Chute des bourses, c'est grave docteur ?

http://www.alternatives-economiques.fr/chute-des-bourses--c-est-grave-doct_fr_art_633_55370.html


Guillaume Duval


Diminution de la capacité d'endettement des entreprises, rachat de leur propre capital, distribution de davantage de dividendes aux actionnaires… : la baisse du Cac 40 de 25 % en cinq mois risque de pénaliser l'activité économique.

 

 

Le CAC 40, l'indice qui synthétise le cours des actions des 40 plus grandes entreprises françaises cotées, valait 4 110 points en mai dernier. Il se traîne aujourd'hui autour de 3 000 points. Autrement dit : parce que les investisseurs anticipent une baisse sensible de leurs profits futurs, du fait du ralentissement de l'économie européenne et mondiale, ces entreprises ont perdu plus du quart de leur valeur depuis le printemps dernier… Quelles sont les conséquences d'un tel plongeon ?

1316709380_chute%20bourses.jpg

Au niveau des ménages qui, en dernier ressort, détiennent ces actions, on peut redouter ce qu'on appelle un « effet de richesse » négatif : la valeur de leur patrimoine ayant fortement baissé, ils se mettent à épargner davantage pour essayer de le reconstituer, plombant ainsi encore plus l'activité. Cet effet est cependant moins marqué en Europe continentale que dans les pays anglo-saxons où la détention d'actions tient une place plus importante dans les patrimoines, et notamment dans l'épargne retraite.

Du côté des entreprises, la chute des cours de bourse les rend vulnérables à d'éventuelles Offres publiques d'achat (OPA) de la part de leurs concurrents qui voudraient les racheter. Encore faut-il pour cela que ces concurrents soient eux-même en meilleure posture sur les marchés, ce qui est rarement le cas en ce moment. Une telle chute des cours bloque par contre toute velléité d'augmentation de capital ou d'introduction en bourse d'entreprises jeunes et innovantes. En effet, compte tenu du faible niveau des cours, cela ferait perdre beaucoup de pouvoir aux actionnaires actuels de ces entreprises puisqu'ils devraient vendre une plus grande part du capital pour ramasser l'argent escompté…

 

A contrario, dans un tel contexte, beaucoup d'entreprises consacrent leur trésorerie à racheter leurs propres actions dans l'espoir de faire remonter leur cours comme vient de l'annoncer Bouygues qui va racheter 11 % de son propre capital pour 1,25 milliards d'euros. Cette chute des cours pousse aussi les entreprises à distribuer une plus grande part de leurs bénéfices sous forme de dividendes aux actionnaires pour tenter de compenser les pertes subies sur la valeur des actions. Enfin, le fait que la taille de leur capital ait fortement rétréci au lavage handicape les entreprises qui souhaitaient s'endetter auprès des banques ou des marchés financiers car elles offrent du coup moins de garanties de pouvoir rembourser leurs dettes. Tous ces mouvements vont dans le sens de freiner encore plus l'investissement des entreprises et donc l'activité économique.

 

http://www.alternatives-economiques.fr/chute-des-bourses--c-est-grave-doct_fr_art_633_55370.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.