Jabir Touré
Doctorant en Science politique à l'Université Jean Moulin - Lyon 3
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2018

LES RESEAUX DE FINANCEMENT DE LA RADICALISATION ET L’EXTREMISME VIOLENT

L’extrémisme violent puise ses sources dans une interaction entre des phénomènes croisés qui se nourrissent des frustrations d’une certaine frange de la population, sans perspective visible, d’une part, et une rhétorique stigmatisant les religions en développant des discours islamophobes, considérant l’islam comme une « altérité radicale et conflictuelle » d’autre part.

Jabir Touré
Doctorant en Science politique à l'Université Jean Moulin - Lyon 3
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Introduction

           La criminalité transnationale et le terrorisme constituent une menace permanente pour la paix et la sécurité dans nos pays.

Au Mali, la prise de conscience de l’ampleur du phénomène, a conduit les autorités à développer un cadre législatif et institutionnel conformément au dispositif de traque de la finance noire qui constitue la principale source de financement du terrorisme (radicalisme et extrémisme violent). Le Mali est membre du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA).

À ce titre, il a transposé la directive de l’UEMOA relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
Dès lors, il a mis en place un cadre juridique et institutionnel pour organiser sa riposte contre le phénomène.

 Cadre juridique et institutionnel de lutte contre le financement du radicalisme et l’extrémisme violent au Mali

 Loi n°2016-008 du 17 mars 2016 portant loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, prévoit des dispositions dont, entre autres :

  • la prévention du financement du terrorisme ;
  • l’évaluation des risques du financement du terrorisme ;
  • les méthodes de détection du financement du terrorisme ;
  • l’incrimination, l’enquête et la répression du financement du terrorisme ;
  • la coopération internationale contre le financement du terrorisme ;
  • Décret portant nomination d’une autorité chargée du gel des avoirs et autres ressources des criminels.

 Cadre juridique et institutionnel de lutte contre le financement du radicalisme et l’extrémisme violent au Mali

 La Cellule nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF). Elle a pour mission de recueillir, traiter et diffuser le renseignement auprès des autorités compétentes ou d’autres Cellules de renseignement financier.

  • Le Pole judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.
  • Offices centraux (Office Central des Stupéfiants, Office Central pour la Répression de l’Enrichissement Illicite)

 Les facteurs de vulnérabilité favorisant le financement du radicalisme et l’extrémisme violent

 Il existe plusieurs facteurs de vulnérabilité qui favorisent la radicalisation et l’extrémisme violent dans le Sahel et au Mali. Parmi ces facteurs, on peut retenir :

  • Les facteurs géographique et démographique ;
  • Les facteurs socioéconomiques ;
  • Les facteurs politique et sécuritaire.

 Les facteurs de vulnérabilité favorisant le financement du radicalisme et l’extrémisme violent

 a-Les facteurs géographique et démographique :

La zone du sahel, y compris le nord du Mali, est une vaste étendue de désert estimée à plusieurs millions de km2 très difficilement contrôlable par les Etats. Le nord du Mali couvre une superficie de 818.613 km2 avec des lignes frontalières estimées à près de 5.500 km.
La porosité de ces longues frontalières entre les Etats constitue un facteur favorisant la pratique des trafics illicites.
A cette porosité des frontières s’ajoute la faible densité de la population (environ 3 habitants par km2).

 b-Les facteurs socioéconomiques :

  • La pauvreté ;
  • Le chômage des jeunes ;
  • L’analphabétisme ;
  • L’insuffisance des services sociaux de base ;
  • Le fanatisme religieux ;
  • Les inégalités sociales.

 c-Les facteurs politique et sécuritaire :

  • La mauvaise gouvernance ;
  • La faiblesse des contrôles au niveau des zones frontalières ;
  • Les abus des forces de défense et de sécurité ;
  • La crise de légitimité des acteurs politiques ;
  • Le mouvement régulier des combattants étrangers vers les zones de crise.

 Les sources de financement du radicalisme et l’extrémisme violent

Les activités illicites (trafic de drogues, trafic d’armes, contrebande de cigarettes, prise d’otage suivie de paiement de rançon) se passent dans un cercle vicieux reposant sur des liens d’intérêts stratégiques et ethniques.
Les ressources issues de ces activités servent à financer le radicalisme et l’extrémisme violent dans le Sahel et particulièrement dans le nord du Mali.
Il existe une connexion entre les réseaux de trafiquants de drogues et les groupes terroristes.
A titre d’exemple, il existe plusieurs réseaux de trafic de drogues qui alimentent le nord du Mali et qui financent le terrorisme. Ces réseaux sont dirigés soit par des terroristes, soit par des anciens rebelles ou soit par des anciens trafiquants de cigarette.
Leur connexion avec les groupes terroristes ou armés est parfois fondée sur leur appartenance ethnique, communautaire ou leur besoin stratégique (défense des intérêts communs).

Par exemple :

  • Le réseau de la tribu des Lamhar avait une connexion avec MUJAO (actuel Almourabitoune) et le MAA, il a contribué à la mobilisation armée pour ces mouvements et est citée comme responsable de l’enlèvement de plusieurs étrangers dans la Région de Gao.
  • Le réseau de la tribu des Bérabiches est réputé dans l’organisation des convois de drogues dans le secteur de Tombouctou et entretient des liens avec les groupes terroristes.
  • Le réseau de la tribu des Ifoghas est réputé dans l’organisation des convois de drogue dans le secteur de Kidal en lien avec Ansar Eddine.

 Difficultés dans l’identification des sources de financement du radicalisme et l’extrémisme violent

 Les services de sécurité rencontrent d’énormes difficultés dans l’identification des sources de financement du terrorisme qui sont entre autres :

  • Le manque de système d’information intégré sur les activités illicites ;
  • Le partage timide d’information entre les différents services chargés de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée ;
  • La mauvaise application des dispositions uniformes de lutte contre le financement du terrorisme par les assujettis ;
  • L’absence de contrôle de certains canaux de communication (internet et les réseaux sociaux)

 Propositions d’actions pour lutter efficacement contre le financement du radicalisme et l’extrémisme violent

La réussite de la lutte contre le financement du radicalisme et de l’extrémisme violent passe par la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions comme :

  • Bancarisation systématique de l’activité économique ;
  • Renforcement du contrôle dans la commercialisation des métaux précieux et des transferts d’argent ;
  • Opérationnalisation des cadastres (identification des biens immobiliers) ;
  • Mise en place d’un système d’information intégré des bases de données (Douanes, Police, Gendarmerie, Direction Nationale du Transport, Direction Générale des Impôts, Direction Nationale du cadastre) ;
  • Le renforcement de la coopération internationale dans le domaine du renseignement ;
  • Opérationnalisation du fichier biométrique à l’image du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC) et son accessibilité par les services d’enquête ;
  • Information des populations ;
  • Encadrement et prise en charge des leaders religieux et des chefs traditionnels.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony