Les Mapuche(s) et le terrorisme de l’État chilien.

IMG_0445.jpgQuelque 23 Mapuches détenus comme prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim au Chili. Tous sont détenus en prison préventive dans le cadre de la loi Anti-terroriste , certains depuis plus d’un an.

 

Ils veulent ainsi protester contre une champagne menée par la droite qui vise à les “condamner de façon anticipée dans l’opinion publique” et accusent les autorités d’appliquer des procédures politico-judiciaires qui « contreviennent aux droits inhérents à la qualité de Mapuches et de prisonniers politiques », leur reprochant de « criminaliser la juste lutte des communautés ».

 

Ils exigent la fin de l’application de la loi Anti-terroriste aux causes Mapuches, et la fin des procès ouverts par la justice militaire, et la liberté pour tous les prisonniers politiques Mapuches. Et pour finir la « démilitarisation » des zones Mapuches.

 

****

COMMUNIQUÉ PUBLIC DES PRISONNIERS POLITIQUES MAPUCHE
EN GRÈVE DE LA FAIM À LA PRISON D’EL MANZANO À CONCEPCION

 

Nous, prisonniers politiques mapuche actuellement en prison à El Manzano (Concepción), informons le peuple nation mapuche et l’opinion nationale et internationale qu’à partir d’aujourd’hui lundi 12 juillet 2010 nous commençons une grève de la faim liquide indéfinie.

 

Cette décision drastique et extrême résulte d’une série de situations que nous avons dénoncées face aux procès politico-judiciaires injustes que nous subissons et qui violent tous les droits qui nous sont dus en tant que MAPUCHE et prisonniers politiques.

 

En bref, nous avons dénoncé les montages médiatiques dont nous sommes l’objet de la part du Ministère Public représenté par des procureurs antimapuche et des groupes de policiers corrompus qui prétendent nous imposer les lois de la dictature et des méthodes fascistes. C’est ainsi que l’État chilien défend les grandes entreprises compromises dans le conflit qui l’oppose à notre peuple, en le persécutant, en cherchant à anéantir le mouvement mapuche par la criminalisation de la juste lutte de nos communautés et l’emprisonnement de leurs représentants.

 

Nous dénonçons aussi la grotesque campagne anti-mapuche orchestrée par la droite économique et politique chilienne qui utilise ses moyens de communication pour préparer l’opinion publique chilienne à adhérer à la criminalisation et à la condamnation de nos militants sociaux menée par les procureurs.

 

Nos revendications sont les suivantes :

 

1. Supprimer l’application de la loi antiterroriste appliquée aux revendications mapuche
ce qui signifie la fin de la loi antiterroriste de la législation pinochetiste

 

2. Supprimer le recours à la justice militaire dans les conflits mapuche
ce qui signifie la fin de la justice militaire appliquée à la population civile au Chili.

 

3. Liberté à tous les prisonniers politiques Mapuche détenus dans différentes prisons de
l’État chilien.


Autrement dit :


- Exiger le droit à un procès juste et équitable


- sans plus de montages politico-judiciaires et de procès viciés par l’utilisation de témoins « sans visage » et des pratiques qui violent les droits humains fondamentaux comme le sont l’extorsion d’aveux, les menaces, les tortures physiques et psychologiques et des conditions dégradantes dans les prisons.

 

4. La démilitarisation des zones Mapuche dans lesquelles les communautés revendiquent des droits politiques et territoriaux.

 

Enfin, nous appelons Notre Peuple à se mobiliser, à protester et à lutter pour ce que nous considérons une Cause Juste ainsi que toutes les organisations sociales et politiques qui nous soutiennent.

 

POUR LE TERRITOIRE ET L’AUTONOMIE DU PEUPLE NATION MAPUCHE
« WEUWAIN »
PRISONNIERS POLITIQUES MAPUCHE – CONCEPCION

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.