Éric Zemmour, ou les joies du nettoyage ethnique

C’est toujours pour moi un immense plaisir que d’écrire sur Éric Zemmour, un penseur brillant, profond, méconnu pourtant – en raison d’une conspiration du silence orchestrée par les médias dominants.

Le massacre de la saint Barthélemy © François Dubois Le massacre de la saint Barthélemy © François Dubois

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est toujours pour moi un immense plaisir que d’écrire sur Éric Zemmour, un penseur brillant, profond, méconnu pourtant – en raison d’une conspiration du silence orchestrée par les médias dominants. Plus sérieusement, je dois avouer que l’écriture de cet article est pour moi un véritable pensum. On en conviendra, il y a mille façons plus agréables d’occuper son temps que de commenter les dernières provocations de M. Zemmour – d’autant que c’est lui faire une publicité dont il n’a nul besoin. Mais justement parce que ce monsieur est hypermédiatique, il n’est pas dépourvu d’influence, surtout quand il caresse les Français dans le sens du poil – art dans lequel il faut bien lui reconnaître quelque talent. J’ai donc jugé utile d’analyser les propos qu’il a tenus récemment sur RTL, et qu’on peut entendre notamment sur AgoraVox.tv

 Attention, c’est du lourd. L’intervention est brève, mais riche. On a rarement débité une telle quantité de sottises en si peu de temps. J’en rirais volontiers si tant de gens – à commencer par M. Zemmour lui-même – ne prenaient ces dangereux délires pour des thèses dignes d’être débattues sur la place publique, voire pour une analyse lucide de la réalité.

Quelle est la thèse de M. Zemmour ? Oh ! Elle n’est pas très compliquée : l’islam est incompatible avec la République, et il faudra bien un jour que l’armée intervienne pour « nettoyer » les territoires où la charia a remplacé la loi française. Mais attention ! M. Zemmour ne se contente pas d’avoir de bonnes idées : il les argumente ! Voyons comment il s’y prend.

 La logique selon Zemmour

 D’abord, monsieur Zemmour nous rappelle que tous les musulmans sont des islamistes. La preuve : au 18ème siècle, « islamisme » signifiait « islam ». C’est logique ! Peu importe que les mots changent de sens au cours des siècles, il est permis de faire feu de tout bois quand il s’agit de lutter contre le grand Satan mahométan. Ce genre de procédé pourrait d’ailleurs être utilisé pour les causes les plus variées. Les ennemis du christianisme, par exemple, seraient bien avisés de rappeler que le mot « crétin », à l’origine, est une variante du mot « chrétien » (cf. le Petit Robert). On voit que ce style d’ « argumentation » peut mener très loin.

 Autre argument zemmourien : ceux que nous nommons « islamistes » se disent eux-mêmes musulmans. Et Daech se présente comme l’État islamique (et non « islamiste »). Cet « argument » est aussi peu logique que le précédent. En admettant que tous les islamistes (y compris les fous furieux de Daech) soient d’authentiques  musulmans, cela ne veut pas dire que tous les musulmans sont des islamistes. M. Zemmour confond l’égalité et l’inclusion. Ce n’est pas parce qu’un ensemble B est inclus dans un ensemble A que A et B sont identiques.

 © J. Grau © J. Grau

Si cela était vrai, cela impliquerait, par exemple, que « hyène » est synonyme de « mammifère », puisque toutes les hyènes sont des mammifères. Il s’ensuivrait, tout aussi logiquement, que les êtres humains – qui sont incontestablement des mammifères –  sont aussi des hyènes. Avouons que ce serait fort injuste pour cette espèce qui, à tout prendre, est beaucoup moins meurtrière que la nôtre.

 Troisième argument de monsieur Zemmour : un verset du Coran appelle à tuer les chrétiens et les juifs. D’ailleurs, le prophète de l’islam a tué beaucoup de chrétiens et de juifs, et il est considéré par les musulmans comme un homme parfait. Donc….

