Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2008

Action internationale "Chernobyl Day" le 26 avril 2008

   22ème Anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl...   Elle reste la plus grande catastrophe industrielle de l'histoire, et les conséquences perdurent aujourd'hui, notamment pour les populations de la région de Tchernobyl (500 000 enfants) qui supportent depuis 22 ans, dans l’indifférence générale, les souffrances dues à l’incorporation de faibles doses de radioactivité. Un nouvel accident de ce type est possible, y compris en Europe, il s'en est fallu de peu en 1999 dans l'estuaire de la Gironde (centrale du Blayais) ou en 2006 en Suède (centrale de Forsmark).Rendons hommage aux centaines de milliers de jeunes hommes qui ont probablement évité une seconde explosion estimée à 50 fois Hiroshima  Après la première explosion –thermique- du 26 avril 1986, le cœur du réacteur de Tchernobyl brûlait. Les matières radiocatives en fusion aurait pu atteindre l'eau située sous le cœur, provoquant une seconde explosion, nucléaire celle-ci, dont l'ampleur aurait rendue une grande partie de l'Europe inhabitable. Ceci a pu être évité par la mobilisation massive des "liquidateurs". S'exposant à l'enfer des radiations, ils ont refroidi la dalle de béton sous le réacteur en fusion et éteint l'incendie du coeur le 7 mai 1986. En cas d'échec, la seconde explosion pouvait se produire 48 heures plus tard, le 9 mai 1986.   Demandons l'indépendance de l'OMS par rapport à l'AIEA! Demandons la reconnaissance des victimes de la contamination radioactive!     L'OMS(Organisation Mondiale de la Santé), soumise à l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) aux termes d'un accord officiel mais méconnu (WHA 12:40) ment au sujet des victimes de la contamination radioactive. Celle ci est due aux catastrophes (Three Miles Island, Sellafield, Tchernobyl…), aux plus de 2 000 essais de bombes nucléaires, mais aussi aux rejets quotidiens de la filière nucléaire en fonctionnement "normal". L’étude des conséquences de la radioactivité sur la santé humaine, en particulier des faibles doses ingérées, estmuselée.   Depuis le 26 avril 2007, tous les jours ouvrables, entre 1 et 3 personnes se relaient en permanence devant le siège de l'OMS à Genève pour exiger de cette instance qu'elle reprenne sonindépendance. Site de référence: www.independentwho.info   La source.  

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© pillule rouge

22ème Anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl...


Elle reste la plus grande catastrophe industrielle de l'histoire, et les conséquences perdurent aujourd'hui, notamment pour les populations de la région de Tchernobyl (500 000 enfants) qui supportent depuis 22 ans, dans l’indifférence générale, les souffrances dues à l’incorporation de faibles doses de radioactivité. Un nouvel accident de ce type est possible, y compris en Europe, il s'en est fallu de peu en 1999 dans l'estuaire de la Gironde (centrale du Blayais) ou en 2006 en Suède (centrale de Forsmark).

Rendons hommage aux centaines de milliers de jeunes hommes qui ont probablement évité une seconde explosion estimée à 50 fois Hiroshima


Après la première explosion –thermique- du 26 avril 1986, le cœur du réacteur de Tchernobyl brûlait. Les matières radiocatives en fusion aurait pu atteindre l'eau située sous le cœur, provoquant une seconde explosion, nucléaire celle-ci, dont l'ampleur aurait rendue une grande partie de l'Europe inhabitable. Ceci a pu être évité par la mobilisation massive des "liquidateurs". S'exposant à l'enfer des radiations, ils ont refroidi la dalle de béton sous le réacteur en fusion et éteint l'incendie du coeur le 7 mai 1986. En cas d'échec, la seconde explosion pouvait se produire 48 heures plus tard, le 9 mai 1986.

Demandons l'indépendance de l'OMS par rapport à l'AIEA!

Demandons la reconnaissance des victimes de la contamination radioactive!

L'OMS(Organisation Mondiale de la Santé), soumise à l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) aux termes d'un accord officiel mais méconnu (WHA 12:40) ment au sujet des victimes de la contamination radioactive. Celle ci est due aux catastrophes (Three Miles Island, Sellafield, Tchernobyl…), aux plus de 2 000 essais de bombes nucléaires, mais aussi aux rejets quotidiens de la filière nucléaire en fonctionnement "normal". L’étude des conséquences de la radioactivité sur la santé humaine, en particulier des faibles doses ingérées, estmuselée.

Depuis le 26 avril 2007, tous les jours ouvrables, entre 1 et 3 personnes se relaient en permanence devant le siège de l'OMS à Genève pour exiger de cette instance qu'elle reprenne sonindépendance. Site de référence: www.independentwho.info

La source.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 26 avril 2008, un grand rassemblement nommé "La Grande Vigie d’Hippocrate"se tiendra devant l'OMS à Genève. Un millier de personnes attendues portant un masque blanc, symbole des victimes anonymes de la contamination radioactive réalisera une chaine humaine autour de l'OMS puis se rendra en procession au centre de Genève.

Cette action sera relayée dans de nombreuses villes d'Europe... Pour des précisions sur les lieux de RdV, voir www.chernobyl-day.org,

Vous pouvez le télécharger votre masque blanc sur www.independentwho.info,ou et www.sortirdunucleaire.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone