Le vaccin contre la grippe, les nouveaux vaccins contre le COVID-19, que penser?

Il est exigé une efficacité de 60 à 70% des vaccins contre la grippe. Les nouveaux vaccins contre le COVID-19 présentent des chiffres de l'ordre de 90% qui doivent encore être confirmés mais que veulent dire ces chiffres. De quelle efficacité parle-t-on?

Commençons par nos vaccins qui viennent chaque année pour lutter contre la grippe. Pour qu'ils soient acceptés on exige une efficacité de 60 à 70% pour une raison simple, si vous avez ce % de gens pour qui la grippe ne peut faire des ravages vous savez que l'épidémie sera maîtrisée. Quand vous avez un nouveau vaccin vous devez tester cette efficacité et ses effets secondaires sur un nombre très importants de patients mais comme il est nouveau vous n'allez pas le tester sur des patients avec des pathologies chroniques à risques puisque vous ne savez encore rien sur les effets secondaires du vaccin. C'est rarement le cas des personnes âgées à risques qu'on va justement vacciner. C'est déjà la première chose à savoir. De plus l'efficacité diminue chez les personnes âgées. Donc que se passe-t-il dans la réalité? Ces vaccins pour la grippe dans son usage en population sont efficaces à 50% ( les données ne manquent pas). Donc si je suis âgé et que je prends un vaccin j'ai une chance sur deux de ne pas avoir la grippe et j'ai une chance sur deux de l'avoir. surprised Je n'ai jamais vu un catholique me dire que Dieu s'appelle Bouddha, et je n'ai jamais vu un épidémiologiste ou infectiologue dire qu'il ne faut pas se faire vacciner contre la grippe à mon âge, il me dira que j'ai une chance sur deux de ne pas l'avoir et que ce serait con que je l'aie. Il ne va pas me dire que j'ai autant de chances de ne pas l'avoir que de l'avoir!

Mais que penser sur ces supers nouveaux vaccins qui nous donne des 90% d'efficacité. Ce n'est pas 90% de patients qui ne seront pas contaminés, ce n'est pas 90% de patients qui n'auront pas la COVID c'est en fait 90% de patients contaminés qui n'auront pas les complications graves de la COVID! Quand on sait qu'en première vague , il y avait 85% de patients qui n'ont pas fait de complications graves nous devons admettre que ces nouveaux vaccins vont diminuer à 10% les patients ayant eu le COVID (!)  avec des complications au lieu de 15% sans traitement mais aussi ajoutons que dans les études sur ces nouveaux vaccins on a soigneusement évité des patients avec des pathologies chroniques pouvant mal réagir avec un vaccin inconnu et ce qui n'est pas le cas de beaucoup de patients face aux médecins. En fait , ces vaccins nous disent que les complications sérieuses sont passées de 15% à 10% cad une diminution de 33,3% de patients avec complications sérieuses de la COVID mais en fait un bénéfice pour 5% de tous les patients vaccinés? J'ai l'impression d'entendre les critiques contre Raoult! Jusqu'où va diminuer ce % quand les vaccinés auront des âges avancés, des pathologies concomitantes? En plusieurs jours, j'ai entendu une volée d'infectiologues et d'épidémiologistes me vanter ces 90% mais deux seuls on subtilement précisé que l'efficacité parle des complications de la COVID, un seul a dit que cela ne pécise pas si les vaccinés n'auront pas la COVID, s'il ne sont pas contaminants! Oufti l'HCQ que certain traite de placebo, coûte moins cher.

Je suis un adepte de l'efficacité de certaines molécules, de certains vaccins mais pas adepte de ce qui est souvent proposé dans leurs usages. Bien souvent pour des molécules réellement efficaces 20% des patients ne sont pas traités quand ils devraient l'être et 20% de ceux qui sont traités , ne devraient pas l'être. Pour les vaccins de la grippe, en ce qui concerne une politique nationale de santé je me pose beaucoup de questions, pas pour la rougeole, la variole, rage...etc mais pour la grippe c'est réellement un question mark et pour moi c'est une gestion médecin généraliste avec le patient et pas une règle générale. Il faut arrêter d'ordonner de manière générale, une ordonnance n'est pas un ordre sinon on en arrive effectivement à avoir des comportements de militaires, de hiérarchie avec l'absence d'individualité du patient: l'art de la médecine.

Wait and see, but...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.