 Le problème de ce raisonnement, c’est qu’on peut lui opposer d’autres versets du Coran qui semblent dire exactement le contraire. N’est-il pas malhonnête, quand on fait le procès d’un texte, de ne citer que les preuves à charge ? Par ailleurs, on pourrait citer dans la Bible de nombreux passages extrêmement violents. Il y est question, entre autres, de la lapidation des adultères, ou bien de massacres de masse commis par les Israélites lors de la conquête de la Terre sainte – le tout, bien entendu, au nom du Dieu éternel ! Pourtant, M. Zemmour ne semble pas considérer le christianisme ni le judaïsme comme violents par essence, alors même que ces deux religions attribuent un caractère sacré à la Bible. Là encore, M. Zemmour semble manquer de logique.

L’histoire et la géographie selon Zemmour

Encore plus gênantes peut-être, sont les lacunes de notre ami « journaliste » en matière d’histoire. Certes, M. Zemmour sait ce que signifiait jadis le mot islamisme. Mais il semble ignorer que les juifs, durant des siècles, ont été bien mieux traités par les musulmans que par les chrétiens, ces sympathiques amateurs de pogroms, de persécutions et d’expulsions massives. Il semble aussi ignorer la variété des formes d’islam dans le monde. Quand il dit : « L’islam, ce n’est pas une religion : c’est une loi, c’est un droit et c’est une nation », il oublie que les États où l’islam est la religion dominante sont loin d’avoir tous la même législation. Il oublie aussi que les tentatives pour faire de l’islam une grande nation ont toujours lamentablement échoué, et que les guerres entre musulmans ont été nombreuses.

 Pour un machisme à la française

 Afin de montrer l’incompatibilité entre l’islam et la République française, M. Zemmour parle de ces zones (en Seine-Saint-Denis, par exemple), où on entend des propos du genre : « Si tu sors avec une mini-jupe, t’es une pute » ou « Tu n’as pas le droit de sortir avec un tel ». Là, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. En dénonçant le sexisme des musulmans, M. Zemmour voudrait-il nous faire oublier sa conception réactionnaire des relations entre hommes et femmes ? Je recommande à ce propos la lecture d’un article de Laurent Herblay, qui a fait l’an dernier un compte-rendu du Suicide français. On y trouvera quelques citations fort croustillantes du livre de M. Zemmour. J’aime particulièrement celle-ci, à propos des années 60 : « quand le jeune chauffeur de bus glisse une main concupiscente sur un charmant fessier féminin, la jeune femme ne porte pas plainte pour harcèlement sexuel. La confiance règne ». On comprend mieux pourquoi M. Zemmour est choqué de ce que certains musulmans interdisent aux femmes de leur entourage de sortir en minijupe. Ce n’est pas le sexisme de ces gens-là qui le gêne : c’est le fait que ce ne soit pas un sexisme bien de chez nous ! Il faut que les femmes aient des tenues légères – non pas par respect pour leurs choix vestimentaires, mais pour que nous, les vrais mecs, puissions laisser libre cours à notre concupiscence, avec ou sans leur consentement.

   La démographie selon M. Zemmour

 Après avoir « démontré » que l’islam est nécessairement nuisible, M. Zemmour va nous proposer son remède : il faut désislamiser la société française. Le péril musulman, en effet, ne concerne pas seulement quelques territoires marginaux. Quand il y aura 20 ou 30 millions de musulmans, alors un conflit violent sera inévitable. D’où sortent ces chiffres de 20 ou 30 millions ? Mystère. On peut penser que, pour M. Zemmour, ces salauds de musulmans se reproduisent comme des lapins – à la fois par respect pour leur maudite loi, et pour emmerder les vrais Français. Hélas ! Il n’existe aucune corrélation convaincante entre l’islam et la fécondité. Certes, cette dernière demeure forte dans plusieurs pays musulmans – même si elle a baissé nettement dans les années 90 – mais c’est loin d’être le cas de tous. Je citerai à ce propos cet intéressant article du Monde diplomatique :

 "Turquie. Le pays vient de passer, avec 2,09 enfants par femme, très légèrement en deçà du seuil de renouvellement des générations. Autrement dit, malgré la présence au pouvoir d’un gouvernement islamiste et nataliste — comme l’était celui de Necmettin Erbakan (1996-1997) —, les familles décident librement du nombre de leurs enfants et elles choisissent de le limiter. L’autre illustration de ce phénomène de dissociation, c’est l’Iran, au régime islamiste, où la fécondité s’avère encore plus basse (1,83 enfant par femme).

Israël-Palestine. Grande surprise : la fécondité de la population juive d’Israël continue à augmenter année après année (3 enfants par femme), alors qu’elle ne cesse de baisser chez les Palestiniens des territoires occupés, en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et même à Gaza, où elle atteignait un record mondial lors de la première Intifada. Actuellement, on n’y compterait plus que 3,6 enfants par femme (3,1 en Cisjordanie et 4,7 à Gaza selon le Bureau du recensement américain). Chez les Arabes israéliens, la fécondité de 3,4 enfants par femme est en passe de rejoindre celle des Juifs israéliens."

La « République » selon Zemmour

 Une autre bizarrerie, dans le discours de M. Zemmour, c’est qu’il veut défendre la République française par des moyens absolument contraires à deux principes de cette même république : l’égalité devant la loi de tous les citoyens, et la protection de la liberté de culte par l’État (garantie par la loi de 1905). D’après lui, l’armée française aurait dans ses cartons un projet de « nettoyage » des zones musulmanes. Ce projet a même un nom : « Opération ronces ». Il s’agirait, en quelque sorte, d’enlever de nos belles terres gauloises toutes les mauvaises herbes qui la dénaturent. Même s’il ne le dit pas explicitement, il est clair que M. Zemmour verrait avec beaucoup de plaisir un tel projet se concrétiser. N’a-t-il pas affirmé, juste auparavant, que l’islam était nécessairement incompatible avec la douce France, beau pays de son enfance ?

Reste à savoir quelle forme prendra ce « nettoyage », s’il a lieu. S’agira-t-il de contraindre par la force les musulmans à se convertir au catholicisme ? Devra-t-on les expulser ? Faudra-t-il les massacrer ? Quels sont les modèles à imiter : Isabelle la Catholique, Louis XIV ou Adolf Hitler ? M. Zemmour ne le dit pas. Il laisse cependant entendre que les militaires français, conseillés par des officiers israéliens, pourraient s’inspirer de ce que l’armée d’Israël a fait à Gaza. Voilà qui a le mérite d’être clair. Rappelons que l’opération « Plomb durci », en 2008-2009, a été très meurtrière. D’après cet article du Monde : « Les trois semaines de bombardements et de combats ont fait près de 1 400 morts, principalement des civils, côté palestinien, et 13 morts côté israélien. »

La guerre de 2014, ou opération « Bordure protectrice » a été encore plus meurtrière, et tout aussi asymétrique. « La guerre de l'été 2014 entre Israël d'une part, l'organisation islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et d'autres formations armées palestiniennes d'autre part a fait près de 2 200 morts côté palestinien, très majoritairement des civils selon les organisations humanitaires, et 73 côté israélien, dont 67 soldats. » Source : le Figaro.

Qu’est-ce qu’un « idiot utile » ?

Avant de terminer cet article, j’aimerais répondre par avance à ceux qui vont me considérer comme un « idiot utile » de l’islamisme. Je n’aime pas beaucoup cette expression, à cause de son caractère insultant, donc peu propice à débat de qualité. Mais s’il fallait à tout prix l’utiliser, je pense qu’elle conviendrait assez bien à tous ceux qui sont obsédés par l’islam et voient dans cette religion la plus importante menace de notre temps. Leurs innombrables articles et interviews sont du pain béni pour les vrais maîtres de notre monde : les chefs d’État, la grande bourgeoisie capitaliste (banquiers, gros spéculateurs, grands patrons d’industrie, etc.), les dirigeants des institutions supranationales (BCE, commission européenne, FMI, etc.)…  Tant qu’on pointe du doigt le péril musulman, tous ces malfaiteurs peuvent continuer à épuiser les ressources naturelles, à polluer, à mentir aux peuples, à exploiter les travailleurs, à délocaliser les entreprises, à provoquer de graves crises financières ou économiques, à creuser les inégalités, à détruire les libertés publiques et ce qui reste de démocratique dans les institutions politiques. Continuons donc d’écouter les prophéties de monsieur Zemmour : cela nous évitera de nous pencher sur les vrais problèmes de notre époque. Cela nous permettra aussi de préparer l’avènement d’un régime tyrannique, xénophobe et meurtrier. Que demande le peuple ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.