Morts sur ordonnance gouvernementale en maison de repos

Une ONG belge rapporte la situation des morts en maison de repos en Belgique lors de la phase croissante de l'épidémie COVID-19 et la définit de crise humanitaire . On avait bien compris qu'enfermer les plus fragiles avec un personnel non protégé et ne pas faciliter les transferts à l'hôpital pour ne pas encombrer, allait conduire à une hécatombe.

La Belgique est le pays qui d'emblée a publié toutes les statistiques de mortalité, celles de l'hôpital comme celles des maisons de repos. C'est en cela que la Belgique s'est distinguée avec des chiffres plus importants que les autres pays. Pendant la phase croissante de l'épidémie, on notait 51% des morts en maison de repos; le rapport est plus accablant. Aujourd'hui le journal Le Soir publie un résumé du rapport surprenant de l'ONG belge MSF, dont copie ci dessous. Une hécatombe ordonnée par les spécialistes et le gouvernement belge. La France ayant eu les mêmes directives ne devrait pas trop s'éloigner de ces chiffres.

Journal Le Soir:

L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) a présenté mardi son rapport « Les laissés pour compte de la réponse au Covid-19 », qui qualifie de « crise humanitaire » la gestion de l’épidémie de Covid-19 dans les maisons de repos en Belgique.

« Par crainte d’en arriver à un scénario italien ou espagnol avec des hôpitaux surchargés, les résidents et personnel de structures collectives telles que les maisons de repos se sont retrouvés livrés à leur sort », avance MSF.

L’ONG rappelle que l’épidémie a décimé plus de 6.200 résidents de maisons de repos, soit 64 % des décès liés au Covid-19 en Belgique. Elle pointe des limitations dans la référence des patients en situation critique vers des services médicaux extérieurs, notamment vers les hôpitaux. Elle relève que ces transferts sont même passés de 86 % avant la crise à 57 % en pleine épidémie.

L’organisation note également un manque d’équipement et de formation du personnel soignant. « Au moment des évaluations réalisées par MSF, à peine 54 % des maisons de repos avaient des blouses de protection en quantité suffisante, 64 % d’entre elles suffisamment de masques FFP2, et parmi le personnel en charge du linge, seuls 42 % étaient protégés par des équipements de protection adaptés », détaille Stéphanie Goublomme, en charge du projet MSF en soutien aux maisons de repos. « Seulement un peu plus de 50 % des maisons de repos considéraient leur personnel suffisamment informé quant au Covid-19 et ses risques de transmission. »

MSF ajoute que le dépistage n’avait pas lieu dans plus de trois maisons de repos sur 10 et que l’isolement des cas confirmés n’avait pas lieu dans 40 % des cas.

« Afin d’être mieux préparés à affronter une nouvelle vague épidémique de Covid-19, les leçons des expériences des derniers mois doivent être tirées sans délai », déclare le Dr. Bertrand Draguez, président de MSF en charge de l’intervention en Belgique.

L’ONG est intervenue dans 135 maisons de repos en Belgique au plus fort de l’épidémie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.