Se manger une tarte à Tain

C'est le mot qui circule: "Macron se mange une tarte à Tain" avec finalement un gaulois qui rappelle à Macron qu'il est aussi un gaulois qui a juste traverser la rue en courant pour s'assurer du boulot en 2022.

En cela tout est dit quant au ridicule de la situation d'une présidence qui oublie qu'harmoniser n'est pas décider envers et contre ses démunis, un geste pour ramener Macron au statut de citoyen gaulois qui avait accusé le poissonnier dans Astérix et Obélix et se prend un mini-obélisque dans la tronche en traversant la rue, comme lui-même le prônait mais lui c'est pour s'assurer du boulot pour 2022. 

Alors que dire de tous ces politiciens et chroniqueurs qui pleurent sur l'autorité perdue, qu'ils ont eux-mêmes décrite, commentée avec force et qui déclarent aujourd'hui que c'est une gifle à la République. Et bien non, c'est une tarte à Macron. Quand je vois qu'en France, le président se ballade dans des couloirs avec des gardes républicains au garde-à-vous, je ne m'empêche pas de sourire sur le ridicule d'une autorité qui se construit sur des images surannées.

Et puis je me dis que si les gilets jaunes avaient reçu ce genre de tartelette au lieu de se prendre des balles de LBD et des coups de matraques, on n'en serait pas là et au moins, une petite gifle à l'arrogance c'est une petite claque aux fesses du gamin.

N'en faites pas plus, n'en dites pas plus, on est dans le Vaudeville quand les gaulois de la campagne "parlent" aux veaux de ville. Malgré mes 70 berges, je me souviens de mon grand-père qui disait souvent "qu'il vaut mieux avoir la goutte au nez que le crotte au cul", il aurait sûrement dit de cet événement "qu'une tarte à tain est mieux qu'un parpaing sur le blaire". (A chacun sa définition de blaire: blaireau ou nez)

Courage à la France, mais sérénité, tout de même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.