ANTICOR : La cérémonie 2018 des Prix éthiques et des Casseroles

Vendredi 26 janvier 2018, l'association ANTICOR a remis, comme tous les ans, des prix éthiques à des personnalités qui se sont particulièrement distinguées pour leur courage et leur comportement vertueux en 2017 et des casseroles pour des agissements déplorables.

ceremonie-2018

 

 Animée brillamment par la comédienne Marie-Claire Neveu qui a ouvert la cérémonie par cette définition : « Un anticorps c’est une protéine   indispensable au système immunitaire, de la même manière que les garde-fous sont indispensables à la vraie démocratie. » cette édition 2018 des prix éthiques et casseroles fut très réussie. Près de 250 personnes étaient présentes à la Maison de l'Amérique Latine à Paris pour applaudir les récipiendaires. 

Le Président Jean-Christophe Picard a rappelé dans son discours d'introduction que : "Les vainqueurs des < Prix éthiques > n'auront peut-être jamais la légion d'honneur ou de plaque de rue à leur nom, contrairement à Jacques Médecin ou Serge Dassault, ..... mais ils nous tirent collectivement vers le haut."

La liste des récipiendaires met traditionnellement à l’honneur journalistes, lanceurs d’alertes, citoyens engagés ou élus et, cette année, notons que l'association a distingué, pour la première fois, un chercheur.

Détail des différents prix en cliquant ici :  ANTICOR 

 

 

27336721-1448990515209351-6303818608948329964-n
En tant qu'administrateur et co-référent du groupe parisien   d'ANTICOR, j'ai été pour ma part particulièrement fier de   remettre à l'équipe de MEDIACITES le 3ème  prix éthique de la   soirée, voici mon intervention ( https://vimeo.com/258268938 ) :

"Par souci d’indépendance et d’exigence, d’éthique et de   pluralisme, passionné par l’info et par les enjeux locaux, un   groupe de journalistes décide de lancer un journal en ligne   d’investigation locale et de décryptage, …. Il s’appellera   « MEDIACITES » et publiera ses premières enquêtes fin 2016 à   Lille, puis Lyon, Nantes, Toulouse.

 Son manifeste est ambitieux, je cite : « Nous croyons que la presse   doit jouer un rôle de contre-pouvoir au niveau local. Nous croyons   à un journalisme utile ; à la nécessité de revivifier la démocratie   locale par une meilleure représentation citoyenne, un meilleur   partage des responsabilités, la transparence et l’exemplarité des   élus, le rejet de l’hyperpersonnalisation de la politique. »

 

De fait, le journal en ligne a très rapidement trouvé sa place dans le paysage médiatique et son nom est désormais solidement associé à la notion d’investigation locale.

Voici quelques exemples d’enquêtes de qualité menées sur le terrain :

  • décembre 2016 : enquête sur le maire de Valenciennes pris la main dans la Caisse….d’épargne, Laquelle est propriétaire à 18 % de la SA du Hainaut. Or le maire de Valenciennes, président de Val’Hainaut Habitat et salarié de la Caisse d’épargne, voulait vendre son office public d'habitat à un opérateur privé !
  • Mai 2017 : enquête à Lyon sur la vie de diva du directeur de l’opéra de Lyon subventionné en grande partie par un financement public (des notes de frais entre 8000 et 8500 € /mois. Les dépenses sont surprenantes, voire totalement injustifiées, loin, très loin d’une « utilisation responsable des deniers publics ») ;
  • Janvier 2018 : enquête à Toulouse sur le lobbying d’Airbus qui dicte sa loi à Bruxelles (11 lobbyistes accrédités pour des dépenses annuelles de l’avionneur estimées à 2 millions d’euros) ;

Partageant l’essentiel de ces convictions, l’association ANTICOR a décidé d’attribuer un prix éthique à « Médiacités » en lui souhaitant longue vie."

A l'année prochaine donc pour de nouveaux récipiendaires et, en attendant, suivez tout au long de l'année les actualités d'Anticor sur les réseaux sociaux et sur son site : ANTICOR

Jean-Yves Lucas

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.