Pas de liberté de travail, absence de responsabilité de ce travail.

Un petit commerçant indépendant a choisi la liberté de son travail. Par cette liberté, l'indépendant accepte toute une série de responsabilités et/ou de devoirs comme le remboursement d'emprunts, un loyer, des taxes, des salaires.. etc. Quand des énarques décrètent qu'il ne peut pas travailler, ils doivent admettre que les responsabilités et/ou devoirs liés à ce travail, disparaissent forcément.

Un petit commerçant indépendant a choisi la liberté de son travail. Par cette liberté, l'indépendant accepte toute une série de responsabilités et/ou de devoirs comme le remboursement d'emprunts, un loyer, des taxes, des salaires.. etc. Quand des énarques décrètent qu'il ne peut pas travailler, ils doivent admettre que les responsabilités et/ou devoirs liés à ce travail, disparaissent forcément.

Comment une poignée d'énarques qui se cloisonnent dans un Conseil de défense, c'est à dire un comité restreint permettant de filtrer les meilleures compétences, peuvent-ils ne pas se rendre compte des conséquences de leurs décisions? C'est simple, ils se focalisent sur un objectif qui ici consiste à diminuer au maximum les contacts en laissant les besoins essentiels pouvoir se résoudre. Quand ils ont trouver leur solution, ils ont été soit incapables d'en voir les incohérences ou soit capables de le cacher. En effet quand vous empêchez un commerçant de faire son travail, sachant que cet empêchement n'est pas le résultat d'un quelconque jugement par manquements aux devoirs et responsabilités de ce commerçant, vous empêchez ce commerçant de remplir ses devoirs et responsabilités et c'est l'Etat qui doit l'assumer pleinement. La continuité de l'Etat est en cause. L'Etat, peut-il prétendre qu'il ne pourra pas le faire financièrement? Oui , l'Etat peut le décréter mais doit aussi en prendre la mesure car il permet aussi au commerçant par réciprocité de dire qu'il ne peut l'assumer, aussi. En surcroît, ces énarques, peuvent ils  organiser l'insolvabilité du citoyen?

Un autre argument tamponne mes petites méninges et qui n'est autre que la résultante de cette responsabilité du travail: en Belgique si vous louez un établissement commercial, le propriétaire est tenu de faire tout ce qi est en son pouvoir de propriétaire pour que vous puissiez jouir de ce bien commercial pour continuer votre activité (raison du bail) et ainsi vous demander de payer votre loyer. Un tribunal belge vient d'ailleurs de permettre à un commerçant de ne pas devoir payer son loyer pour cette raison! Il incombe au propriétaire de réclamer le loyer à l'Etat.

Une autre petite bêtise nait dans ma petite tête de con de belge: si ces mesures ne sont pas bien acceptées, en dehors de ce qui est mentionné plus haut, je me dis que si les mesures de confinement étaient établies démocratiquement , c'est à dire, au travers du débat des élus de l'Assemblée nationale, elles auraient plus d'acceptation et probablement qu'un élu local aurait soulevé la question de la liberté de travail et des  responsabilités de ce travail. Et c'est cette petite bêtise qui me titillent les synapses qui me dit que c'est pour cela que cela doit passer par un Conseil de défense. Ces gens vivent entre énarques mais le petit commerçant ne vit pas dans un cercle d'ingénieurs éminents, de hauts magistrats pour faire vivre leur famille et payer les salaires d'autres familles.

En résumé, le petit commerçant n'a pas à payer son loyer, n'a pas à payer les taxes, les lois sociales... tout le bastringue de frais fixes ou non fixes liés à son activité pour cette période. Alors que dire des salaires payés par l'Etat pour ceux qui ne peuvent travailler? Ce n'est pas un service rendu au petit commerçant car mettre au chômage tout ce petit monde coûtera plus cher à l'Etat! Faire une économie en disant qu'on fait gagner de l'argent à celui qui paie, sachant qu'il n'aurait pas à payer des lois sociales, c'est gonflé ou alors c'est de l'antigel à l'entrée de l'hiver pour cerveau liquide. Depuis que votre "grand" De Gaulle a dit que les français étaient des veaux, on vous trait sans pis.

Cela urge les Panurge et courage!

NB:

Juste une petite question à votre prêt-scie-dents: comment pouvez envoyer un écrivain au Panthéon et dans le discours dire que "la culture est essentiel à la vie en France" et considérer le libraire comme non essentiel? J'attends une réponse ou je me pince? Sinon je vos envoie un bidon d'antigel.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.