, le programme de Yannick Jadot propose « l’élaboration d’une loi fondée sur la protection des salarié.e.s et leur participation aux décisions ».

Cinquièmement, sur la séparation des banques d’affaires et de détail, le programme des écologistes le propose ! Ils vont même plus loin, en proposant notamment l’interdiction du « Trading Haute Fréquence » (THF) et le plafonnement de la rémunération des traders.

Sixièmement, sur la « règle verte », bien évidemment que les écologistes portent cette idée (qu’ils ont théorisé…). Mais non seulement ils veulent instaurer cette règle dans notre Constitution, mais également dans les traités Européens !

Septièmement, au sujet des traités européens, les écologistes ont un désaccord de stratégie avec la France Insoumise, cela n’a échappé à personne. Cependant, il est essentiel pour eux de renégocier les traités, en passant par l’élection d’une Assemblée Constituante, basée sur 3 piliers (démocratie, droits humains et environnement) pour rédiger une nouvelle Constitution à l’Union Européenne. De plus, les écologistes, plutôt que de proposer une sortie de l’UE, proposent de renforcer le rôle du Parlement.

Dans cette analyse, on se rend vite compte que ce tract est complétement faux, à la limite de la diffamation. De plus, si l’on creuse un peu les propositions et les programmes de chacun, on voit que les écologistes vont beaucoup plus que « la France Insoumise » sur beaucoup de sujets… Comme je suis bon joueur, pour éviter des problèmes juridiques à l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon, je leur propose un tract comparatif revu et corrigé :

Tract comparatif revu et corrigé

Au delà de la question des mensonges, qu’est-ce que cette analyse comparative dit de la campagne de Mélenchon ? Que ses militant-e-s n’hésitent pas à mentir et à déformer les propos des autres candidats de gauche (Hamon et Jadot notamment) pour porter leurs idées, et que c’est une campagne basée sur de la malveillance. Mais surtout, en lisant les 2 programmes sur les points qui tiennent à cœur aux « insoumis », on se rend compte que le programme des écologistes va plus loin et même plus « à gauche » que celui de la « France Insoumise ». On pourrait penser l’inverse pourtant, mais alors que s’est-il passé ? Les écologistes ont-ils opérés un virage à gauche ou Mélenchon a t-il droitisé certaines de ses propositions ? J’aurais tendance à opter pour la deuxième solution, car quand on voit Mélenchon, un homme profondément ancré à gauche, défendre le principe d’un service militaire et civil obligatoire pour la jeunesse française, ça me pose question. En effet, Mélenchon a t-il abandonné l’antimilitarisme, pourtant l’une des valeurs les plus importantes de la gauche française ?

Ainsi s’achève cette brève analyse de ces deux programmes. Il y aurait tant à dire, et j’aimerais qu’on parle davantage du programme des écologistes, et que l’on compare et le confronte aux idées reçues, notamment colportées par les militants « insoumis ». Malheureusement, nous préférons nous quereller sur des histoires de stratégie, alors que nos idées sont si proches. Prenons collectivement un peu de hauteur, parlons-nous respectueusement, et construisons ensemble un avenir commun plutôt que de nous diviser inutilement.

Je vous invite à lire et comparer par vous même les deux programmes, disponibles au tarif de 3€ chacun, et à vous faire votre propre opinion, au delà des préjugés et des mensonges des uns et des autres.

Sources :

https://alexlerouge.wordpress.com/campagne-comparative-jadot-melenchon/

Le blog d'Alex Le Rouge

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale