Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Billet de blog 18 févr. 2017

Appel pour l’organisation d’un débat Jadot-Hamon-Mélenchon

Les rédactions de Libération et de Regards s’associent pour appeler à un débat public entre Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. Et se proposent de l’organiser.

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Si l’on fait abstraction du fait que la primaire de la droite et du centre pourrait n’avoir servi à rien dans le cas où François Fillon était débranché de la folle course à la présidentielle  ; si l’on fait abstraction du fait que la primaire des écologistes pourrait n’avoir servi à rien si Yannick Jadot se retirait au profit de Benoît Hamon ou de Jean-Luc Mélenchon  ; si l’on fait abstraction du fait que la primaire de la Belle alliance populaire pourrait n’avoir servi à rien si les participant-es s’en allaient "marcher" pour Emmanuel Macron  ; alors, tout cela mis de côté, il faut bien le reconnaître, ces primaires auront au moins servi et nourri le débat d’idées.

Du très conservateur Jean-Frédéric Poisson en passant par le libéral-écolo François de Rugy jusqu’au défenseur du protectionnisme européen Arnaud Montebourg, les sensibilités et autres courants traditionnels du champ politique ont largement eu voix au chapitre sur l’ensemble de l’espace médiatique. En retrait des logiques partisanes et contestant le principe même de la primaire, Mélenchon –  et dans une tout autre mesure Macron  – n’a pas bénéficié de cette exposition. Que défend-il  ? Quelle majorité pour gouverner  ? Quel projet  ? « Les Français ont le droit de ­savoir », comme dirait l’autre.

Ces derniers jours, plusieurs tribunes, appels et pétitions ­invitent Mélenchon, Jadot et Hamon à accorder leurs violons pour ne présenter qu’une seule candidature de la gauche à la présidentielle. Cela a-t-il du sens ? Pour quoi faire  ? Et avec qui  ? Une seule candidature, mais laquelle ? Si le réseau téléphonique entre les représentants de la gauche ne semble pas fonctionner au mieux, un débat public apparaît nécessaire.

C’est Benoît Hamon qui, le ­premier, a souhaité engager « dans les meilleurs délais » une discussion avec les candidats de la France insoumise et d’EE-LV – même si, depuis, Mélenchon a adressé une lettre au candidat socialiste pour l’appeler à quelques clarifications programmatiques. Si "politique" n’est pas "arithmétique", force est de constater que l’addition des intentions de vote des trois candidats oscille, sondage après sondage, entre 26 % et 31 %, toujours devant Le Pen, Macron et Fillon.

Cette possible qualification d’un candidat de gauche au second tour de la présidentielle –  que personne n’avait imaginé – a de quoi susciter l’interrogation d’un électorat de gauche qui, paumé, veut comprendre. Et savoir. Savoir ce qui les rassemble. Et ce qui les divise. Comprendre les raisons pour lesquelles une candidature unique de la gauche n’est pas possible. Ou, au ­contraire, comprendre dans quelles conditions celle-ci ­serait envisageable. Savoir les positions de chacun sur la transition écologique, sur la question sociale et l’urgence démocratique, sur l’Europe et les ­conflits internationaux aussi. Savoir enfin si les désaccords sont plus importants que les ­convergences. Ou l’inverse peut-être  ? Comprendre et savoir s’ils entendent poursuivre la politique du gouvernement sortant ou bien si une majorité de rupture, à gauche, peut gouverner. En somme, de quelle gauche sont-ils le nom  ?

Seul un débat public peut éclairer les citoyen-nes. Et dans ce cadre, nous nous tenons à la disposition des candidats pour organiser dans les meilleurs délais un débat public qui sera, à n’en pas douter, très attendu.

Johan Hufnagel, directeur de la rédaction de Libération
Pierre Jacquemain, rédacteur en chef de Regards

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger