Science inhumaine pour une médecine qui se veut sientifique.

Traitement refusé quand on avoue ne pas en avoir, EHPAD mouroir et mortalité à 100% dans les soins intensifs au nom de la science. Science sans conscience n'est que ruine de l'âme, négation de la science et de l'humanité.

J'entends des professeurs, des médecins et des pharmaciens qui disent, tantôt l'un(e), tantôt l'autre que:

1/ "Donner de l'hhydroxy-chloroquine à toute personne ne permettra pas de différencier ceux qui s'en seraient sortis sans ce traitement avec ceux qui en aurait eu un bénéfice, surtout quand 85% l'auraient reçu sans en avoir besoin". Argument qu'ils présentent comme scientifique. Aujourd'hui on sait que ceux qui arrivent en soins intensifs n'ont quasiment aucune chance. Les médecins de soins intensifs en Italie avaient presque tous une mortalité de 100%, oui j'ai bien dit 100%. J'ai entendu une infirmière belge de soins intensifs, interviewée aujourd'hui. qui avoue une mortalité de 100%: "nous n'avons pas encore pu sauvé un seul patient". Il est reconnu que tous les responsables de soins intensifs tâtonnent, communiquent entre eux pour essayer de trouver un traitement, sans succès. S'ils avaient trouvé en France, cela se saurait mais silence radio sur cette mortalité absolue! Quand on ne sait pas quel traitement donner avant les soins intensifs, et que diriger 15% des contaminés vers la haute probabilité des soins intensifs où la mortalité est effrayante, c'est condamner à mort ceux qu'on va intuber pour les avoir entubés confinés avec une sucette de paracétamol pour cacher le problème en supprimant la fièvre. Alors quand on veut faire une étude sur l'hydroxy-Chloroquine en soins intensifs, là où le Prof Raoult dit que c'est trop tard c'est faire une étude dans des conditions qui ne sont pas les mêmes que celles qui sont recommandées par celui qui en parle et vouloir comparer deux effets dans des conditions différentes n'est pas scientifique! Refuser un traitement et quand on sait qu'il est donné tôt pour enlever la charge virale alors que les patients ne meurent pas de cette charge virale mais d'un mécanisme d'auto-défense de l'organisme contre la charge virale est de l'ignorance crasse ou de l'imbécilité ou la volonté de discréditer le Prof Raoult par pure ego ou parce que ce traitement, trop vieux, ne coûte pas assez cher. Il est vrai qu'on ne les accusera pas d'une mort sur ordonnance, ni de non assistance de personnes en danger, mais peut être d'ego scientifique meurtrier ce qui n'est pas punissable ( le médecin n'est pas tenu à un résultat), tout comme de mort sur manque d'ordonnance, il pourra se retrancher en disant qu'il n'y a pas absence de moyen quand le moyen n'est pas reconnu scientifiquement. Très confortable juridiquement, mais sans conscience. Je me fous de savoir si tout ceux qui n'iront pas en soins intensifs le devront à l'hydroxy-chloroquine ou pas quand la mortalité en soins intensifs est absolue pour d'autres raisons que celles que résoudrait ce traitement. Mais cela on ne le vous dira pas, comme on ne vous a pas dit que le masque FFP2 protège seul ou que si tout  le monde porte un masque chirurgicale, nous serons mieux protégés.

2/ "Donner de l'hydroxy-chloroquine à tout de le monde est  dangereux par les effets secondaires cardiaques et que c'est un spécialistes seul qui peut le faire." Je ne connais pas de médecins généralistes ou spécialistes qui le prescrivaient quand le patient avait des antécédents cardiaques et hier s'était prescrit massivement, sans ECG, et si cela avait tué autant de gens cela se saurait. On faisait si facilement ce qui serait impossible aujourd'hui? De plus, on a même cité trois morts après automédication mais les rapports ne mettent pas ce traitement en cause! Le même comportement que pour les masques, mensonges par omission d'infos. Quand à l'automédication, elle ne dépend que du pharmacien et du médecin, pas du patient pour la rendre possible: il faut une prescription!

En résumé au nom d'une science qui dit que ne sachant pas comment traiter, il faut ne rien faire, quand ne rien faire conduira 15% de  patients jeunes et vieux, en haute probabilité, en soins intensifs où l'issue est fatale, est une science sans conscience. La fin d'une humanité qui croit évoluer par la science pour des egos qui font de leur ignorance, une arme qu'ils disent scientifique.

Et l' EHPAD ou meurent les vieux sans un dernier regard de ceux qui ont été le but de leur vie, est une abomination, la négation de ce qui a pu être le fil conducteur de notre vie ici bas, au nom d'un confinement imbécile quand le personnel qui les soigne, entre et sort tous les jours et n'a pas de matériel de protection!  Cela sous couvert de la science froide d'un confinement imbécile car sans protection de l'extérieur par le vecteur de son propre personnel.

On vous dit que 85% des contaminés vont s'en sortir avec du paracétamol et c'est vrai. Et pour cela on ne fera rien d'autre quand 15% qui vont à l'hôpital, verront un grand nombre se faire intubés, vont y mourir la plante des pieds tournés vers le ciel avec une chance de mortalité absolue. Renseignez-vous !!!!!!!! Quand autant meurent pourquoi encore les empêcher de voir leur famille? Pour ne pas qu'ils soient contaminés? Renseignez vous, indignez vous car la science n'est pas là pour vous imposer quoique soit quand elle avoue ne pas savoir.

NB: une annonce publicitaire de votre gouvernement qui ne cesse de paraître sur vos chaînes, contrôlée par tous ces experts qui décident en ce moment, dit ceci : " Si vous toussez, si vous avez de la fièvre, alors, vous êtes PEUT ÊTRE malade". Chez nous en Belgique pour s 'en moquer on dirait: " C'est à pleurer avec sa bite en main", quand on veut parler d'une imbécilité dont on devrait rire mais qui fait pleurer. Et puis celui qui pleure en se masturbant a peu de chance de bien vivre et même d'arriver à son objectif. Probablement que la prochaine annonce vous dira: " Si vous toussez, que vous avez pris du paracétamol, vous n'êtes pas malade mais allez mourir en soins intensifs".

La conclusion des médecins de soins intensifs est: "le fait que les patients restent confinés si longtemps, qu'ils arrivent sans traitement et en si mauvais état, ne  donne aucune chance à ceux que nous intubons". Ecoutez mieux les médecins confrontez aux patients et pas ceux qui réfléchissent dans un bureau pour vous faire croire que l'ignorance des sachants qui ne font rien est un savoir; juste pour moquer ceux qui essayent.
Merci et courage aux vrais soignants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.