J-C SERMEUS
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2022

J-C SERMEUS
Abonné·e de Mediapart

Le 09 mai 2022 à Moscou: Nuremberg 1939 à la Charlie Chaplin

Pour les russes, Poutine réécrit l'Histoire des responsabilités, exulte la bravoure russe, camoufle le bordel de son armée par la maîtrise théâtrale.

J-C SERMEUS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le défilé nous montre une extraordinaire maîtrise des pas, de la discipline, une scène de théâtre et un discours qui m'ont fait pensé à Nuremberg en 1939. On ne peut pas critiquer dans ce discours l'exaltation de la bravoure russe lors de la dernière guerre mondiale et la capacité de ce peuple à payer un prix fort sans oublier que c'est la discipline forcée qui en est la diagonale de force. Quand un peuple paie si souvent un prix si cher, il est compréhensible qu'il trouvera l'excuse de son acceptation à la servilité par l'exaltation de sa bravoure. Je ne vais pas critiquer cela. Quant à Poutine, il n'est pas interdit de penser que Poutine croit en ce qu'il dit et que la réalité soit imbibée de paranoïa à la Hitler. Je ne critique pas un malade mais je ne plaindrai pas Poutine. Essayer de comprendre n'est pas accepter.

En dehors de cette représentation théâtrale maitrisée dans l' apparat, si souvent le scénario des autocraties, j'ai ressenti aussi une forme de ridicule par rapport à la vision que nous avons de la situation et la réalité du bordel de l'armée russe en Ukraine, je pensais à Charlie Chaplin dans le "Dictateur". Cela devrait d'ailleurs faire réfléchir sur la réalisation de l'investiture présidentielle à l'Aile Hissée. Une autre sensation m'a aussi titillé, le fond et la forme de Poutine dans la réécriture de l'Histoire m'a donné l'impression d'être un pré-testament pour l'écriture de Poutine dans l'Histoire de la Russie. Il voulait instiller une ligne de force du passé vers l'Histoire immédiate et à venir, pour la future lecture de ses actions actuelles. Je pense que Poutine n'est pas en pleine forme. Poutine sait que son destin sera celui de Nicolas II si sa santé survit à la défaite de sa deuxième guerre. Cette sensation de la construction du fil rouge de son pré-testament historique me dit qu'il n'entrevoit en aucune manière une guerre nucléaire ce qui nuirait à cette écriture de son histoire et d'ailleurs dans son discours il dit que c'est l'OTAN qui a parlé du nucléaire, sous-entendant qu'il n'y pensait pas car il ne veut pas que le peuple russe le pense capable de cette folie. Sa fin est proche.

Maintenant cela ne doit nous empêcher de balayer devant notre porte: nous pensons que l'Ukraine est le front de la défense de nos valeurs démocratiques quand nos démocraties sont des puits à sec dans la représentation de la volonté de nos peuples mais encore la défense de nos valeurs humanistes quand nous offrons tous les jours 800.000.000€ à Poutine pour financer son cirque en ce jour et attaquer nos démocraties malades, nos valeurs humanistes bradées au rabais. Nous nous soldons, nous repeignons notre lâcheté par le pragmatisme et ne devons pas nous étonné d'avoir comme ennemi un individu comme Poutine, notre lâcheté n'est pas meilleure que celle du peuple russe.

Courage, il n'est pas facile de se savoir lâche.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis