Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2016

De Montebourg à Hamon et Jadot : bilan du débat sur la transition écologique

« Sans surprise, c'est Yannick Jadot qui a suscité le plus d’enthousiasme ».

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Débat du jeudi 15 décembre animé par Dominique BOURG (Université de Lausanne, vice-pdt de la Fondation Nicolas Hulot) & Dominique MÉDA (Université Paris-Dauphine & FMSH)
Avec : Martine BILLARD, Benoit HAMON, Yannick JADOT, Emmanuel MACRON*, Arnaud MONTEBOURG, Jean-Luc Bennahmias, Un(e) représentante(e) des Républicains*

Primaire de gauche: quand les candidats draguent les électeurs écolos

Par Rémi Clément, journaliste à Challenges passé par @publicsenat, @leLab_E1, le 16.12.2016

Les candidats à la primaire de la gauche entrent en piste. Ils débattaient hier de leurs mesures pour une transition énergétique. L'occasion de draguer les électeurs écolos, qui seront probablement nombreux à se déplacer les 22 et 29 janvier prochains.

(...)

Premier tour de chauffe pour les candidats à la primaire de gauche. Les participants au scrutin de la « Belle Alliance Populaire » avaient rendez-vous au Pavillon de l’Arsenal, jeudi 15 décembre, pour débattre de la transition écologique à l’appel de la maison des sciences de l’homme et de l'Institut Veblen. Aux côtés d’un élu LR (Serge Grouard), de la numéro 2 du Parti de gauche (Martine Billard) et du candidat écologiste à la présidentielle (Yannick Jadot), pas moins de cinq candidats à la primaire socialiste étaient présents : Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias. L’occasion de tester leurs propositions écologiques en vue de 2017, et de draguer les électeurs écolos, nombreux dans la salle.

(...)

Intervenant après l’élu LR Serge Grouard, qui s’est borné à rappeler qu’il n’était pas candidat à la primaire de la gauche, Martine Billard, la numéro 2 du Parti de gauche, a sorti la boîte à outils pour tenter de séduire les électeurs écologistes. « Règle verte », planification écologiste, calendrier de sortie du nucléaire : la proche de Jean-Luc Mélenchon, qui lorgne les voix écologistes pour 2017, a tenté de donner des gages d’écologie. Se défendant de toute tentation de transition écologique « poutinienne », elle a défendu une conversion écologique progressive de l'industrie française. Mais elle a buté sur son plan de sortie de l’énergie nucléaire, inspirée de l’étude NégaWatt qui prévoit des logements plus petits et moins chauffés. La responsable de la « France insoumise » a tout de même été très applaudie.

Montebourg: « mon ennemi, c'est le carbone »

Mais c’est sans surprise Yannick Jadot qui a suscité le plus d’enthousiasme dans les rangs écologistes. Le candidat d’EELV jouait gros, alors que l’aile gauche du PS (Hamon, Montebourg) et Jean-Luc Mélenchon rêvent de siphonner les voix écologistes lors de la présidentielle. Le député européen a donc ressassé les thèmes chers aux écologistes, brossant le public dans le sens du poil. D’entrée de jeu, il s’est lancé dans une diatribe contre le pétrole « énergie des dictatures, du big business et du dérèglement climatique » et a plaidé pour un « changement complet de système », estimant que « financer le vieux monde, ce n’est pas préparer le nouveau monde ». Le député européen s’est aussi prononcé pour une loi de sortie du nucléaire « pour faire exactement ce que font les Allemands ». Une déclaration attendue, mais très applaudie. Le candidat écolo s'est même permis d'empiéter sur les propositions de ses camarades de gauche en prônant une sortie de la règle européenne des 3% de déficit public pour financer plus d'investissement d'avenir.

Arnaud Montebourg, qui avait la difficile tâche de succéder à l’écologiste, a tenté de désindustrialiser son image de M. « Made in France » – sans grand succès. L’ancien ministre du redressement productif a d’abord enclenché le chronomètre de sa montre pour mieux signifier le « compte à rebours écologique qui est le nôtre », avant de rappeler qu’il avait travaillé dans une start-up fabriquant des éoliennes après son départ du gouvernement. Deux arguments qui ont eu du mal à séduire le public. L’ancien avocat a ensuite plaidé pour une « relance keynésienne écologique » et dit que « son ennemi, c’est le carbone ». Une manière d'indiquer que la sortie des énergies fossiles était prioritaire à celle du nucléaire : « les deux en même temps, ça me paraît difficile voire même impossible », a-t-il jugé. S’il remporte la primaire de la gauche, Arnaud Montebourg, qui veut s'allier avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, aura tout le temps de revoir sa copie.

Pour lire le billet dans son intégralité c'est ici : http://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/primaire-de-la-gauche-quand-les-candidats-draguent-les-electeurs-ecologistes_443280

---------------

Et le billet de Reporterre:

De Montebourg à Hamon et Jadot, neuf candidats à la présidentielle livrent leur vision de la transition écologique

Reporterre, le17 décembre 2016 / Barnabé Binctin et Laure Hänggi (Reporterre)

Martine Billard

Martine Billard.

Seule femme du panel, elle a déroulé le programme bien ficelé de Jean-Luc Mélenchon : règle verte, planification écologique, protectionnisme solidaire. Si la sortie du nucléaire n’est qu’affaire de « volonté politique », elle propose de faire de Fessenheim un site-pilote du démantèlement d’unité nucléaire en France, rappelant au passage que le démantèlement de la centrale de Brennilis n’est pas achevé. Concernant le financement, les 41 milliards d’Euros du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) pourraient être alloués à un plan d’investissement des énergies renouvelables. Elle fut la première à parler du scénario NégaWatt et d’agriculture paysanne, la première aussi à citer Nicolas Hulot. Mme Billard s’oppose au revenu de base, tout en défendant la réduction du temps de travail et en proposant un salaire maximum.

Yannick Jadot

Yannick Jadot.

Le candidat d’EELV a pourfendu le nucléaire, dont la sortie serait « un changement complet de modèle de société pour en finir avec la centralisation, l’opacité, la rente et la complaisance avec les régimes dictatoriaux ». S’il a manqué de propositions concrètes, il fut le seul à parler de Bure, où il est projeté d’enfouir les déchets nucléaires, dénonçant l’absurdité des investissements nucléaires, à l’image d’Hinkley Point, à l’heure où la dette d’EDF avoisine les 40 milliards d’euros tandis que le « grand carénage » est estimé à 100 milliards d’euros. Yannick Jadot a attaqué François Fillon et son moratoire sur le photovoltaïque qui a détruit 15.000 emplois.

La suite, ici : https://reporterre.net/De-Montebourg-a-Hamon-et-Jadot-neuf-candidats-a-la-presidentielle-livrent-leur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat