Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Billet de blog 21 nov. 2009

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Pierre Larrouturou quitte le PS pour Europe Ecologie.

Pierre Larrouturou : Lettre à mes amis de Nouvelle Gauche

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pierre Larrouturou : Lettre à mes amis de Nouvelle Gauche

  • 750.000 chômeurs supplémentaires en un an en France,
  • 1.000.000.000 d’êtres humains qui ne mangent pas à leur faim.
  • en un an, les deux calottes polaires ont perdu plus de 500 milliards de tonnes de glace,
  • en un an, la dette totale de la Chine (privée et publique) a augmenté de 30 % du PIB,
  • 60 % des adultes vivant en France n’ont pas voté aux élections européennes,

Crise sociale, crise alimentaire, dérèglement climatique, crise financière et crise démocratique… Face à la gravité de la crise, je suis convaincu qu’il est vital et urgent de faire émerger une force politique nouvelle, capable d’apporter une réponse globale, radicale et crédible aux déséquilibres qui se sont creusés depuis 30 ou 40 ans.

Je suis rentré au PS après le 21 avril 2002, pensant que le choc était suffisant pour que le PS s’ouvre à la société et se mette au travail.


En juin 2006, je suis le seul cadre du parti à avoir voté contre le projet présidentiel et à avoir écrit (dans Le Monde) que nous allions perdre les présidentielles si nous ne nous remettions pas très vite au travail pour muscler le projet. A l’époque, à Solférino, beaucoup ont ricané. Aujourd’hui, tout le monde admet qu’une des raisons pour lesquelles nous avons laissé le pouvoir à Sarkozy est que notre projet était totalement creux parce que nous n’avions pas assez travaillé.

En mars 2008, avec le soutien de plus de 5.000 élus et militants, Nouvelle Gauche a publié dans Libération un Appel pour que le PS se mette vraiment au travail, avec l’ensemble de la gauche, pour apporter une réponse globale à la crise dans laquelle nous nous enfonçons. Hélas, nous n’avons pas été écoutés.

En juin 2009, après les européennes, à nouveau, avec un bon nombre d’élus, nous avons lancé un appel pour que le PS se mette au travail sur les questions économiques et sociales. En juillet, nous pensions avoir été écoutés quand Martine Aubry annonçait qu’une Convention s’ouvrirait à l’automne sur ces questions. Nouvelle Gauche pensait déposer des amendements pour peser sur ce qui devait être le projet économique et social du PS pour 2012.

Quand je suis parti en vacances, en juillet, je pensais vraiment que nous allions enfin avoir le débat de fond que nous espérions depuis des années. Et comme nous avons de bons arguments, j’étais assez optimiste sur ce qui pouvait sortir de cette Convention.

Hélas, il y a un mois, la direction du PS a décidé d’annuler la Convention. Officiellement, elle est repoussée à après les régionales, mais après les régionales, tout le monde sait que le parti va travailler surtout sur les questions de non-cumul (qui sont un vrai sujet, sur lequel certains barons vont vouloir résister aux demandes des militants) et qu’ensuite va s’ouvrir la période des primaires…

On ne change pas une équipe qui perd. Comme en 2002 et en 2007, le PS va arriver aux élections de 2012 sans avoir pris le temps de réfléchir vraiment à son projet économique et social.
Quand le chômage augmente de 750.000 en un an, quand le nombre de gens qui mangent dans les poubelles des super-marchés ne cesse d’augmenter, on ne peut pas se contenter de critiquer Sarkozy. On doit proposer une alternative !

Je ne supporte plus ce je-m’en-foutisme. Je ne veux pas être complice de ce scandale. Visiblement, au contraire des militants, la direction du PS n’a aucunement conscience de la gravité de la crise dans laquelle nous nous enfonçons et n’a aucune envie d’ouvrir un dialogue avec la société pour construire un projet alternatif.

Je constate par contre que les militants et les dirigeants d’Europe Ecologie ont la volonté de travailler sur un vrai projet de société pour répondre avec la même force à la crise écologique et à la crise sociale.

Cela fait plusieurs années que j’ai des contacts réguliers avec les Verts : l’an dernier, ils m’ont invité à participer à leurs journées parlementaires et nous avons eu un débat très intéressant sur les questions sociales. L’an dernier encore, à deux reprises, Marie-Christine Blandin (sénatrice Verte du Nord) nous a proposé de relancer une initiative commune sur le Traité de l’Europe sociale et Noël Mamère a organisé à Bègles un grand débat avec les amis de Nouvelle gauche 33.

Début 2009, plusieurs responsables des Verts m’ont demandé de les rejoindre pour les Européennes. J’avais refusé car je pensais encore qu’on pouvait peser sur le projet du PS…

Cette année, fin août, avec Thomas Mazière, nous avons passé deux jours à Nîmes à leurs Universités d’été et nous avons vraiment apprécié la qualité des débats.

Je pense depuis de nombreuses années que les valeurs et les propositions que nous défendons au sein du PS avec les amis de Nouvelle Gauche sont très proches des valeurs et des propositions des Verts. Nous avons tout essayé pour faire passer ces idées au PS mais si la direction bloque toute évolution nous n’allons pas baisser les bras : nous pouvons rejoindre ceux qui portent ces idées haut et fort.

Vu la gravité de la situation, nous n’avons pas vingt ans devant nous pour faire évoluer la gauche. Je rejoins Europe écologie et souhaite être candidat en Ile de France avec 2 objectifs :

1. aider Cécile Duflot (et toute l’équipe) à gagner la région pour montrer qu’on peut aller plus vite et plus loin, au niveau d’un territoire, dans la lutte contre le chômage, dans la lutte contre le dérèglement climatique, dans la lutte contre l’échec scolaire, dans le respect du Droit au logement…

2. changer la gauche et défier la droite,comme le dit Dany Cohn Bendit. Certains au PS disent que 2012 c’est planté et que la gauche ne sera pas prête avant 2017. Le spectacle affligeant que montre le PS en ce moment doit réjouir la droite. Il y a tant de haines et de mensonges accumulés entre les 15 qui dirigent le parti que je pense que le PS est définitivement incapable de sortir de ces querelles stériles.

Il est urgent de montrer qu’une autre force est en train de naître qui apporte des solutions nouvelles et a un fonctionnement différent. C’est pour construire cette force que je rejoins Europe Ecologie.
J’invite tous ceux et celles qui le veulent à faire de même.

Bien amicalement,

Pierre Larrouturou

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk