Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

1498 Billets

4 Éditions

Lien 23 sept. 2011

Chute des bourses, c'est grave docteur ?

Ivan Villa
Cadre - anti-nuke - CGT - Allemagne - Argentine - Mongolie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.alternatives-economiques.fr/chute-des-bourses--c-est-grave-doct_fr_art_633_55370.html


Guillaume Duval


Diminution de la capacité d'endettement des entreprises, rachat de leur propre capital, distribution de davantage de dividendes aux actionnaires… : la baisse du Cac 40 de 25 % en cinq mois risque de pénaliser l'activité économique.

Le CAC 40, l'indice qui synthétise le cours des actions des 40 plus grandes entreprises françaises cotées, valait 4 110 points en mai dernier. Il se traîne aujourd'hui autour de 3 000 points. Autrement dit : parce que les investisseurs anticipent une baisse sensible de leurs profits futurs, du fait du ralentissement de l'économie européenne et mondiale, ces entreprises ont perdu plus du quart de leur valeur depuis le printemps dernier… Quelles sont les conséquences d'un tel plongeon ?

1316709380_chute%20bourses.jpg

Au niveau des ménages qui, en dernier ressort, détiennent ces actions, on peut redouter ce qu'on appelle un « effet de richesse » négatif : la valeur de leur patrimoine ayant fortement baissé, ils se mettent à épargner davantage pour essayer de le reconstituer, plombant ainsi encore plus l'activité. Cet effet est cependant moins marqué en Europe continentale que dans les pays anglo-saxons où la détention d'actions tient une place plus importante dans les patrimoines, et notamment dans l'épargne retraite.

Du côté des entreprises, la chute des cours de bourse les rend vulnérables à d'éventuelles Offres publiques d'achat (OPA) de la part de leurs concurrents qui voudraient les racheter. Encore faut-il pour cela que ces concurrents soient eux-même en meilleure posture sur les marchés, ce qui est rarement le cas en ce moment. Une telle chute des cours bloque par contre toute velléité d'augmentation de capital ou d'introduction en bourse d'entreprises jeunes et innovantes. En effet, compte tenu du faible niveau des cours, cela ferait perdre beaucoup de pouvoir aux actionnaires actuels de ces entreprises puisqu'ils devraient vendre une plus grande part du capital pour ramasser l'argent escompté…

A contrario, dans un tel contexte, beaucoup d'entreprises consacrent leur trésorerie à racheter leurs propres actions dans l'espoir de faire remonter leur cours comme vient de l'annoncer Bouygues qui va racheter 11 % de son propre capital pour 1,25 milliards d'euros. Cette chute des cours pousse aussi les entreprises à distribuer une plus grande part de leurs bénéfices sous forme de dividendes aux actionnaires pour tenter de compenser les pertes subies sur la valeur des actions. Enfin, le fait que la taille de leur capital ait fortement rétréci au lavage handicape les entreprises qui souhaitaient s'endetter auprès des banques ou des marchés financiers car elles offrent du coup moins de garanties de pouvoir rembourser leurs dettes. Tous ces mouvements vont dans le sens de freiner encore plus l'investissement des entreprises et donc l'activité économique.

http://www.alternatives-economiques.fr/chute-des-bourses--c-est-grave-doct_fr_art_633_55370.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement