Le nouveau Président de la République a promis "la Moralisation de la vie politique"

Dans son programme, le Président de la République nouvellement élu, Emmanuel MACRON, a promis de moraliser la vie politique. Rappelons que l'association ANTICOR, elle, se bat depuis 2002 contre la corruption publique et, en particulier, pour rétablir une véritable "Ethique" en Politique.

 Dans son programme, le nouveau Président MACRON a promis de prendre les décisions suivantes afin de "moraliser la vie politique" :

Seules deux des propositions figurant dans la Charte éthique d’Anticor pour la présidentielle ont été reprises (en rouge).

  • « L’interdiction pour les parlementaires d’exercer des activités de conseil parallèlement à leur mandat, pour mettre fin aux conflits d’intérêt. Toutes leurs indemnités seront soumises à l’impôt. »
  • « L’interdiction de toute embauche par un élu ou un ministre d’un membre de sa famille. »
  • « L’interdiction du cumul de plus de trois mandats identiques successifs. »
  • « L’interdiction pour tous les détenteurs d’un casier judiciaire (niveau B2) de se présenter à une élection. »
  • « La suppression du régime spécial des retraites des parlementaires. Ils seront rattachés au régime général. »
  • « La présentation, par le président de la République, de son bilan national et européen une fois par an devant le Congrès. »
  • « Nous entamerons une rénovation du fonctionnement parlementaire en limitant le nombre de mois pendant lesquels le Parlement légifère et en réservant plus de temps à l’évaluation et au contrôle de l’action du gouvernement, en s’appuyant sur les travaux de la Cour des comptes. »
  • « Nous demanderons aux parlementaires de mettre en place des dispositifs innovants d’évaluation du travail parlementaire (jurys citoyens, compte-rendus de mandat via les réseaux sociaux,…). »
  • « Nous encouragerons les communes à développer les budgets participatifs, c’est-à-dire à consulter directement les citoyens sur l’utilisation de l’argent public. »
  • « Nous modulerons le financement des partis politiques en fonction du renouvellement des candidats investis par le parti. »
  • Interdiction pour les élus et tout gestionnaire de deniers publics de recruter des membres de leur famille comme assistants parlementaires. »
  • « Contrôle de l’utilisation de leurs indemnités par les parlementaires. L’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) sera intégrée à l’indemnité parlementaire en tant que telle et, à ce titre, fiscalisée. »
  • « Consolider l’interdiction faite au ministre de la Justice de donner des instructions dans les affaires individuelles. »
  • « Faire adopter la révision constitutionnelle relative au Conseil Supérieur de la Magistrature. En 2013, le gouvernement a proposé de réviser la Constitution pour modifier la composition du Conseil Supérieur de la Magistrature. Un consensus équilibré peut être trouvé sur la base du texte adopté par l’Assemblée nationale le 4 juin 2013. Le CSM rénové, présidé par un non magistrat, concourt par ses avis et ses décisions à l’indépendance de la justice. Les nominations des membres du parquet son alignées sur celle des magistrats du siège par généralisation de l’avis conforme. »
  • « Nous alourdirons les sanctions contre la fraude fiscale. »
  • « Nous lutterons contre les arrangements fiscaux entre États et entreprises multinationales. »

Dans la presse :

Emmanuel Macron : « L’activité réelle des collaborateurs doit pouvoir être vérifiable » (Libération, 8 mars 2017)

Pour nous, malgré la volonté marquée du nouveau Président de briser les vieux codes, cela ne va évidemment pas assez loin pour qu'une véritable moralisation de la vie politique intervienne enfin et pour retrouver une vraie "Ethique" en Politique.

http://www.anticor.org/2017/05/12/la-charte-ethique-danticor-et-les-legislatives/  

A présent, deux questions restent en suspens : le nouveau chef de l'Etat aura-t-il une majorité pour voter ces décisions ? Et les parlementaires seront-ils d'accord sur des mesures qui les concernent eux-mêmes ? Les tractations ont déjà commencées dans les états-majors politiques..........

Jean-Yves LUCAS

Administrateur ANTICOR et référent local pour Paris

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.